Derniers articles publiés

Immigration clandestine : conférence euro-méditerranéenne à Madrid

Actualité 03.10.2006

Vendredi 29 septembre 2006, Le Premier ministre finlandais, Matti Vanhanen, s'est rendu à Madrid pour assister à la Conférence ministérielle des huit Etats méditerranéens membres de l’UE sur l’immigration.

Les ministres de l’Intérieur et des Affaires étrangères de 8 Etats membres méditerranéens (Chypre, Espagne, France, Grèce, Italie, Malte, Portugal, Slovénie) et M. Javier Solana, Haut représentant pour la PESC, étaient présents. Nicolas Sarkozy et Catherine Colonna ont représenté la France.

Les commissaires européens, M. Franco Frattini, chargé de la Justice, de la liberté, de la sécurité et Mme Benita Ferrero-Waldner, chargée des Relations extérieures, ainsi que M. Ilkka Laitinen, directeur de l’Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures (Frontex),ont également participé à cette réunion.

A la veille de cette rencontre, les députés européens ont adopté une résolution sur l’immigration appelant à une approche européenne commune et à des solutions sur le long terme.

Vers une stratégie commune de gestion des frontières de l'UE


L'Espagne, qui connaît un afflux d'immigrés clandestins, a demandé un soutien conséquent de l'UE pour le contrôle de l'immigration clandestine à travers le renforcement des patrouilles maritimes. Madrid aimerait la mise place de systèmes de surveillance des frontières ainsi que des dispositifs d'identification et de rapatriement des immigrés vers leurs pays d'origine.

Les pays participants ont présenté une proposition conjointe sur le meilleur moyen de faire face aux flux migratoires. Ils se sont aussi penchés sur la définition d’une stratégie de gestion des frontières maritimes sud de l’Union. Les perspectives de renforcement des moyens opérationnels de l’agence européenne Frontex ont figuré également à l'ordre du jour.

L'objectif principal de l'Espagne, qui accueillait cette rencontre, est la création d'un ''modèle intégré'' de gestion des frontières maritimes sud de l'Europe.

Ces propositions seront soumises aux chefs d'Etat et de gouvernement des 25, lors du Conseil européen informel de Lathi en Finlande, le 20 octobre prochain.

"La question de l'immigration doit être abordée à l'échelle européenne"


"L'urgence du problème de l'immigration illégale en Méditerranée et au Sud de l'Europe exige une forte mobilisation de l'UE et un engagement conjoint de la part des pays d'origine, de transit et de destination des migrants". Dans une lettre adressée à la Présidence finlandaise, les dirigeants européens de huit États membres ont souligné l'importance de ce "défi qui excède les moyens d'action dont dispose chacun des États membres".

Dans leur déclaration, les chefs d'Etats et de gouvernement européen ont insisté pour que "la question [soit] abordée à l'échelle européenne - en termes notamment d'aide financière et de déploiement des ressources- en appui des efforts déployés par les États les plus concernés".

Jeudi 28 septembre, le président du Conseil européen, Matti Vanhanen, a répondu aux dirigeants européens. "Toutes les frontières, y compris les frontières maritimes, doivent être considérées dans le cadre d’un système intégré de gestion des frontières, ce dans le respect du principe réitéré dans le Programme de La Haye que le contrôle et la surveillance des frontières extérieures sont du domaine de compétence des autorités frontalières nationales", a déclaré Le Premier ministre finlandais.

Il a également a insisté pour que soient préparées dès à présent "les décisions qui doivent être prises au Conseil européen de décembre prochain pour que l’Union européenne puisse répondre efficacement à ce problème". "Nous voulons garantir le développement à long terme d’un système intégré de gestion des frontières et c’est pourquoi nous avons pris une initiative portant sur les orientations stratégiques en matière de sécurité aux frontières", a-t-il expliqué.

La politique européenne en matière d'immigration


Les dirigeants de l’UE ont défini, lors du Conseil européen d’octobre 1999 à Tampere (Finlande), les principes de base d’une politique commune de l’UE en matière d’immigration. L’approche décidée à Tampere a été entérinée en 2004 avec l'adoption du programme de La Haye, lequel fixe des objectifs en vue du renforcement de la liberté, de la sécurité et de la justice dans l'UE pour la période 2005-2010.

Dans ce cadre, la Commission européenne a décidé très récemment le cofinancement de 6 actions spécifiques dédiées à des situations d'urgence au titre de son programme ARGO 2005/2006. Un geste "immédiat et concret de solidarité de l'UE qui s'inscrit dans une stratégie globale", selon le commissaire chargé des questions de justice, liberté et sécurité, Franco Frattini.

Avec un budget de 3,3 millions d’euros, ces actions seront mises en œuvre en Espagne, à Malte et en Italie.

La Commission européenne présentera au Conseil européen de décembre, un rapport sur la mise en oeuvre de l’approche globale en termes de migrations.

Sources :

Réunion ministérielle sur le thème de l’immigration - communiqué de presse -  29/09/06 - Ministère des Affaires étrangères
Jeudi en plénière : liberté, sécurité, justice, immigration et nageoires de requins - communiqué de presse - 29/09/06 - Parlement européen
Lettre conjointe des huit chefs d'Etat ou de gouvernements européens à M. Matti Vanhanen, Premier Ministre de la Finlande, Président du Conseil Européen, sur l'immigration illégale en Méditerranée et au sud de l'Europe - 25/09/06 - Présidence française
Réponse du Premier ministre Vananhan à une lettre concernant l'immigration  illégale - 28/09/06 - Présidence finlandaise
Pour développer une approche globale des migrations - Ministère des Affaires étrangères
La Commission solidaire de l’Espagne, de l’Italie et de Malte dans l’accueil des immigrés clandestins - communiqué de presse - 19/06/09 - Commission européenne
Vers une politique commune de l’Union européenne en matière d’immigration -  Europa