Derniers articles publiés

Europe et vous : Sécurité dans l'utilisation d'Internet et protection des données

Actualité 08.02.2012

Chaque semaine, Touteleurope.eu fait le point sur ce que l'Union européenne fait pour vous, pour vos droits, votre santé, votre vie quotidienne. Cette semaine, la protection des données est encore à l'honneur, alors que Google s'apprête à mettre en œuvre de nouvelles règles de confidentialité, et que l’on célébrera la "Journée pour un Internet plus sûr". La Commission européenne agit également en faveur d'une Energie renouvelable pour tous. Retour enfin sur la poursuite de la bataille pour le maintien de l’aide européenne aux plus démunis.

Les nouvelles règles de confidentialité de Google ne sont pas au goût du groupe des 29

Jacob Kohnstamm, président du groupe des 29, a adressé jeudi dernier une lettre à Larry Page, le PDG de Google, en lui demandant de suspendre l'application des nouvelles règles de confidentialité, qui doit intervenir à compter du 1er mars prochain. M. Kohnstamm voudrait "vérifier les conséquences possibles sur les données personnelles des citoyens européens", et a demandé l'ouverture d'une enquête à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil).

Le Groupe des 29 est un organe consultatif européen indépendant sur la protection des données et de la vie privée. Il rassemble des représentants de chaque autorité de contrôle désignées par les États membres de l'UE, un représentant de la Commission européenne et un représentant des autorités créées pour les institutions et organismes communautaire.
Son organisation et ses missions sont définies par les articles 29 et 30 de la directive 95/46/CE, dont il tire sa dénomination.


Google souhaite en effet simplifier ses règles  de confidentialité, notamment en regroupant 60 de ses services en un seul document, et en rassemblant les données des utilisateurs, jusque alors dispersées sur les différents comptes des nombreux services Google.

Dans un courrier publié vendredi dernier et adressé à Jacob Kohnstamm, Google explique que ce changement n’affecte en rien les paramètres utilisateurs de confidentialité et qu’aucune nouvelle collecte de données n’est instaurée. L'entreprise ajoute que les nouvelles règles de confidentialité entreront bien en vigueur le 1er mars. Le Groupe des 29 n’a pas de pouvoir de contrainte mais simplement un rôle de conseil indépendant auprès de la  Commission européenne, qui précise que ces avis, rendus publics, ne reflètent pas sa position.

La Commission européenne en faveur de "l'Energie durable pour tous"

Le 8 février marque le lancement de l'Année internationale de l'Énergie durable pour tous des Nations Unies. A cette occasion, Andris Piebalgs, Commissaire au Développement, mettra l'accent sur l'engagement de la Commission européenne pour parvenir à une énergie durable pour tous d'ici 2030.

Environ 1,4 milliard de personnes n'ont pas accès à l'électricité dans le monde, un autre milliard d'individus n'ont accès qu'à un réseau d'électricité peu fiable. Près de trois milliards de personnes utilisent des combustibles solides (à savoir la biomasse et le charbon) pour cuisiner et se chauffer.


Un système d'énergie performant améliore l'accès efficace à des moyens énergétiques modernes et augmenterait les chances des personnes en difficulté d'échapper aux effets les plus graves de la pauvreté. Sous la direction du Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon, l'événement se penchera sur les types d'engagements nécessaires de la part de tous les secteurs afin de fournir un accès à l'énergie aux populations les plus pauvres de la planète.

Les trois objectifs pour l'engagement à atteindre d'ici 2030 sont :

l'accès universel aux services énergétiques modernes ;
doubler le taux global d'amélioration de l'efficacité énergétique ;
doubler la part des énergies renouvelables dans le mélange global des sources de carburant.

La commission de l'Agriculture soutient le plan d'aide alimentaire

Depuis 1987, il fournit des denrées alimentaires à 18 millions de personnes qui souffrent de la pauvreté dans 20 États membres de l'Union. Les denrées proviennent des stocks d'intervention de la PAC. Mais suite à la réduction de ces derniers, le système est devenu de plus en plus dépendant des achats sur le marché, alors que la crise économique mondiale a entraîné une hausse du nombre de citoyens dans le besoin.

Le Programme européen d'aide au plus démunis (PEAD) a donc évolué, à travers une contribution financière directe aux associations. L'Allemagne, réticente à une telle évolution, estimait que ce programme n'ayant plus pour finalité d'écouler les stocks agricoles excédentaires, il ne devait plus être financé dans le cadre de la PAC. Dans sa décision du 13 avril 2011, le Tribunal de l'Union européenne a donné raison à l'Allemagne, ce qui a entrainé la diminution du financement de 500 millions d'euros, en 2011, à 133 millions en 2012.

La proposition de mise à jour du règlement, qui permettrait au programme d'acheter des denrées alimentaires sur le marché, est restée bloquée au Conseil jusqu'en novembre 2011, lorsque l'Allemagne a donné son accord pour poursuivre le programme, avec un financement propre, jusqu'à la fin de 2013. La commission de l'Agriculture du Parlement européen a soutenu le texte afin d'éviter tout retard dans l'approvisionnement de l'aide à ceux qui en ont besoin.

Pour Czesław Adam Siekierski (PPE, PL), rapporteur pour le Parlement sur le règlement, le compromis "résoudra pour le moment la situation urgente de ceux qui dépendent du programme" et "laissera assez de marge de manœuvre pour les prochaines négociations" sur la manière de poursuivre le programme après 2014. Le président de la commission de l'Agriculture, Paolo de Castro (S&D, IT) ajoute que c'est "une bonne nouvelle en cette période de crise économique mondiale qui empêche de nombreux citoyens de nourrir leur famille".

Le Parlement devra se prononcer lors de la session plénière le 15 février. S'il suit la recommandation de la commission de l'Agriculture et soutien le règlement, le système s'appliquera rétroactivement à partir du 1er janvier 2012 jusqu'à la fin de 2013, avec un budget maximal de 500 millions d'euros par an.

 

Journée pour un Internet plus sûr

Célébré dans plus de 70 pays dans le monde entier pour la neuvième année consécutive, le "Safer Internet Day" a rapidement dépassé les frontières européennes pour devenir au fil des ans un rendez-vous incontournable en matière d'e-sécurité et d'éducation au média Internet. Cette année, le thème de l'évènement est "Générations connectées : découvrir Internet ensemble, c'est plus sûr".

Selon la dernière enquête EU Kids Online :
77 % des 13-16 ans et 38 % des 9-12 ans qui utilisent Internet ont un profil sur un site de réseau social ;
12% des jeunes âgés de 9 à 16 ans qui utilisent Internet ont déjà été dérangés par un contenu en ligne ;
56 % des parents dont l'enfant a reçu des messages déplaisants sur Internet n'en sont pas conscients.


"Internet Sans Crainte" est le programme national de sensibilisation des jeunes aux enjeux et risques de l’Internet. Ce programme fait partie du réseau Insafe qui regroupe les 30 projets européens du Safer Internet Programme. Financé par la Commission européenne, il est placé sous l’égide de la Délégation aux Usages de l’Internet.

Les principales missions d’Internet Sans Crainte sont :
de fédérer les acteurs nationaux impliqués dans la prévention des risques et la promotion des usages responsables de l’Internet ;
de mettre en place des campagnes d’information ;
de sensibiliser les jeunes et leurs médiateurs éducatifs ;
de développer des ressources, former des professionnels, ou encore animer des ateliers.


En savoir plus


L'énergie durable pour tous – Nations Unies

Internet sans crainte