Derniers articles publiés

Européennes 2009 : les tendances dans les 27 Etats membres

Actualité 07.06.2009

La victoire des conservateurs se confirme dans toute l'Europe. La sociale-démocratie européenne est la grande perdante de ces élections. L'extrême droite a, par contre, réalisé une percée significative dans de nombreux pays, notamment aux Pays-Bas. Mais la grande gagnante de ce scrutin reste l'abstention. A l'échelle de l'UE, elle s'élève à 56,91% selon le Parlement européen.

Selon les estimations du Parlement européen, les conservateurs du Parti populaire européen (PPE) devraient remporter 267 sièges sur un total de 736. Les socialistes du PSE arrivent loin derrière avec 159 sièges. Les libéraux obtiennent 81 élus, la GUE, 33 élus et les Verts font une percée avec 51 élus. Le taux de participation moyen a été de 43,39 % pour les 27 pays de l'UE, soit une abstention record de 56,61 %.


Allemagne

Les conservateurs de la chancelière Angela Merkel arrivent largement en tête en Allemagne avec 37,9% des voix. Les sociaux-démocrates enregistrent leur plus mauvais résultat avec 20,8% des voix. Les libéraux du FDP réalisent eux une belle performance en se situant entre 10,5 et 11%. Les Verts recueillent 11,5 à 12 % des voix.
   

Autriche

Le parti conservateur ÖVP (Parti populaire autrichien) est en tête des élections européennes en Autriche dimanche 7 juin, avec 29,7% des voix, devant les sociaux-démocrates du SPÖ (Parti socialiste autrichien) qui enregistrent un sérieux revers avec 23,8% des suffrages . L'extrême-droite du défunt Jörg Haider recueille près de 13,8%.

Belgique

Les chrétiens-démocrates flamands (CDV) ont remporté, dimanche 7 juin, les élections européennes en Belgique (15,13), devant les libéraux flamands (13,02) et les socialistes francophones (10,19) , selon les chiffres publiés dimanche par le ministère  de l'intérieur après dépouillement de 90 % des suffrages.

Bulgarie 

Le parti de droite a remporté les élections devant les socialistes du Premier ministre, M. Stanichev, selon les sondages à la sortie des bureaux de vote. Le GERB, dont les membres rejoindront les rangs du groupe parlementaire conservateur du Parti populaire européen (PPE), a recueilli entre 25,5 % et 26,5 % des voix et les socialistes entre 19,5 % et 20 %.

Chypre

Avec 35,65% des voix, le parti d'opposition de droite Disy obtient 35,6% des voix (deux sièges). L'Akel (34.90%) conserve ses deux députés. Le parti centriste Diko (12,28%) et les socialistes de l'Edek (9,85%) se partagent les deux sièges restants.

Danemark

Les sociaux-démocrates, dans l'opposition, arriveraient en tête, selon un sondage de sortie des urnes, mais reculent toutefois à 21,8 % des suffrages. Les libéraux au pouvoir maintiennent leurs trois sièges et leurs alliés conservateurs de la coalition bipartite préservent leur unique mandat. Le Parti du peuple danois - extrême droite - gagne deux sièges.

Espagne

La droite a battu les socialistes au pouvoir, avec 43 % des voix contre 40,5 %, selon un sondage à la sortie des urnes. Le Parti populaire (PP) espagnol remporterait ainsi de 23 à 24 sièges sur un total de 50 à pourvoir, contre 21 à 22 pour le Parti socialiste (PSOE).

Estonie

Le plus grand parti d'opposition - le Parti du Centre - arrive en tête (26,04%) alors que le Parti des Réformes (libéral) du Premier ministre Andrus Ansip a obtenu un des six sièges revenant à ce pays balte (15,3%). Taux de participation : 43,2 %.


Finlande

Le Parti du centre du chef du gouvernement obtient trois sièges, avec 22,8 % des voix, autant que son allié au pouvoir, le parti conservateur de la Coalition nationale, qui recueille 19,5 % des suffrages. Les sociaux-démocrates obtiennent deux sièges (17,6%), de même que les écologistes. Le parti au discours anti-immigrés et anti-UE des Vrais Finlandais obtient 10 % des voix.


Grèce

L'opposition socialiste est arrivée largement en tête, devant le parti conservateur de la Nouvelle Démocratie (ND) du Premier ministre Costas Caramanlis, selon les sondages de sortie des urnes. Les scores du Pasok, le parti socialiste, varient de 36 à 39,5 % selon les chiffres des chaînes, avec un écart de l'ordre de 6 points au détriment de la ND, créditée de 30 % à 33 % des voix.

Hongrie

La plus grande formation de l'opposition de droite, le parti Fidesz, arrive en tête avec 67 % des voix, s'assurant une avance écrasante sur les socialistes du MSZP (19 %) au pouvoir, alors que l'extrême droite fait une perçée, avec 8 % des suffrages.

Irlande

Le gouvernement du Fianna Fail sort fragilisé des urnes avec 23 % des suffrages. Il se place derrière le Fine Gael (30 %), principale formation d'opposition. Le Parti travailliste prend la troisième place du scrutin avec 16 % des suffrages, devant le Sinn Fein (12 %) et les indépendants (10 %). Le mouvement Libertas de l'homme d'affaires Declan Ganley, champion du « non » au référendum sur le traité de Lisbonne, n'obtient que 4 % des voix.

Italie

Les électeurs italiens semblent avoir finalement sanctionné Silvio Berlusconi et les conservateurs. Après avoir dépouillé 97% des bulletins, le Parti du peuple pour la liberté (PdL) a obtenu 34,9% des voix, contre 37,4% lors des précédentes élections européennes en 2004. Silvio Berlusconi avait prédit qu'il obtiendrait 45% des suffrages. Le Parti Démocrate (opposition) obtiendrait 26,3 % des voix. La Ligue du Nord, 9,5%.

Lettonie

L'Union civique, entrée au gouvernement en mars, a obtenu 24,23 % des voix, devançant le Centre Harmonie, coalition de partis, représentant principalement la minorité russe, qui a remporté 19,53 % des voix. Le parti nationaliste l'Union pour la Patrie et la Liberté, membre de la coalition au pouvoir, a obtenu 7,46 %, alors que la formation Nouvelle Ere du premier ministre Valdis Dombrovskis a obtenu un score de 6,66 %. La participation samedi a été de 53 %, selon la commission électorale.

Lituanie

Le Parti conservateur du premier ministre Andrius Kubilius l'emporte avec 26,53 % des voix, selon des résultats quasi définitifs. Les Sociaux démocrates arrivent en deuxième place avec 18,65 % des bulletins valides. Le taux de participation a été de 20,57 %.

Luxembourg

Jean-Claude Juncker est assuré de battre son propre record de longévité au pouvoir parmi les dirigeants européens en exercice, après la victoire de son parti de centre droit aux législatives, qui se jouaient en même temps que les européennes.

Malte

L'opposition travailliste a remporté le scrutin avec 54,77 % contre 40,49 % au Parti nationaliste (droite libérale) au pouvoir. La participation, en baisse de trois points par rapport au scrutin de 2004, a atteint 79 %.

Pays-Bas

Le parti d'extrême droite islamophobe et antieuropéen du député Geert Wilders aurait remporté 16,4 % des voix, soit la deuxième place derrière les chrétiens-démocrates du Premier ministre Jan Peter Balkenende, à 20 %.
 

Pologne

Le parti libéral Plateforme civique est sorti largement vainqueur, avec un soutien de 45,3 % des électeurs, selon une estimation. Le parti conservateur Droit et Justice (PiS) des frères Kaczynski arrive en deuxième position, avec 29,5 % des voix, devant la coalition de l'Alliance de la gauche démocratique (SLD) et de l'Union du travail (UP), forte d'un soutien de 12 % des électeurs.

Portugal

Selon les derniers résultats, le PS a recueilli 26,45% des voix, soit un recul de plus de 18 points par rapport aux européennes de 2004. En tête, le Parti social-démocrate (PSD, droite) obtient 33,07% des suffrages, en légère hausse par rapport au dernier scrutin.

République tchèque

Les Démocrates civiques (ODS, droite tchèque) de l'ex-premier ministre Mirek Topolanek remportent une nette victoire (31,4 % des suffrages) sur leurs rivaux du parti social-démocrate du CSSD. Taux de participation : 27,8 %.

Roumanie

La gauche du PSD et le centre-droit du PDL seraient au coude-à coude avec autour de 30% des voix. Ils sont suivis par les libéraux (PNL, opposition), avec environ 16% des suffrages, et l'Union démocratique des Magyars (UDMR, opposition), entre 9% et 10%.


Royaume-Uni

Le parti conservateur est en tête des élections, avec 29% des voix. Les travaillistes s'effondrent (15%) et finissent derrière le parti nationaliste UKIP (17%). Gordon Brown pourrait être la victime de ce scrutin qui a été marqué par l'affaire des notes de frais.

Slovaquie

Le parti de gauche du Premier ministre Robert Fico a remporté 32,1 % des voix contre 16,98 % pour les libéraux du SDKU. Le parti SNS, connu pour ses discours xénophobes anti-hongrois et anti-roms, remporte son premier siège avec 5,55 % des voix. La participation a atteint 19,04 %, le taux le plus faible des 27 pays de l'UE.

Slovénie

Le parti démocrate SDS (opposition de centre droit) a remporté les élections devant le parti social-démocrate SD du Premier ministre Borut Pahor, selon des estimations données par la télévision nationale. Le SDS a recueilli 26,46 % des suffrages et obtient 2 des 7 sièges d'eurodéputés alloués à la petite république d'ex-Yougoslavie. Derrière lui, le SD est crédité de 18,22 % des voix (2 sièges).

Suède

Les sociaux-démocrates, dans l'opposition, arrivent en tête avec 24,6 % des voix, devant le parti de centre droit au pouvoir, avec 18,8 %. Le parti écologiste progresse fortement, avec 10,8 % des voix contre 6 % en 2004. Le Parti des pirates, qui veut principalement protéger la vie privée des internautes et légaliser le partage de fichiers sur Internet, obtient 7,1 % des voix et entre ainsi au Parlement européen (un siège).