Derniers articles publiés

Eurogroupe : les ministres ne devraient pas s'accorder sur une aide à la Grèce

Actualité 15.03.2010

Les ministres des Finances des seize Etats membres de la zone euro, réunis à Bruxelles aujourd'hui et demain, ne devraient pas s'accorder sur une aide financière à la Grèce. C'est en tout cas ce que laissent penser les déclarations à la presse d'un porte-parole du gouvernement allemand. De son côté, le commissaire européen à la Concurrence, Joaquin Almunia, a considéré qu'il était prématuré de parler de la création d'un Fonds monétaire européen.

Pas d'accord politique sur l'aide financière à la Grèce

Tout laissait penser ce week-end que la question d'une aide financière de la zone euro à l'un de ses membres en difficulté, la Grèce, serait abordée, et réglée, ce lundi à Bruxelles à l'occasion de la réunion de l'Eurogroupe.

 

Mais les récentes déclarations à la presse d'un porte-parole du gouvernement allemand ont clairement indiqué que tel ne serait pas le cas. L'Allemagne affirme en effet que l'aide qui pourrait être accordée à la Grèce relève d'un accord politique qui n'a pas à être discuté lors d'une réunion mensuelle de l'Eurogroupe.

 

Le porte-parole du ministère des Finances a même précisé que la Grèce n'avait aucunement sollicité l'aide des autres membres de la zone euro.

 

Pourtant, cette question a apparemment bel et bien été abordée lors de cette première journée d'échanges entre les ministres.

 

L'Allemagne est l'un des pays qui s'opposent à ce que les Etats membres de la zone euro soutiennent financièrement la Grèce. Angela Merkel a ainsi estimé la semaine dernière que la Grèce devait "faire ses devoirs"et redonner par elle-même confiance aux marchés financiers. Mais la chancelière allemande a également reconnu les efforts fait par Athènes via son plan d'austérité.

 

Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble est allé de son côté beaucoup plus loin  en évoquant la possibilité d'exclure de la zone euro un Etat qui ne parviendrait pas à redresser ses finances publiques. La menace est brandie.

 

Joaquin Almunia juge prématurée la création d'un FME

Si Wolfgang Schäuble menace, indirectement, la Grèce d'expulsion, il rappelle surtout par ce biais que les règles du Pacte de Stabilité et de Croissance ne permettent pas à la zone euro de faire face à la crise.

Pour le ministre allemand les règles de ce pacte ne sont pas assez strictes, et c'est pourquoi il soutient depuis longtemps la création d'un Fonds monétaire européen.

Mais cette question devrait également être écartée par les ministres des Finances.

 

Du côté de la Commission européenne, la création du FME ne semble pas non  plus à l'ordre du jour.

 

Le commissaire à la Concurrence, Joaquin Almunia, a en effet déclaré aujourd'hui, lors d'une conférence de presse, que si l'idée était intéressante à long terme, elle ne permettait pas de régler les problèmes actuels rapidement, comme ceux de la Grèce. Or, il y a urgence.

 

Le commissaire a donc appelé depuis Madrid les membres de l'Eurogroupe a renforcer et à améliorer la coordination budgétaire de la zone euro au-delà de la crise grecque.

 

"La balle est dans le camp de l'ensemble de l'Eurogroupe (...), je ne recommanderais pas qu'elle soit jouée en pensant seulement au long terme" a-t-il déclaré.

 

Sources

L’Eurogroupe étudie l’évolution de la crise budgétaire grecque - 15/03/2010 - Présidence espagnole du Conseil de l'UE

 

En savoir plus

Crise économique dans la zone euro, 2010 - Touteleurope.fr