Derniers articles publiés

Grippe A : la France et l'UE ne s'entendent pas sur la fermeture des écoles

Actualité 17.08.2009

La fermeture à titre préventif des établissements scolaires en cas d'épidémie de grippe A à la rentrée ne serait pas nécessaire. C'est en tout cas le message qu'a fait passer aux 27 Etats membres la Commission européenne en publiant le 13 août dernier une série de recommandations. Un discours qui n'est pas celui de la France qui a annoncé au même moment, par la voix du porte-parole du gouvernement Luc Chatel, qu'elle était prête à fermer ses écoles pour éviter la propagation du virus.

La France prête à fermer ses écoles ...

La grippe A dans l'Union européenne

Avec 12903 cas confirmés, dont 44 morts selon Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), le Royaume-Uni est l'Etat membre le plus touché par la pandémie de H1N1, qui est désormais répandue dans l'ensemble de l'Union européenne. découvrez l'état des lieux au 16 août 2009.

Voir le comparatif
Alors que la Commission européenne annonçait dès le début de l'été une accélération de la propagation du virus de la grippe A, le H1N1, dans l'ensemble de l'Union européenne, et alors que le nombre de cas confirmés ne cesse de s'accroître, avec notamment plus de 12 000 cas au Royaume-Uni, les Etats membres commencent à redouter la rentrée des classes.

Faut-il retarder la rentrée scolaire afin d'éviter une contamination trop importante des enfants ? La question s'est posée, notamment en France, et le gouvernement, par la voix de son porte-parole et ministre de l'Education, Luc Chatel, a affirmé la semaine dernière qu'elle était prête à prendre des mesures importantes pour enrayer l'épidémie.

Ainsi, à quelques jours désormais de la rentrée, le comité interministériel de crise (CIC) qui étudie les mesures à prendre en vue de protéger la population française de la pandémie, a rendu un certain nombre d'instructions qui seront diffusées dans les académies.

Si l'Education nationale a décidé de ne pas chambouler le programme de l'année scolaire en retardant la rentrée, il est cependant prévu que tout directeur d'établissement scolaire constatant au moins trois cas de grippe A dans une même semaine devra remplir un protocole de signalement auprès de l'Institut national de veille sanitaire et informer les autorités, tout comme les élèves et le personnel. Il sera alors décidé des traitements et des mesures d'isolement pour les autres élèves.

Pour le moment les fermetures d'établissements ne sont envisagés qu'au cas par cas. Cependant, Luc Chatel n'a pas hésité à affirmer que, si propagation rapide il y a, le gouvernement se tiendra prêt à fermer toutes les écoles jusqu'à ce que le pic de la pandémie soit passé.

Le gouvernement précisera son dispositif le mardi 18 août.

... contre l'avis de la Commission européenne

La position française prend cependant le contre-pied de celle de la Commission européenne sur le sujet. En effet cette dernière, par le biais des conclusions du groupe d'experts du Centre européen de prévention Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), a rendu le 13 août dernier ses recommandations sur les mesures à prendre pour faire face à la pandémie de H1N1.

Or ces recommandations, adressées directement aux Etats membres, jugent inutile la fermeture à titre préventif des établissements scolaires. Pour l'Exécutif européen, de telles mesures n'auraient aucun impact sur le risque de contamination par le virus.

Les experts européens reconnaissent cependant que cela peut être bénéfique en cas de diagnostic d'infection chez certains élèves, afin d'éviter la transmission du virus, mais précisent que ces fermetures doivent être locales et justifiées.

L'ECDC considère que, population à risque, les enfants n'échapperont de toute façon pas à l'épidémie. De plus, la fermeture des écoles peut aggraver le phénomène de propagation, les enfants se retrouvant dans des systèmes de garderie organisés par les parents eux-mêmes, hors de tout contrôle sanitaire.

Enfin, la Commission européenne avance un argument économique. La fermeture des écoles risque en effet d'entraîner un fort abstentéisme, forcé, chez les parents actifs, avec de grandes disparités selon les régions. Cela entraînerait non seulement des problèmes économiques mais pourrait également perturber le système de soins des Etats membres. les experts citent ainsi le Royaume-Uni, où 30 % du personnel travaillant dans le social ou dans le système de santé serait absent en cas de fermeture des écoles.

Si les experts européens se sont accordés à l'unanimité contre la fermeture des écoles, ils sont encore divisés sur la question des voyages à l'étranger ou sur celle de la vaccination. L'Union européenne travaille donc encore sur son dispositif de lutte contre la pandémie de H1N1.

 

Source

Managing schools during the current pandemic (H1N1) 2009 – Reactive and proactive school closures in Europe - 13/08/09 - Centre européen de prévention et de contrôle des maladies

Direction générale de la Santé, Commission européenne

Grippe A en milieu scolaire : le Gouvernement se mobilise - 17/08/09 - Portail du Gouvernement français

 

En savoir plus

Comparatif : la grippe A dans l'Union européenne (au 16 août 2009)