Derniers articles publiés

Haïti : le nouveau président bénéficie du soutien de l'UE

Actualité 05.04.2011

Le chanteur Michel Martelly sera donc le prochain président d'Haïti. Deux semaines après le scrutin, "Sweet Micky" l'a emporté avec 67,57% des suffrages, devançant l'ex-première dame Mirlande Manigat. Lui qui avait dans un premier temps été écarté du deuxième tour avant de déposer un recours succèdera finalement au sortant René Préval le 14 avril.

Michel Martelly prendra ses fonctions dans un contexte très difficile, puisque l'île peine à se remettre des suites du tremblement de terre de janvier 2010 qui a fait plus de 300 000 morts. Une situation d'autant plus inquiétante que la saison des pluies débute à la mi-avril, et la saison cyclonique au début juin. C'est pour aller au-devant des risques potentiels que l'Union européenne a donc signé un accord avec le ministère de l'Intérieur haïtien : le Programme européen de renforcement du Système national de gestion des risques et désastres (PER-SNGRD).

Alain Damit, coordinateur du projet, explique que "l'Union européenne a décidé d'aider la population - que l'on voyait courir au secours des victimes du séisme du 12 janvier 2010, qui était en général dépourvue de moyens et qui ne possédait pas la technique - en lançant ce programme qui consiste à renforcer le Système national de gestion des risques et des désastres". Ce seront donc  15 millions d'euros qui seront consacrés notamment à une dotation en équipements de premier secours, ainsi  qu'à la construction d'un centre opérationnel d'urgence.

Il s'agira donc de faire face aux situations d'urgence sanitaire, mais aussi de les anticiper comme le souligne Lut Fabert, ambassadrice de l'UE en Haïti, pour qui ce programme devrait renforcer les capacités globales du gouvernement à faire face aux catastrophes naturelles, par exemple en formant du personnel de premier secours ou encore des professionnels du BTP.

Les 15 millions d'euros s'étaleront sur 18 mois, mais l'UE prévoit d'engager 50 millions pour la gestion des crises au cours de la saison cyclonique à venir. Une aide qui sera probablement bienvenue pour le nouveau gouvernement de Michel Martelly qui doit déjà faire face une crise sanitaire –plus de 5000 personnes sont déjà mortes du choléra – et aux tensions politiques conséquentes aux récents retours au pays du dictateur Baby Doc puis de l'ex président Jean-Bertrand Aristide.