Derniers articles publiés

Espagne : les opposants à l'avortement descendent dans la rue

Actualité 30.03.2009

Alors que le gouvernement socialiste prépare un projet de loi pour décriminaliser l'avortement, environ 100 000 personnes, proches des milieux conservateurs et catholiques, sont descendues dans la rue pour protester contre cette initiative des autorités espagnoles.

Une manifestation soutenue par l'Eglise catholique

C'est la première grande manifestation contre le projet du gouvernement de José Luis Rodriguez Zapatero de rendre l'interruption volontaire de grossesse (IVG) pleinement légale dans un délai limité comme c'est le cas dans la plupart des pays européens.
Le droit à l'avortement  dans les Etats membres

La législation sur l'interruption volontaire de grossesse diffère selon les 27 pays membres de l'Union européenne. Dans 4 Etats membres (Irlande, Pologne, Malte et Chypre), l'avortement reste illégal.

Tableau comparatif



La législation actuelle n'autorise en effet l'avortement que dans trois hypothèses :

 

  • En cas de viol dans un délai maximum de 12 semaines de grossesse

  • En cas de malformations du foetus (22 semaines)

  • En cas de "danger pour la santé physique ou psychique de la mère" (sans limitation de temps)

 

Cette dernière disposition de la loi, en vigueur depuis 1985, a été invoquée par près de 97 % des femmes - plus de 110 000 - qui ont avorté en 2007 en Espagne.

Avec la nouvelle loi, l'avortement sera possible jusqu'à la 14e semaine de grossesse. Sa pratique sera autorisée aussi bien dans les hôpitaux publics que les établissements privés. Jusqu'à présent, seulement 2 % des IVG avaient lieu dans des établissements publics, de nombreux médecins refusant de pratiquer cette opération, par "objection de conscience" ou par crainte de poursuites judiciaires.

Le point le plus critiqué du projet par les associations opposées à cette nouvelle réglementation, est la possibilité pour les jeunes filles de 16 à 18 ans d'avorter sans le consentement de leurs parents. Des manifestants dénonçaient cette possibilité d'avorter librement pour des mineurs alors qu'on leur interdit l'achat de tabac ou d'alcool.

L'Eglise catholique espagnole s'est fortement impliquée dans le débat en lançant une campagne publicitaire choc, suggérant que les animaux en voie de disparition comme les lynx sont mieux protégés que les embryons humains en Espagne. L'Eglise frappe toujours d'excommunication l'IVG.

 

 


En savoir plus :

Dossier Santé publique – Touteleurope.fr