Derniers articles publiés

[Europe en région] Quel soutien de l’UE aux régions françaises face au Covid-19 ?

Actualité 16.10.2020 Agnès Faure

L’arrivée de la pandémie de Covid-19 en Europe au mois de mars 2020 a profondément impacté les territoires et laissera des traces durables sur le tissu économique local. A l’occasion de l’édition 2020 du congrès des Régions de France, Toute l’Europe revient sur la manière dont l’Union européenne a apporté son soutien aux régions françaises.

Pour faire face à la crise, l'Union européenne a permis aux régions de mobiliser une partie des enveloppes de leurs fonds régionaux

Pour faire face à la crise, l'Union européenne a permis aux régions de mobiliser une partie des enveloppes de leurs fonds régionaux - Crédits : Commission européenne

Si la pandémie de Covid-19 n’a épargné aucune région, les conséquences sanitaires et économiques ne se font pas ressentir uniformément dans les territoires. Pour apporter une réponse adaptée à la situation de chacun, l’Union européenne a réorienté les fonds de sa politique de cohésion pour apporter aux régions les liquidités nécessaires à la gestion de la crise. Avec les initiatives d’investissement de réponse au coronavirus (CRII et CRII+) adoptées en avril, les régions françaises ont ainsi pu réallouer une partie des enveloppes du Fonds européen de développement régional (FEDER) et du Fonds de social européen (FSE) pour venir en aide au secteur médical et aux entreprises.

Au coeur de la crise : fournir du matériel médical au personnel en première ligne

En Martinique, le choix s’est porté sur l’achat de matériel médical et de protection pour épauler les personnes "en première ligne" dans la lutte contre la pandémie. Depuis le mois d’avril, plus d’une vingtaine d’entités y ont recouru. C’est notamment le cas du CHU de Martinique, qui a bénéficié d’une aide de 23,3 millions d’euros issus du Fonds social européen et destinés à l’achat de respirateurs et de masques pour le personnel soignant. La communauté d’agglomération du Pays Nord Martinique a elle aussi choisi de protéger ses employés, en investissant dans des kits de désinfection et des équipements individuels (visières de protection, lunettes, masques, tenues de travail) pour un montant de 463 000 euros, financés aux trois quart par le FSE. Enfin, le Service territorial d’incendie et de secours (STIS) a de son côté mobilisé un peu plus de 3 millions d’euros de fonds européens pour un soutien logistique dans le transfert de patients entre les hôpitaux de la région. Les fonds serviront également à mettre en place des actions de sensibilisation de la population aux risques sanitaires, tout en renforçant les mesures de soutien psychologique.

La région Bretagne a également concentré ses efforts sur le soutien au milieu médical avec l’acquisition de 2 millions de masques chirurgicaux et de type FFP2, en plus de 900 000 flacons de gel hydroalcoolique. Commandés fin mars, ils ont été distribués au début du mois d’avril au personnel soignant de 59 communautés de communes. L’opération, chiffrée à près de 2 millions d’euros, a été financée intégralement par le Fonds européen de développement régional.

Le président de la Région Bretagne Loïg Chesnais-Girard et celui du Département d’Ille et Vilaine Jean-Luc Chenut, réceptionnent les 2 millions de masques commandés avec l’aide des fonds européens lors de la crise sanitaire au printemps 2020 - Crédits : Région Bretagne

La région Nouvelle-Aquitaine s’est elle aussi tournée vers les fonds européens pour financer ses mesures d’urgence. Dans un communiqué de presse, le conseil régional a ainsi fait savoir que 7,45 millions d’euros avaient été mobilisés "pour prendre en charge les dépenses d'achats de masques et d'équipements de protection individuelle engagées dès le début de la crise par les collectivités. La Région compte mobiliser de nouveaux fonds européens dans les prochains mois pour venir en aide aux secteurs économiques les plus touchés par la crise, comme le tourisme et la culture.

Quant aux entreprises des autres secteurs d’activités, certaines ont choisi de réorienter leur production. C’est notamment le cas de la société Solibio, dont l’activité initiale est le développement de produits alimentaires ou cosmétique bios, et qui a décidé de produire des savons et du gel hydroalcoolique grâce à une aide européenne d'un montant de 135 000 euros. L’entreprise Addidream, spécialisée quant à elle dans l’impression 3D de matériel médical, a réalisé plus de 3 500 visières de protection depuis le 28 mars. Cet effort a permis d’équiper les employés des supermarchés, le personnel soignant ou encore les équipes de la gendarmerie de Limoges.

Accompagner la relance : soutenir les entreprises en difficulté

Après le choc de la crise sanitaire, celui de la crise économique. La mise en place du confinement sur l’ensemble du territoire français a mis à mal les trésoreries de bon nombre d’entreprises. Pour éviter des faillites en grand nombre, certaines régions ont fait le choix de mobiliser des fonds européens pour venir en aide aux entreprises locales. 

La Guadeloupe a ainsi réorienté des montants de son enveloppe FEADER (Fonds européen agricole pour le développement rural), pour accorder aux entreprises et aux agriculteurs une aide non remboursable. D’un montant minimum de 3 000 euros pour les agriculteurs et de 5 000 euros pour les entreprises, le montant de la subvention peut évoluer, sur la base de différents critères, pour atteindre 7 000 euros dans le premier cas, et jusqu'à 50 000 euros dans le second. Ces aides doivent être accordées jusqu’à épuisement de l’enveloppe FEADER qui représente 3,4 millions d’euros.

La région Bourgogne-Franche-Comté a adopté une stratégie similaire. Pour soutenir l'entreprise Geochanvre qui exploite le chanvre de la région de manière durable, la région a fait l’acquisition d’une machine à découpe laser, afin de réaliser des masques respiratoires homologués par la Direction générale de l’armement (DGA). Les financements européens représentent 50 000 euros sur les 218 000 euros mobilisés pour le projet.

Les masques de la société Geochanvre proposent une alternative écologique aux masques grand public - Crédits : Région Bourgogne Franche-Comté

Enfin, l’Ile de France fait partie des régions qui utilisent le nouveau dispositif de "prêt rebond" mis en place par l’Union européenne. Celui-ci permet aux entreprises les plus touchées d’emprunter à taux zéro une somme comprise entre 10 000 et 300 000 euros afin de relancer leur activité.