Derniers articles publiés

François Hollande et l'Europe

Actualité 17.10.2011

Il n'y a désormais plus aucun doute, c'est François Hollande qui représentera le Parti socialiste dans la course à la présidence en mai 2012, à l'issue de la primaire socialiste qu'il a remportée hier, dimanche 13 octobre, face à sa 'camarade' Martine Aubry. Touteleurope.eu, en partenariat avec Terra Nova, vous propose de découvrir sa position sur les grands sujets européens.

Ancien député européen, François Hollande a plaidé sans relâche pour l’intégration européenne et s’est fortement mobilisé en faveur du projet de TCE en 2004. Il place aujourd’hui le renforcement de la zone euro et la relance économique et politique de l’Union européenne parmi ses premières priorités.

Pour François Hollande, c’est l’avenir de l’Europe qui se joue aujourd’hui dans la crise de la dette en zone euro. Ce qui peut, selon lui, mener à l’éclatement de la zone euro n’est pas un "défaut" de la Grèce mais le "défaut" de direction de l’Europe, qui se traduit aujourd’hui par un manque de solidarité entre Etats et d’autorité face aux marchés.



Suivez l'actualité des primaires socialistes, découvrez les programmes des candidats, comprenez les enjeux et les grands thèmes de la campagne grâce à Débats 2012, le site entièrement dédié aux primaires créé et animé par Terra Nova.

Voir Débats 2012

Gouvernance européenne

François Hollande appelle de ses vœux un gouvernement économique européen qui ait davantage d’autorité qu’un ministre des finances.

Il propose ainsi de fusionner le Président de la Commission européenne et celui du Conseil Européen pour conférer à ce gouvernement une autorité qui soit à la hauteur de sa tâche.

Sur le plan institutionnel, il estime que "l’Europe ne peut pas continuer ainsi". Il veut notamment sortir de la règle de l’unanimité  sur toutes les décisions importantes. Il milite pour une Confédération européenne avec au centre, un premier cercle d’Etats qui souhaitent aller plus loin dans l’intégration. Le couple franco-allemand devra, pour lui, être au cœur de ce mouvement (cf infra).

Budget européen

L’augmentation du budget européen est pour François Hollande désormais indispensable. Il insiste sur la proposition socialiste d’ouvrir le débat sur un impôt européen et s’est prononcé en faveur d’une taxe de 0,05% sur les transactions financières européennes.
 

Développement économique et social

Pour relancer la croissance en Europe, François Hollande propose d’avancer vers un fédéralisme budgétaire et fiscal.

Il permettrait une coordination stratégique des politiques économique des Etats membres et  une mutualisation de leurs efforts d’investissement dans des domaines clés d’intérêts communs, comme la recherche, le développement durable, de grandes universités européennes et les infrastructures.

Couple franco-allemand

Le retour de la croissance et du progrès social en Europe suppose également, pour le député corrézien, de résorber les déséquilibres internes de l’Union européenne. Les Etats endettés, comme la France, doivent réduire leurs déficits, et les Etats exportateurs, comme l’Allemagne, leurs excédents commerciaux qui pèsent sur la croissance de leurs partenaires. François Hollande propose que les deux pays donnent l’exemple et estime qu’un pacte franco-allemand serait essentiel pour donner ce cap.

Diplomatie européenne et mondialisation

François Hollande insiste particulièrement sur le renforcement du rôle de l’Union européenne sur la scène internationale. Il place parmi ses priorités l’accompagnement des pays du Sud de la Méditerranée dans leur transition démocratique et économique, l’affirmation de l’Union comme facilitateur dans le conflit au Proche orient, la promotion d’une gouvernance mondiale plus efficace et représentative. Il plaide notamment pour une plus grande régulation des marchés et le développement de normes sociales et environnementales internationales.

Frontières européennes

Dans son livre Le Rêve français, François Hollande affirme que les négociations d’adhésion ouvertes avec la Turquie en 2005 "doivent être menées à leur terme et loyalement".

"Cette discussion se fait chapitre par chapitre et il y en a 35", rappelle le candidat qui souhaite ajouter dans les conditions d’adhésion la reconnaissance par la Turquie du génocide arménien.

"Mais quoi qu’il arrive, il ne faut pas rejeter ce grand peuple. L’Europe en a besoin. Et lui-même sait qu’il représente un trait d’union entre deux continents et plusieurs cultures", précise-t-il.

 

En savoir plus

Le site de campagne de François Hollande

Terra Nova, la fondation progressiste