Derniers articles publiés

Fotis Karamitsos : "Galileo doit offrir 5 services de positionnement et de navigation pour diverses catégories d'utilisateurs"

Actualité 18.12.2006

Fotis Karamitsos, directeur de la direction logistique, innovation, comodalité et affaires maritimes au sein de la Direction générale  en charge de l'énergie et des transports de la Commission européenne, présente les objectifs, enjeux et perspectives du programme européen GALILEO.



Quels sont les objectifs poursuivis par le programme GALILEO?

Galileo doit offrir 5 services de positionnement et de navigation pour diverses catégories d'utilisateurs. Les performances de chaque service seront donc adaptées aux besoins spécifiques de ces utilisateurs (service ouvert, service commercial, service "safety-of-life", service recherche et sauvetage et service à usage gouvernemental). Les informations détaillées sur ces services sont fournies sur [le site de la Commission].

 
Quand GALILEO sera-t-il opérationnel?
 
La constellation complète de Galileo sera constituée de 30 satellites. Le premier satellite expérimental a été lancé en décembre 2005. Le deuxième satellite expérimental sera lancé fin 2007. Quatre satellites de validation en orbite seront lancés fin 2008, ce qui permettra de terminer la phase de développement et validation mi-2009.

Le concessionnaire commencera à lancer les satellites de la constellation finale mi-2010, afin de pouvoir fournir des premiers services en 2011. La constellation sera complétée pour début 2012.

A noter cependant que la construction et le déploiement du système Européen EGNOS (amélioration des caractéristiques GPS sur l'Europe), est déjà terminée. Le système est en fonction et sera offert comme service opérationnel dès que le concessionnaire aura signé le contrat de concession (actuellement prévu pour fin-2007).


Les 12 et 13 décembre un Conseil "GALILEO" a eu lieu. Quels seront les points abordés?

Lors du Conseil, le vice-Président Barrot a  présenté le contenu du livre vert sur les applications de la navigation par satellite.

Il a également  présenté la demande de mandat de négociation pour la participation de pays non-Européens dans les structures de l'autorité européenne de surveillance GNSS.

Finalement, Mr Barrot a communiqué l'état d'avancement des négociations entre le secteur public et le secteur privé concernant le contrat de concession Galileo.


Comment expliquez-vous le retrait récent de la Chine du programme GALILEO?

Nous  n'avons pas constaté un tel retrait. La Chine reste toujours intéressée par une collaboration étroite dans le programme Galileo et a même réitéré cet intérêt plusieurs fois récemment.

Cependant, il faut souligner que la Chine investit également dans son propre système de navigation. Pour l'Union européenne, il importe qu'un tel système soit compatible avec GALILEO, sans entraver l'esprit de la coopération actuelle.


Propos recueillis le 18/12/06