Derniers articles publiés

Elections européennes : les spécificités d'un scrutin pas comme les autres

Actualité 29.08.2018 Céline Schmitt

Les prochaines élections européennes se tiendront dans l'ensemble des 27 Etats membres de l'Union européenne entre le 23 et le 26 mai 2019. Organisé tous les 5 ans depuis 1979, ce scrutin permet aux citoyens européens d'élire leurs représentants au Parlement européen. Toute l'Europe passe en revue les spécificités de ce moment incontournable de la vie démocratique européenne.

Elections européennes : les spécificités d'un scrutin pas comme les autres

Hemicycle du Parlement européen à Strasbourg - Crédits : Mathieu Cugnot / Parlement européen

Un taux d'abstention record

Depuis les premières élections des eurodéputés au suffrage universel direct en 1979, le taux de participation moyen n'a cessé de chuter. Un phénomène qui peut paraître paradoxal dans la mesure où le renforcement progressif des pouvoirs du Parlement européen s'est accompagné d'une hausse significative du désintérêt des Européens pour la seule institution de l'UE bénéficiant de la légitimité démocratique.

Si le scrutin de 1979 a mobilisé 61,99% des citoyens européens, ce taux a chuté sans discontinuer jusqu'à atteindre 42,61% en 2014. En s'intéressant plus particulièrement à l'année 2014, on constate que le taux de participation varie fortement d'un Etat membre à l'autre. Dans les pays où le vote aux élections européennes est obligatoire, comme au Luxembourg ou en Belgique, les taux d'abstention étaient logiquement très faibles, entre 10 et 15%. A l'inverse, en Slovaquie, en République tchèque, en Croatie, en Slovénie et en Pologne, les taux d'abstention ont dépassé les 75%. La France se situe quant à elle dans la moyenne européenne avec 56,5%.

Selon Olivier Rozenberg, chercheur à Sciences Po Paris interrogé par Toute l'Europe, le taux d'abstention moyen en Europe est toutefois à relativiser. "Si on ne conserve que les pays présents lors des premières élections européennes de 1979 en y ajoutant la Grèce, on constate que la baisse du taux de participation aux européennes est conforme à la baisse générale de participation", explique-t-il. "Il n'y a donc pas de désaffection croissante des électeurs pour ce scrutin". 

La baisse de la moyenne européenne trouverait ainsi ses racines dans le faible taux de participation des Etats membres situés à l'Est de l'Europe. Ces derniers affichaient en effet des taux d'abstention records aux dernières élections européennes de 2014, dépassant parfois les 80%. Pour Olivier Rozenberg, la raison de cette faible participation est "que les pays de l'Est votent moins en général, car ce sont des démocraties moins installées, plus jeunes, où l'acte de vote est moins sanctifié". De plus, poursuit le chercheur, "ces pays ont également connu jusqu'à une date récente une forte volatilité partisane, avec des partis qui se créaient, se divisaient, se renouvelaient, ne permettant pas d'enraciner une identification partisane chez les électeurs".

Elections européennes : quelles tendances à moins d'un an de l'échéance ?

Une prime aux partis secondaires

En France, les partis traditionnellement moins bien représentés au niveau national le sont davantage au niveau européen. Cela se traduit par les résultats tout à fait honorables qu'ils obtiennent lors des élections européennes. On se rappellera à cet égard du score historique d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) en 2009, arrivé troisième juste derrière le Parti socialiste avec 16% des voix. Un score d'autant plus remarquable que le parti n'a obtenu qu'autour de 3% des voix lors des élections législatives de 2007. A l'image de cette réussite, le Mouvement des radicaux de gauche (MRG) mené par Bernard Tapie avait obtenu 12% des voix aux élections européennes de 1994. La même année, une liste dissidente de l'UDF, conduite par le souverainiste Philippe de Villiers, avait également opéré une percée significative avec 12% des voix et une troisième place.

Ce constat tient notamment aux spécificités du mode de scrutin européen, fondé sur la proportionnelle. Celui-ci est jugé plus démocratique et plus représentatif des préférences des citoyens, puisque les sièges sont attribués proportionnellement selon le nombre de voix obtenues par chacun des partis. Il se différencie du scrutin législatif français, majoritaire, qui donne l'avantage aux grands partis politiques afin de dégager une majorité claire capable de gouverner.

Elections européennes 2019 : mode d'emploi

Néanmoins, selon Olivier Rozenberg, ce succès des petits partis ne serait pas uniquement lié aux particularités du mode de scrutin, mais également aux difficultés des partis de gouvernement à "s'accommoder d'un électorat divisé sur les questions européennes". Ainsi, ces derniers ont tendance à moins s'y engager, tant sur le fond de la campagne que sur le choix des élus pour la porter, qui sont souvent "de parfaits inconnus", rappelle M. Rozenberg. Les candidats des grands partis sont ainsi "moins souvent invités sur les plateaux de télévision, et quand ils le sont, ne savent pas trop comment s'exprimer : il est donc difficile de faire campagne sur ces bases-là", remarque le chercheur. A l'inverse, de plus petits partis tels qu'EELV seraient quant à eux en position de faire campagne sur des idées plus tranchées, pour ou contre l'Europe.

Enfin, les élections européennes seraient une sorte de "respiration, où l'électeur peut voter différemment, se trouvant moins contraint par des logiques de vote utile comme aux élections nationales". Certains électeurs se permettraient ainsi un vote plus proche de leurs convictions, d'autant que celui-ci sera mieux pris en compte que lors d'un scrutin majoritaire.

Une prééminence des enjeux de politique nationale ?

Les élections européennes ont également la réputation de faire la part belle aux questions de politiques nationales, alors qu'elles devraient être plutôt dédiées aux enjeux européens. Olivier Rozenberg juge néanmoins cette opposition "un peu artificielle", citant le score important du Front national aux élections européennes de 2014, au terme d'une campagne très européanisée. La même tendance est à noter aux élections européennes de 1999, marquées par le score important de la liste du Rassemblement pour la France (RPF, droite souverainiste) de Charles Pasqua et Philippe de Villiers.

En menant une campagne destinée à séduire l'électorat conservateur et souverainiste opposé au traité de Maastricht et d'Amsterdam, le "Rassemblement pour la France et l'indépendance de l'Europe", avait créé la surprise, en se hissant à la seconde place du scrutin, entre le Parti socialiste, emmené alors par François Hollande et le RPR, conduit par Nicolas Sarkozy. Autre performance notable, celle de Simone Veil lors des élections européennes de 1979. Se présentant contre la liste chiraquienne, elle fera un triomphe en remportant 27,6% des voix, avec une liste résolument pro-européenne.

Elections européennes 2019 : quels candidats ? quelles stratégies ?

Néanmoins, on notera que les élections européennes ont régulièrement été l'expression d'un "vote sanction" vis-à-vis de la politique menée par le gouvernement en place. L'échec de la liste socialiste menée par Michel Rocard en 1994 en a été la démonstration la plus cruelle, puisqu'elle signera la fin des ambitions présidentielles du candidat socialiste. C'est pour éviter une telle déroute que Jacques Chirac procèdera à une révision du mode de scrutin en vue des élections européennes de 2004, passant d'une liste nationale unique à une régionalisation des circonscriptions. Un redécoupage "qui ne représentait rien de précis et de clair pour les Européens et qui donnera lieu à des élections européennes dévitalisées. De quoi empêcher que se renouvelle ce genre d'accident politique", analyse Olivier Rozenberg.

L'Assemblée nationale a validé cette année le souhait d'Emmanuel Macron de repasser à des listes nationales, en vue des élections européennes de 2019.

Election d'outsiders

Les élections européennes tirent également leur originalité du fait qu'elles ont permis la victoire de parfaits outsiders, au parcours parfois très atypique. Quelques grands sportifs européens sont par exemple devenus eurodéputés. On citera notamment le Finlandais Ari Vatanen. Cet ancien pilote de rallye professionnel, deux fois champion du monde, a été élu eurodéputé sur la liste du parti conservateur finlandais en 1999. Il sera réélu 5 ans plus tard, mais cette fois-ci en France car résidant dans le Sud-Est, sur la liste de l'UMP. Autre exemple, celui de Theódoros Zagorákis, footballeur grec et vainqueur du Championnat d'Europe de football en 2004. Il est devenu député européen en 2014 à l'âge de 43 ans pour le parti conservateur grec.

D'autres, au profil plus politique, ont également marqué les esprits. Julia Reda par exemple, a été élue à seulement 28 ans député européenne en 2014 pour le parti pirate allemand, qu'elle a elle-même fondé. Autre exemple encore, celui d'Edouard Martin, syndicaliste CFDT de l'usine ArcelorMittal, connu pour sa lutte contre la fermeture des hauts-fourneaux de Florange en 2009, élu député européen 5 ans plus tard, sous les couleurs du PS.

Autant d'élections traditionnellement moins fréquentes lors de scrutins nationaux.