Derniers articles publiés

Habitudes alimentaires au travail : employés et restaurateurs européens de plus en plus concernés

Actualité 12.10.2017

Les employés mangent-ils sainement lors de leur pause déjeuner ? Les restaurants leurs proposent-ils des menus équilibrés ? C'est à ces interrogations que s'efforce de répondre l'enquête "FOOD" que mène la société Edenred depuis maintenant 5 ans sous l'égide de la Commission européenne. Avec des résultats qui démontrent un intérêt croissant pour le sujet au sein des 8 pays étudiés en Europe. En attendant l'édition 2017 présentée le 19 octobre au Parlement européen, retour sur les principaux enseignements des précédents baromètres.

Alimentation des employés

Un partenariat public-privé mené depuis cinq ans

Autorités publiques de santé, nutritionnistes, centres de recherches et universités… depuis cinq ans, ce consortium européen de 25 partenaires mené par la société Edenred, qui édite par ailleurs les tickets restaurants, publie un baromètre annuel autour de l'équilibre alimentaire des employés. Objectif : comprendre et analyser les besoins de ces derniers, mais aussi ceux des restaurateurs afin d'améliorer la qualité nutritionnelle des plats proposés et faciliter le choix des consommateurs.

Initiée en 2012 dans le cadre du programme européen "FOOD" (acronyme anglais pour "lutter contre l'obésité à travers l'offre et la demande"), l'enquête est aujourd'hui menée auprès de 20 000 employés et 1 300 restaurants dans 8 pays : Autriche, Belgique, Espagne, France, Italie, Portugal, République tchèque et Slovaquie. Réalisé sous l'égide de la Commission européenne, le projet fait partie des rares exemples de partenariats public-privé européens, ayant perduré après la fin des financements européens.

Un intérêt croissant pour une alimentation équilibrée

Parmi les principaux enseignements de ces dernières années (les résultats de 2017 ne seront dévoilés que le 19 octobre), l'enquête révèle tout d'abord que les employés accordent une attention croissante à une alimentation saine et équilibrée à l'heure du déjeuner.

En 2016 par exemple, plus de la moitié des employés ont déclaré que le choix de leur repas à midi dépendait de son équilibre nutritionnel. Il s'agit depuis 2013 du second critère le plus important, après le critère "d'envie sur le moment" (62%) et avant ceux relatifs au prix et à la quantité. Un élément qui apparaît de plus en plus présent au fur et à mesure des enquêtes depuis 2012.

La qualité nutritionnelle des plats servis est ainsi considérée comme importante ou très importante par 69% des employés tchèques et 87% des Autrichiens, la moyenne européenne se situant à 77%. Les employés français, eux, sont 72% à juger ce critère important ou très important.

 

Importance de la bonne qualité nutritionnelle des repas servis dans le choix du restaurant pendant les jours de travail (résultats 2016)

 

 

 

Deux tiers des restaurants souhaitent en savoir plus

Du côté des restaurateurs, l'attention portée à ces questions est aussi croissante. Notamment parce que ceux-ci font face à une augmentation de la demande de repas équilibrés ou sains : de 17% en 2012, ils sont 36% à la constater en 2016.

Mais de leur propre aveu, les compétences des restaurateurs eux-mêmes sur ces questions restent faibles : au niveau européen, 62 % d'entre eux déclarent avoir une faible ou moyenne connaissance de ce que représente une alimentation équilibrée, et devraient ou pourraient en apprendre davantage. Une situation toutefois contrastée en Europe, où plus de la moitié des restaurants autrichiens jugent leur connaissance du sujet élevée, contre une part importante des restaurateurs belges qui montrent peu ou pas d'intérêt à en apprendre plus sur la question…

Un défi de santé publique

L'Organisation Mondiale de Santé (OMS) considère l'obésité comme l’un des plus grands défis de santé publique du XXIe siècle. Sa prédominance a triplé dans de nombreux pays européens depuis les années 1980, et le nombre de personnes atteintes continue à augmenter à un taux alarmant, particulièrement parmi les enfants. L’obésité représente de 2 à 8 % des frais de santé et est la cause de 10 à 13 % des décès en Europe. - Extrait du site internet européen de l’OMS

Une édition 2017 centrée sur les nouvelles technologies

C'est le 19 octobre au Parlement européen de Bruxelles que seront présentés les résultats du baromètre 2017, à l'occasion d'une conférence de haut-niveau réunissant parties prenantes et responsables politiques. La réflexion portera notamment sur la traduction politique à donner à ces résultats. Un accent particulier sera mis sur les moyens offerts par les nouvelles technologies pour promouvoir une alimentation équilibrée.

 

Article réalisé en collaboration avec Edenred