Derniers articles publiés

Du changement à la tête de l'Agence européenne de défense

Actualité 05.01.2011

Suite à un report de la nomination du directeur de l'Agence européenne de défense, c'est finalement Claude-France Arnould qui a été choisie le 28 décembre 2010. Madame Arnould a bénéficié de l'appui du Quai d'Orsay, qui a vu en l'ancienne directrice de la planification civilo-militaire au secrétariat du Conseil européen une personne qualifiée et expérimentée pour exercer cette nouvelle fonction.

La diplomate Claude-France Arnould à la tête de l'Agence européenne de défense


L'annonce officielle de cette nomination ne se fera que lorsque Catherine Ashton, Haute représentante de l'Union européenne pour les Affaires étrangères et à la politique de sécurité, aura donné son accord définitif. Mais la décision avait été déjà prise en marge du Conseil européen du 17 décembre, suite au renoncement de l'Italie qui avait présenté la candidature du directeur adjoint de l'Agence européenne pour la défense, Carlo Magrassi. L'Allemagne a finalement laissé la diplomate française prendre la direction de l'Agence puisque celle-ci était dirigée auparavant par un directeur allemand, Alexander Weiss, depuis sa création en juillet 2004.

La carrière de Claude-France Arnould

- Conseillère technique auprès du ministre délégué chargé des Affaires européennes en 1986

- Secrétaire générale de l'École nationale d’administration
(ENA) de 1987 à 1989

- Premier conseiller à l’Ambassade en Allemagne de 1994 à 1998

- Directrice des Affaires internationales et stratégiques au Secrétariat général de la défense nationale (SGDN) en France de 1998 à 2001

- Directrice pour les questions de défense au Secrétariat du Conseil de l'Union européenne de 2001 à 2010

 

Avant d'intégrer l'Agence européenne de défense, Claude-France Arnould a été directrice pour les questions de défense au Secrétariat du Conseil de l'Union européenne à partir de 2001 qui a été par la suite intégré au SEAE (celui-ci n'a été officialisé que 1er décembre 2010). Elle avait donc déjà de l'expérience dans le domaine pour mettre en relation les militaires et les administrateurs au sein de cette direction civilo-militaire.

Rôle et mission de l'Agence européenne de défense

L'Agence européenne de défense a pour objectif d'accroître les capacités de défense dans le domaine de la gestion des crises, d'encourager et de soutenir la coopération européenne en matière d'armement. Elle vise également à  renforcer les capacités industrielles et technologiques européennes dans le domaine de la défense, de favoriser la constitution d'un marché européen concurrentiel des équipements de défense, ainsi que de contribuer à l'essor de la recherche militaire. Elle s'insère dans la politique européenne de sécurité commune (PESC), et plus précisément au sein de la politique européenne de défense commune.

Parmi les nombreuses missions auxquelles l'agence est confrontée, on trouve la nécessité de faire croître des capacités de défense dans le domaine de la gestion des crises. L'Agence fait en effet en sorte d'anticiper les besoins futurs de l'UE en matière de défense. Elle applique et coordonne donc la mise en œuvre du plan d'action européen sur les capacités et l'harmonisation des besoins militaires. Elle est également en capacité de suggérer des opérations de collaboration dans le domaine opérationnel et procure des évaluations au sujet des priorités financières.

L'Agence a également pour tâche d'améliorer la coopération européenne dans le domaine de l'armement. Pour ce faire, elle propose des nouveaux projets de coopération multilatéraux, et organise des programmes existants et administre des programmes spécifiques.

La consolidation de la base industrielle et technologique européenne dans le domaine de la défense et la mise en place d'un marché européen des équipements de défense concurrentiel font également partis des missions attribuées à l'Agence. Celle-ci crée des politiques et des stratégies appropriées en relation constante avec la Commission européenne.

L'Agence cherche enfin à augmenter la productivité de la recherche et de la technologie européenne dans le domaine de la défense. Elle tend également à  combiner les activités de recherche destiné à satisfaire les futurs besoins en matière de capacités de défense, toujours en liaison avec la Commission européenne.

Une agence qui souffre d'un manque de moyens 

A titre d'exemple, l’écart entre les investissements militaires de l’OTAN (600 millions d’euros) et le budget de l’Agence européenne de défense (30 millions)  avait été jugé "scandaleusement ridicule" par Maxime Lefebvre (diplomate et enseignant à Sciences-Po) dans une note parue sur le site de la Fondation Jean Jaurès. Il met notamment en doute l'efficacité de cette Agence, dû aux faibles moyens dont elle dispose.

L'ancien directeur de l'Agence s'était exprimé à ce sujet dans le blog Bruxelles 2 (consacré à la défense européenne) et s'était insurgé contre cette idée reçue. En admettant la petitesse de l'équipe (100 personnes) et sa récente création (2004), il avait souligné la progression rapide de ses activités, et la sobriété avec laquelle les actions de l'agence étaient menées, sans tapage médiatique. Dans cet entretien accordé à ce même blog, Alexander Weiss prônait une méthode de financement plus rationnelle (sous forme de budget pluriannuel), en vue d'améliorer les capacités militaires des Etats membres afin de mener à bien les opérations militaires de la PESD.

Pour Alexander Weis, le renforcement du potentiel militaire européen comporte quatre éléments :

  • les  "Objectifs majeurs 201" répondant aux 158 déficits de capacité identifiés pour la conduite des opérations PESD.
  • des projets de coopération : "340 projets nationaux recensés dans la base de données de l'Agence et 90 projets communs cernés".
  • le retour d’expérience en opérations, "l'opération Congo nous a beaucoup appris, c’est une vérification de notre analyse selon la réalité du terrain".
  • une "vision à long terme, pour se préparer à 2025".


Vers la  fin de son mandat, l'ancien directeur de l'Agence estimait que les conditions pour créer une véritable armée européenne pourraient être réunies d'ici 20 à 30 ans.

 

En savoir plus:

 

Action extérieure de l'UE - Touteleurope.eu.

Politique extérieure de sécurité commune (PESC) - Touteleurope.eu

Politique de sécurité et de défense  commune (PSDC) - Toutleurope.eu

Le Blog  Bruxelles2  consacré à la nouvelle politique étrangère de l'UE et l'Europe de la Défense

lire la note de Maxime Lefebvre sur le site de la Fondation Jean Jaurès