Derniers articles publiés

Jeux olympiques 2016 : une escrimeuse italienne brandit le drapeau européen en recevant sa médaille

Actualité 16.08.2016

Le 11 août, à Rio de Janeiro lors des Jeux olympiques, l'escrimeuse italienne Elisa Di Francisca a brandi le drapeau européen au moment de recevoir sa médaille d'argent. Arborant un grand sourire, l'athlète a été la première à choisir le drapeau européen plutôt que celui de son pays en pareille occasion. Elle a justifié son geste par sa volonté de "lancer un message", celui que "l'Europe existe et est unie" dans la lutte contre le terrorisme.

Elisa Di Francesca, avec le drapeau européen, aux JO de Rio

Championne olympique en 2012 lors des JO de Londres, l'escrimeuse italienne Elisa Di Francisca a fait presque aussi bien cette année à Rio, obtenant la médaille d'argent en fleuret. Mais plus que pour sa performance sportive, c'est pour sa manière de recevoir sa médaille que l'athlète s'est illustrée. Elle est en effet passée à la postérité en devenant la première de l'histoire des Jeux à brandir le drapeau européen plutôt que celui de son pays au moment de monter sur le podium et d'obtenir sa récompense.

Pour tout savoir sur les performances européennes dans l'histoire des Jeux olympiques, consultez également notre carte comparative

Arborant un large sourire, Elisa Di Francisca a en effet posé pour les photographes avec le fameux drapeau bleu aux douze étoiles jaunes. "Je voulais montrer le drapeau pour lancer un message", a-t-elle expliqué ensuite. "L'Europe existe et est unie. Et c'est seulement en étant unis qu'on peut faire tomber les barrières, les peurs, sans tomber dans ce qu'ils veulent qu'on fasse, s'enfermer dans nos maisons à cause de la peur", a déclaré Elisa Di Francisca, faisant allusion aux attentats terroristes qui ont récemment touché des villes comme Paris et Bruxelles. Avant d'ajouter : "Je dis ça parce que chaque fois que je voyage, je vois des gens qui regardent les autres comme s'ils étaient des étrangers. Si on a peur des autres, on joue leur jeu".

Dans le maussade climat européen ambiant, le geste de l'escrimeuse italienne aura logiquement été chaleureusement accueilli par quelques-uns des principaux responsables européens. C'est le cas notamment de sa compatriote Federica Mogherini, cheffe de la diplomatie européenne qui, sur Twitter, l'a remerciée pour véhiculer "les meilleurs idéaux de la jeunesse". Martin Schulz, président du Parlement européen, a quant à lui qualifié le geste d'Elisa Di Francisca de "puissant message d'unité".