Derniers articles publiés

Eneko Landaburu : "On pourrait dire que la PEV est en quelque sorte à cheval entre la politique extérieure de l’Union et ses politiques internes"

Actualité 20.07.2007

Directeur général de la DG Relations extérieures de la Commission européenne, Eneko Landaburu présente le rôle du nouvel Instrument Européen de Voisinage et de Partenariat (IEVP). Il explique les relations entre la politique européenne de voisinage (PEV) et la politique extérieure et de sécurité commune de l'UE (PESC).

 


Quel est le lien entre la politique européenne de voisinage (PEV) et la politique extérieure et de sécurité commune de l'UE (PESC) ?
 
La politique européenne de voisinage établit un cadre permettant l’intensification des relations de l’UE avec ses voisins les plus proches, tant à l’Est qu’au Sud. Son originalité consiste à intégrer des éléments de politique étrangère "classique", comme la PESC, à un appui aux réformes internes de nos voisins et leur harmonisation avec l’acquis communautaire.

Nous avons un objectif simple et stratégique : accroître la prospérité, la stabilité et la sécurité dans notre voisinage, dans l’intérêt de l’Union aussi bien que de nos voisins.

Nous poursuivons cet objectif en utilisant tous les instruments qui sont à notre disposition. Citons par exemple notre mission à la frontière entre la Moldavie et l’Ukraine (EUBAM), où l’assistance technique et matérielle octroyée aux gardes frontières et aux services des douanes – allant au-delà du cadre habituel de la PESC - a contribué de manière significative à la prévention d’un conflit potentiel. De même, les positions communes de l’UE, notamment dans le domaine des droits de l’homme, peuvent se faire appuyer par une assistance financière visant à concrétiser l’objectif de la position en question.
 

Quels avantages offrent la
politique européenne de voisinage ?

La PEV représente la volonté de l’UE de construire des relations plus étroites, y compris une intégration économique, avec nos voisins.  Sa valeur ajoutée, comme je l’ai indiqué précédemment, est d’aller au-delà de la politique étrangère classique pour appuyer les réformes et la modernisation dans notre voisinage. On pourrait dire que la PEV est en quelque sorte à cheval entre la politique extérieure de l’Union et ses politiques internes.

Avec nos partenaires nous traitons un nombre élargi de sujets, touchant presque tous les secteurs de la vie politique et économique. Cette approche ambitieuse  est également reflétée dans les ressources humaines et financières que nous sommes prêts à mettre en œuvre dans le cadre de la PEV, et qui sont également plus importantes que celles mises en œuvre au bénéfice d’autres pays tiers.


Depuis le 1er janvier 2007, les programmes MEDA et TACIS, ainsi que d’autres programmes, ont été remplacés par un instrument unique : l’Instrument Européen de Voisinage et de Partenariat (IEVP). Quelles nouveautés apporte cet instrument ?

En comparaison avec ses prédécesseurs, l’IEVP est un instrument qui est plus étroitement lié aux priorités de réforme identifiées avec les pays partenaires. Il dispose également d’une grande flexibilité dans les mesures qui peuvent être mises en œuvre. Citons, à titre d’exemple, les investissements dans les infrastructures, ou encore le jumelage entre les administrations de nos Etats membres et celles des pays partenaires -  un outil qui s’est avéré très efficace pour appuyer l’harmonisation législative et la convergence réglementaire durant le dernier élargissement.

En outre, l’IEVP développe une nouvelle approche à la coopération transfrontalière, afin d’éviter la création des nouvelles lignes de division sur notre continent. Il nous confère pour la première fois la possibilité de mettre en œuvre des programmes conjoints auxquels participeront les régions frontalières des Etats membres et des pays partenaires.


Pour la nouvelle période budgétaire (2007-2013), le financement communautaire s'élèvera à 12 milliards d'euros, soit une augmentation de 75 % en valeur réelle par rapport à la période de programmation précédente (2000-2006). Comment expliquez-vous cette hausse du budget ?

L’augmentation du budget pour le voisinage (IEVP), 45% en termes absolus et 32% en termes réels, est une indication de l’importance de la politique européenne de voisinage aux yeux de nos Etats membres et du Parlement Européen.  

Dans cette même logique, la Banque Européenne d’Investissement  a obtenu un mandat élargi pour les pays du voisinage : 12,4 milliards d'euros sur la même période.

 

Propos recueillis le 20/07/2007