Derniers articles publiés

Forum de Paris : 50 ans après, quelle Europe pour quels Européens ?

Actualité 12.02.2007

Les 10, 11 et 12 février 2007 s'est tenu à l'Unesco le troisième "Forum de Paris". Durant deux jours et demi, acteurs politiques, historiens, économistes, politologues et journalistes se sont interrogés sur le thème " l'Union, 50 ans après - Quelle Europe pour quels Européens ?

A l'origine laboratoire d'idées du partenariat euro-méditerranéen, le Forum de Paris a étendu son champ d'investigation devant la crise que traverse la construction européenne. A l'occasion du 50e anniversaire du Traité de Rome, le Forum de Paris a ainsi souhaité concentrer ses réflexions sur l'avenir de l'Union européenne.

Le Forum de Paris 2007 avait pour objectif d'établir un bilan d'un demi-siècle de construction européenne, de dresser un diagnostic de la "maladie de langueur" qui la frappe et d'imaginer des voies pour y remédier.

Pendant les six séances plénières du Forum, les participants se sont exprimés sur les grandes problématiques européennes actuelles : la quête d'une identité européenne, la sortie de l'impasse institutionnelle, le modèle économique et social de l'UE, la puissance de l'UE, etc.

Parmi les intervenants, se sont succédés Philippe Douste Blazy, Hubert Védrine, Paul Thibaud, Dominique Strauss-Khan, Jean-Louis Bourlanges, Etienne Davignon, Michel Barnier, Jean-Paul Fitoussi, Peter Mandelson, François Bayrou, Jacques Attali, Mario Monti, Laurent Fabius, Jacques Barrot, ou encore Bertrand Delanoe.

Vaira Vike Freiderga, Présidente de la république de Lettonie, est intervenue lors de la séance d'ouverture pour présenter une Europe ouverte, audacieuse et sûre d'elle. Elle appelle de ses vœux une Europe unie et solidaire face aux enjeux d'aujourd'hui et de demain. "Jean Monnet et Robert Schuman étaient persuadés que pour affronter ces difficultés, il était nécessaire d'avoir une vision autant que du courage. Cinquante ans après, nous ne pouvons faire mieux que de réaffirmer cette conviction", a-t-elle conclu.

Plusieurs visions distinctes de l'avenir de l'Europe sont apparues à l'issue des débats, se fondant notamment sur des visions concurrentes de la poursuite de l'élargissement et des modalités de la réforme institutionnelle. Le consensus s'est pourtant formé autour du souhait de voir émerger une Europe politique plus forte.

"L'Europe puissance est un beau chantier, dont on n'aperçoit pas encore les échafaudages", a déclaré Elie Barnavi, conseiller spécifique du musée de l'Europe, lors de la séance de clôture du Forum. Et M. Barnavi de conclure en citant les propos de Jacques Chirac, dont le message avait été lu lors de l'ouverture du forum par Philippe Douste-Blazy : "Il n'appartient qu'à nous que ce siècle soit celui de l'Europe".