Derniers articles publiés

Garantie pour la jeunesse : la Banque européenne d'investissement renforce le budget

Actualité 14.11.2013

Dans l'Union européenne, près d’un jeune sur quatre est sans emploi. Pour lutter contre le chômage des moins de 25 ans, 24 chefs d’Etat européens se sont réunis les 12 et 13 novembre à Paris. Les présidents du Conseil, de la Commission, du Parlement européen, les chefs des services publics et les partenaires sociaux ont également répondu présents à l'appel. L'objectif : faire le point sur les outils déjà mis en place. "6 millions de jeunes au chômage, c'est beaucoup trop. Il y a urgence. Nous ne pouvons pas abandonner une génération !", a souligné François Hollande qui présidait le sommet.

@ Présidence de la République

"Garantie pour la jeunesse" : accélérer le calendrier

Après une première rencontre organisée en juillet 2013 à l'initiative de la chancelière allemande, les Etats membres se sont réunis à nouveau pour détailler les mesures de leur plan commun pour lutter contre le chômage des jeunes et finaliser le plan d’action qui porte sur la période 2013-2015.

Parmi les mesures de ce chantier lancé en 2010 par le Parlement européen, la "garantie pour la jeunesse" prévoit que tous les jeunes Européens se voient proposer un emploi ou une formation après quatre mois d’inactivité.

Les jeunes, premières victimes de la crise en Europe

En septembre 2013, 5,584 millions jeunes Européens (hors étudiants) n'avaient pas d'emploi en Europe. Un peu partout dans l'Union européenne, du Portugal à l'Europe de l'Est, les taux de chômage des moins de 25 ans s'envolent.

Voir le comparatif

"Nous avons défini un calendrier" prévoyant notamment "la mise en place de la garantie jeunesse dans les deux prochaines années", a expliqué François Hollande.

"Tout l’enjeu, c’est d’aller vite et la décision a été prise que tous les pays, qui auront adressé leur programme" pour mettre en place cette garantie, "pourront dès le 1er janvier avoir la mise à disposition" des financements, a expliqué le chef de l'Etat.

Le financement au cœur des discussions

Les participants se sont mis d'accord sur l'urgence de la mise en place de la garantie jeunesse et ont détaillé le plan de financement de cette mesure phare.

En plus des six milliards d'euros prévus pour 2014 et 2015, la Banque européenne d'investissement (BEI) a prévu de consacrer six milliards d'euros supplémentaires par an de 2013 à 2015 et le Fonds social européen (FSE) six à sept milliards par an sur la même période.

Le programme "Innovation et compétences" de la BEI a été conçu pour compléter les politiques d'emploi des jeunes au niveau des Etats membres. C'est la première fois dans l'histoire de la BEI qu'un programme de prêts spécifiques pour l'appui des jeunes a été mis en place.

Ce programme s'articule autour de deux domaines prioritaires : "L'emploi pour les jeunes" dont l'objectif est de remédier à la pénurie d'emplois pour les jeunes dans les petites entreprises et la "formation des compétences" qui prévoit de financer des installations pour la formation professionnelle des étudiants et la mobilité des apprentis. 

Lors du sommet du 12 novembre le président de la Banque européenne d'investissement a réaffirmé que l'emploi des jeunes restait une priorité pour la banque de l'Union européenne. "Nous proposons d'optimiser davantage l'impact de l'initiative pour l'emploi des jeunes et le programme d'emploi des jeunes de la BEI, c'est pourquoi cela a beaucoup de sens pour la Commission européenne et la BEI d'unir leurs forces dans la mise en œuvre de nouveaux instruments financiers qui sont faits sur mesure pour la création d'emplois si nécessaires pour les jeunes", a déclaré Werner Hoyer.