Derniers articles publiés

Jeux Olympiques : Nicolas Sarkozy en mission à Pékin

Actualité 07.08.2008

Du 8 au 24 août, la Chine accueille les athlètes du monde entier pour la 24e édition des Jeux Olympiques. Avec plusieurs disciplines à leur arc, les Etats membres de l'Union tenteront de rapporter un maximum de médailles. Si certains dirigeants européens n'assisteront pas à la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques, d'autres, comme le Président français, ont choisi d'être présents. Pour plusieurs députés européens, il s'agit d'une véritable occasion de plaider la cause de prisonniers politiques auprès du gouvernement chinois.

Contexte

Le Président de la République se rendra vendredi 8 août à Pékin pour assister à la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques.

La décision du Président français d’assister à cet événement a suscité de vifs débats. Réunis le 9 juillet en session plénière, plusieurs députés européens ont critiqué le choix "inapproprié" du Président français, dont le pays occupe la présidence de l’UE jusqu’à la fin de l’année, d’autres le défendant en appelant à séparer le sport et la politique.

"Je ne sais pas si la meilleure façon de lutter pour les droits de l'Homme en Chine, c'est de se donner bonne conscience en disant 'Je ne m'y rendrai pas, mais je regarderai quand même la cérémonie d'ouverture à la télévision'"

Jean-Pierre Jouyet, secrétaire d'Etat aux Affaires européenne (09/07/08)

Le même jour, le président du Parlement européen, Hans-Gert Pöttering, avait annoncé quant à lui qu’il n’assisterait pas à la cérémonie d’ouverture. Sa décision faisant suite à une résolution adoptée par le Parlement le 10 avril 2008, qui dénonçait le manque de progrès en termes de dialogue entre la Dalaï Lama et les autorités chinoises.

Nicolas Sarkozy a indiqué que sa décision était soutenue par l’ensemble des dirigeants européens même si certains comme Angela Merkel ou Gordon Brown ont annoncé qu’ils ne seront pas présents.

"Le premier message que je souhaiterais transmettre au peuple chinois, c’est que l’organisation des Jeux à Pékin consacre, de manière solennelle, la reconnaissance de ce qu’est la Chine du 21ème siècle : une puissance moderne, d’envergure mondiale ; un des géants du monde d’aujourd’hui. Ces Jeux Olympiques le confirment avec éclat, la Chine (...)", a déclaré, 48 heures avant son départ, le Chef de l'Etat à l'Agence Chine nouvelle.


Les droits de l'Homme dans la ligne de mire

Les JO en chiffres

- Plus de 100 000 militaires et policiers déployés à Pékin
- 70 000 volontaires olympiques pour assister athlètes et spectateurs
- 300 000 autres volontaires sillonnant les rues de la capitale pour veiller à la sécurité
- Coût total estimé à près de 26 milliards d'euros. A titre de comparaison, les Jeux d'Athènes de 2004 avaient coûté quelque 9,6 milliards d'euros à la Grèce.


En choisissant d'assister à la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques, Nicolas Sarkozy se voit confier une mission par plusieurs députés européens : plaider la cause de prisonniers politiques auprès du gouvernement chinois.

"Nous avons transmis par lettre à Nicolas Sarkozy trois listes", a indiqué début août Daniel Cohn-Bendit. "La première est celle que le Parlement européen et le groupe des Verts avaient demandée dans des résolutions". "La deuxième nous a été fournie par le Comité d'organisation du boycott des Jeux olympiques de Pékin et la troisième par l'organisation Human Rights Watch", a expliqué le député européen.

Selon le ministère français des Affaires étrangères et européennes, les noms de ces prisonniers sont actuellement "à l'étude".

Nicolas Sarkozy a par ailleurs indiqué mercredi 6 août, dans un communiqué publié par l'Elysée, qu'il ne rencontrerait pas le Dalaï Lama lors de sa prochaine visite en France. Carla Bruni-Sarkozy assistera quant à elle à une cérémonie présidée par le dignitaire tibétain qui sera en France du 11 au 23 août pour une série de conférences.

Le 9 juin, lors de la troïka ministérielle UE-Chine organisée à Ljubljana par la Présidence Slovène, Dimitrij Rupel, ministre slovène des Affaires étrangères, avait rappelé l'importance pour l'Union européenne que le dialogue sur les droits de l'Homme avec la Chine se poursuive.

"Nous comprenons parfaitement que la Chine ne soit pas satisfaite des informations diffusées par certains médias occidentaux au sujet des incidents du Tibet et du relais du flambeau olympique. Cependant, nous voudrions vous rappeler la manière dont les médias ont traité des terribles tremblements de terre dans le Sichuan. Ils ont fait l'éloge de la réactivité des autorités chinoises et ont témoigné beaucoup de compassion à l'égard de la souffrance du peuple chinois. Pour cette raison, nous estimons que les médias ne sont pas partiaux à l'encontre de la Chine", avait plaidé le ministre.


Les relations commerciales UE-Chine

Les relations UE-Chine se sont renforcées considérablement ces dernières années. En 2004, l'UE et la Chine ont convenu d'élargir leurs relations pour passer à un partenariat stratégique et, en janvier 2007, a été entamée la négociation d'un nouvel accord-cadre.

Dates clés

Mai 1975 : Début des relations diplomatiques UE-Chine avec la première visite d'un commissaire  européen
18 Juillet 1979 : Signature du premier accord UE-Chine sur le commerce du textile
Juin 1989 : Sanctions de l'UE après les incidents Tian An Men
1991 : L'UE octroie une aide financière au Tibet pour la première fois
Janvier 1996 : Mise en place  d'un dialogue sur les Droits de l'Homme
2 avril 1998 : Premier sommet UE-Chine, Londres
Mars 2004 : L'UE devient le premier partenaire commercial de la Chine
L'accord de partenariat et de coopération portera sur tout l'éventail des relations bilatérales avec la Chine, notamment le renforcement de la coopération dans les domaines politiques, et il mettra à jour l'accord existant de coopération économique et commerciale de 1985.

Outre le commerce, cet accord constituera un cadre global pour plus de 20 secteurs dans lesquels l'UE et la Chine tiennent déjà des dialogues, notamment l'énergie, l'environnement, l'agriculture, les transports, la douane, l'éducation, la société de l'information, la science et la technologie, la coopération spatiale, et il couvrira d'autres problématiques-clés telles que le développement durable, l'immigration et les défis internationaux tels que le terrorisme et les armes de destruction massive.

Entre 2000 et 2006, les échanges de biens entre l'UE et la Chine ont augmenté de plus de 150%, les exportations passant de 26 milliards d'euros à 64 milliards et les importations de 75 milliards à 195 milliards. L'Allemagne compte pour plus de 40% des exportations de l'UE vers la Chine.

Les principales exportations de l'UE vers la Chine sont des avions et des voitures, tandis que les principales importations concernent des ordinateurs et des composants, des téléphones mobiles et des appareils photographiques digitaux.


En savoir plus


Site officiel des Jeux Olympiques
Entretien de M. le Président de la République à l'agence Chine Nouvelle - Communique de presse - 06/08/08 - Présidence de la République
La Chine, déjà victorieuse des Jeux Olympiques ? - Dossier d'actualité - 22/07/08 - Parlement européen
Le ministre slovène des Affaires étrangères, M. Rupel, a dirigé la troïka ministérielle UE-Chine - Communiqué de presse - 09/06/08 - Présidence slovène
Les échanges commerciaux entre l'UE27 et la Chine ont augmenté de 150% entre 2000 et 2006 -  Communiqué de presse - 26/11/07 - Commission européenne