Derniers articles publiés

Explique-moi... les forces politiques au Parlement européen [podcast]

Vidéo 14.10.2019

Retrouvez ici notre podcast "Explique-moi l'Europe" dédié aux forces politiques au Parlement européen. Quels sont les groupes présents dans l'hémicycle ? Comment nouent-ils des alliances pour faire passer des textes ? Quelles sont les forces montantes ? Et le poids des eurosceptiques ? Un épisode de 7 minutes réalisé par Toute l'Europe en collaboration avec Bulle Media, agence européenne de production de podcasts, et 20 Minutes, quotidien d'information générale.

Quels sont les groupes présents dans l'hémicycle ? Comment nouent-ils des alliances pour faire passer des textes ? Quelles sont les forces montantes ? Et le poids des eurosceptiques ?

Marie Guitton (Toute l'Europe) et Antoine Lheureux (Bulle Media) vous expliquent tout.

Retrouvez ici tous les podcasts de Toute l'Europe

 

Le Parlement européen, c'est l'une des plus importantes institutions de l'Union européenne. Et c'est là que siègent les députés européens...

En mai 2019, les citoyens européens ont élu 751 eurodéputés. Un nombre qui sera ramené à 705 après le Brexit, la sortie du Royaume Uni de l'Union européenne.

Ces eurodéputés viennent de tous les pays de l’Union ; ils siègent pour 5 ans ; et leur rôle est important : ils sont chargés d'amender et de voter les lois européennes, ainsi que le budget de l'Union.

Plus la population d’un pays est importante, plus elle a de représentants au Parlement européen. Avec 83 millions d'habitants, l'Allemagne a 96 eurodéputés. La France en a 74 avant le Brexit, 79 après. Et avec 460 000 habitants, Malte n'en a que 6.

Les députés européens tentent donc de peser un maximum face à la Commission européenne, qui propose les lois, et face au Conseil de l'UE, qui représente les Etats membres et qui partage, avec le Parlement, le pouvoir d'adopter les textes…

Pour peser dans le processus d'adoption des "lois" européennes, les eurodéputés se regroupent au sein du Parlement Européen, par affinité politique. C’est ce qu’on appelle les groupes.

Il y en a 8 aujourd’hui (de la gauche à la droite de l'hémicycle) :

  • la Gauche unitaire européenne/gauche verte nordique. C'est l'extrême gauche, qui regroupe des partis proches de la France insoumise.
  • le groupe S&D, les sociaux-démocrates. C'est la gauche modérée, où l'on retrouve le Parti socialiste français.
  • les Verts/Alliance libre européenne. C'est là, en ce qui concerne la France, que siège Europe écologie les Verts.
  • Renew Europe. C'est le centre, libéral, avec un important contingent français de la République en marche, entré au Parlement européen aux dernières élections.
  • le PPE, le Parti populaire européen. C'est la droite classique, conservatrice. On y retrouve les Républicains français, mais surtout l'imposante CDU allemande.
  • on entre dans l'aile la plus droitière du Parlement, avec les Conservateurs et réformistes européens. Souverainistes, ultraconservateurs, il n'y a pas de Français dans ce groupe, mais les idées défendues au niveau national par le parti Debout la France, de Nicolas Dupont-Aignan, sont assez proches.
  • le groupe d'extrême droite, Identité et Démocratie, qui réunit des partis nationalistes, anti-immigration comme la Ligue italienne, ou le Rassemblement national français.
  • il faut également mentionner le groupe des non-inscrits, qui ne sont apparentés à aucun groupe politique. Au début de la législature 2019-2024, leur nombre assez élevé s'explique par la présence des députés du Brexit Party de Nigel Farage.

Quel(s) groupe(s) domine(nt) le Parlement européen ? Quelles sont les forces montantes ?

C'est le Parti populaire européen, la droite modérée, qui a obtenu le plus de suffrages aux élections européennes de 2019. Il occupe environ un quart des sièges du Parlement européen… ce qui ne constitue pas une majorité.

Jamais dans l'Histoire de l’Institution, un groupe n'a eu la majorité à lui seul. Néanmoins, pendant des années, la droite et la gauche traditionnelles pouvaient s'entendre pour faire passer certains textes, puisqu'elles avaient la majorité à elles deux. La gauche a d’abord dominé ce duo, de 1979 à 1999, et puis ça s'est inversé : depuis vingt ans, c'est la droite qui a le plus de sièges.

Mais depuis les élections européennes de 2019, ces deux grands groupes n'ont même plus la majorité à eux deux. Donc aujourd'hui, même lorsque la droite et la gauche classiques arrivent à s'entendre, il leur faut au moins le soutien d'une troisième force pour faire passer un texte… ce qui signifie que d'autres familles politiques ont gagné en influence ces dernières années.

La droite et la gauche ont désormais, bien plus qu'avant, besoin d’alliés pour constituer des majorités. Et elles les cherchent plutôt parmi les groupes les plus favorables à l'intégration européenne : les centristes - libéraux - et les verts, arrivés 3e et 4e aux élections européennes de 2019.

Ce sont eux qui ont le plus gagné en influence. D'emblée, après les élections, les libéraux se sont positionnés en faiseurs de majorité. Et les Verts, qui n'avaient jamais été aussi forts en trente ans d'existence, ont prévenu que leur famille jouerait un rôle de "pivot" au sein du nouveau Parlement.

Qu’en est-il des forces populistes, voire eurosceptiques. On entend souvent dire qu'elles gagnent en influence. Ça n'a pas été le cas en 2019 ?

Oui et non. Oui, parce que le groupe d'extrême-droite, au sein duquel siège La Ligue et le Rassemblement national, n'a jamais été aussi puissant : il est passé de 6 % à environ 10 % des sièges en 2019. C’est autant que les Verts.

Mais non, parce que ce groupe d'extrême droite reste isolé : l'autre groupe de droite radicale, le groupe souverainiste des Conservateurs et réformistes européens, refuse de travailler avec lui. Et a fortiori, peu d'eurodéputés favorables à l'intégration européenne sont prêts à s'allier avec la Ligue ou le Rassemblement national…

De même, l'extrême gauche - où il existe aussi une frange eurosceptique, par exemple à la France Insoumise - ne veut pas non plus s'allier avec l'extrême droite.

Donc les eurosceptiques ont gagné des sièges au Parlement, mais ils n'ont pas tellement gagné en influence. Et lorsqu’il a été élu président du Parlement européen en 2019, David Sassoli a rappelé que l'hémicycle restait majoritairement favorable à l'Europe.

Il faut aussi savoir que, parfois, des alliances peuvent se nouer en dehors des groupes au Parlement européen ; notamment en fonction des intérêts nationaux. En 2017 par exemple, tous les socialistes français, et même deux centristes français, avaient voté contre l'accord de libre-échange avec le Canada. Ils s'étaient désolidarisés de leurs groupes européens pour rejoindre les écologistes, l'extrême gauche et même l'extrême droite sur ce point !
Parfois – même si c’est rare - la défense des intérêts de son propre pays peut donc primer sur l'affiliation politique européenne d'un eurodéputé.

 

Podcast réalisé avec

 

 

en partenariat avec