Derniers articles publiés

Jean-Pierre Jouyet : "Le nouveau traité devrait être signé avant la fin de l'année"

Actualité 30.08.2007

Au lendemain de l'allocution du chef de l'Etat sur la politique étrangère et européenne du gouvernement, le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, Jean-Pierre Jouyet, s'est à son tour exprimé à l'occasion de la XVe Conférence des Ambassadeurs le mardi 28 août 2007.

 

Dans un discours prononcé devant les 180 ambassadeurs réunis à Paris, Jean-Pierre Jouyet est revenu sur les points importants abordés par le Président de la République la veille.

Le retour de la France en Europe et de l'Europe en France

Rappelant que le gouvernement a fait du "règlement du problème institutionnel qui divisait les Européens" sa priorité, le secrétaire d'Etat a défendu l'accord trouvé par les Chefs d'Etat et de gouvernement en juin dernier, seul capable de sortir l'Europe de la "panne politique" et de répondre à "l'objectif d'un fonctionnement plus efficace et plus démocratique des institutions d'une Europe désormais élargie".

Cet accord, qu'il estime "très bon", innove par ailleurs par le mandat très détaillé donné à la Conférence intergouvernementale chargée de rédiger un nouveau traité et approuvé par le Conseil européen des 21 et 22 juin dernier. Cette volonté politique devrait, selon le secrétaire d'Etat, rendre possible la signature du nouveau traité avant la fin de l'année. La France devrait, quant à elle, figurer parmi les premiers pays à le ratifier selon la voie parlementaire "comme la procédure simplifiée de révision des traités le justifie".

Jean-Pierre Jouyet s'est également déclaré favorablement frappé du changement survenu dans la perception de l'Europe par les Français : 61 % des Français s'affirment désormais attachés à l'Union européenne. Cependant, l'information sur l'Europe reste encore perçue comme insuffisante ; le gouvernement devrait donc reprendre le débat avec les Français sur l'Europe "sous des formes renouvelées" en dehors des "cercles d'initiés ou de convaincus". "Nous devons écouter autant qu'expliquer" et "revoir la manière de parler d'Europe" a-t-il affirmé.

L'Europe et la mondialisation

Si les craintes suscitées par la mondialisation ont pu peser dans le référendum de 2005, le secrétaire d'Etat a insisté sur le fait que la mondialisation "recèle plus d'opportunités que de menaces" et constitue "une source incontestée de croissance et de richesse". A ce titre, ce dernier s'est déclaré convaincu du fait que "la France dispose […] de nombreux atouts pour être l'un des grands bénéficiaires de la mondialisation, tout en restant ce qu'elle est".

Or, afin de tirer parti de la mondialisation et de pouvoir peser efficacement sur son évolution, Jean-Pierre Jouyet a réaffirmé que l'Europe lui paraît être "l'échelle la plus efficace", voire même "la seule". "Une Europe ouverte et dynamique, apte en même temps à protéger et défendre les intérêts des Européens et leurs valeurs dans la mondialisation", telle est, selon ce dernier, "la véritable vocation de l’Europe à venir".

La présidence française de l'Union européenne

Dans la perspective de la présidence française de l'Union qui débutera au second semestre 2008, le secrétaire d'Etat a dressé un état des lieux de la préparation de ce moment politique important qui interviendra "à un tournant où [l'Europe] se remet en route" et marquera le "1er grand rendez-vous entre la France et les Européens depuis le référendum".

La qualité de son organisation devrait être assurée par la création d'un poste de Secrétaire général de la présidence française. Claude Blanchemaison, a déjà été nommé à ce poste.

Les quatre grands axes qui permettront de structurer les travaux de la présidence ont également été exposés :

La croissance et l'emploi : ce premier axe concerne l'agenda de Lisbonne, la compétitivité, la recherche et l'innovation, le développement des entreprises et un dialogue nourri avec la BCE "dans le respect […] de son indépendance".

La protection des citoyens : "pendant indispensable de l'ouverture de l'Europe au monde et de la France à l'Europe", l'accent devrait être mis sur la protection sociale, la flexisécurité, la garantie de services publics efficaces, la protection des consommateurs, la sécurité des citoyens européens et la maîtrise de l'immigration.

L'Europe du futur : l'environnement, le développement durable, la sécurité énergétique, les échanges entre Européens, la recherche, la technologie mais aussi la politique spatiale  devraient figurer parmi les priorités.

L'influence de l'Europe sur la scène internationale : la présidence française devra s'atteler à construire une relation structurée avec les pays émergents, notamment la Chine, et relancer le dialogue avec la Russie. Une attention toute particulière devrait également être accordée à la Méditerranée afin d'améliorer les partenariats existants.

Enfin, dressant le bilan de ses trois premiers mois d'activité, Jean-Pierre Jouyet a terminé son discours par le constat que "L'Europe est là et bien là, et elle fonctionne".


Sources

Allocution du Secrétaire d'Etat chargé des Affaires européennes, Jean-Pierre Jouyet - Ministère des affaires étrangères

En savoir plus

L'Europe au menu de la XVe Conférence des Ambassadeurs - Article - Touteleurope.fr
XVème Conférence des Ambassadeurs (27-29.08.07) - vidéo -  Ministère des Affaires étrangères et européennes