Derniers articles publiés

Drogues : la Commission constate l'échec des politiques

Actualité 11.03.2009

La Commission européenne publie aujourd'hui son rapport sur les marchés des drogues illicites dans le monde depuis 1998. Il en ressort un constat d'échec : malgré la mise en place de politiques de lutte contre la drogue dans le monde entier ces dix dernières années, et parfois à cause de celles-ci, la situation n'a quasiment pas évolué.

Dix ans après s'être rangés derrière la déclaration "Un monde sans drogues c'est possible" le 10 juin 1998 aux Nations Unies, les Etats vont être amenés à revoir leur copie, semble indiquer le rapport. Si celui-ci ne fait aucune recommandation sur les politiques à mener, il conclut toutefois que "la prohibition des drogues a provoqué des dégâts involontaires importants, dont beaucoup étaient prévisibles".


Sa publication coïncide avec l'ouverture ce mercredi à Vienne de la réunion des 53 Etats membres de la Commission des stupéfiants de l'ONU. Celle-ci doit tirer le bilan de dix années de politiques anti-drogues mondiales et adopter une nouvelle déclaration politique pour la période 2009-2019.

 

Pas d'amélioration depuis dix ans

Sans être accablant, le bilan que dresse ce mercredi le Rapport sur le Marché Mondial des Drogues Illicites 1998-2007 n'en est pas moins sévère. Comme le note ainsi la Commission européenne, "l'étude sur laquelle se fonde ce rapport ne contient aucun élément faisant apparaître une diminution du problème mondial de la drogue sur la période allant de 1998 à 2007".

Près de 50 % des personnes nées après 1980 ont déjà au moins goûté au cannabis. La majorité d'entre elles cesse toutefois d'en consommer passé les premières années de l'âge adulte.
D'une manière générale, il constate que la situation s'est légèrement améliorée dans certains des pays les plus riches alors qu'elle a empiré dans d'autres, et notamment dans quelques grands pays en développement ou en transition. Quant aux prix, ceux-ci ont baissé : dans la plupart des pays occidentaux, qui pourtant ont établi des sanctions plus sévères contre les vendeurs, on constate une chute des prix de 10 à 30% depuis 1998, et rien n'indique qu'il est plus difficile de s'y procurer de la drogue. Enfin, le cannabis s'est banalisé chez les jeunes dans beaucoup de pays occidentaux.

En Europe occidentale, aux Etats-Unis et en Océanie, le montant total des recettes du cannabis atteindrait près de 70 milliards d'euros en 2005.

L'étude indique cependant qu'en raison notamment de l'absence de données fiables sur la production, la consommation et le trafic de drogues pour une grande partie du monde, l'un de ses objectifs n'a pas été atteint : estimer la taille totale du marché des drogues illicites sur la base des recettes annuelles générées.

 

Des politiques contre-productives

Depuis l'Assemblée Générale des Nations Unies de juin 1998, où les chefs d'Etats ont unanimement entamé une "guerre à la drogue", les politiques de lutte contre la drogue se sont multipliées, au niveau national notamment, avec l'adoption de mesures plus sévères à l'égard des trafiquants, mais aussi l'intensification des efforts pour venir en aide aux consommateurs.
"La majorité des dommages observés proviennent des politiques menées, plutôt que des drogues elles-mêmes", a résumé devant la presse le professeur Peter Reuter, qui a dirigé les recherches pour le rapport.
Mais c'est avant tout l'échec des politiques fondées exclusivement sur la répression et la prohibition qui est soulignée dans le rapport, alors que s'ouvre à Vienne la réunion des 53 Etats membres de la Commission des stupéfiants de l'ONU, destinée à tirer le bilan de dix ans de politiques anti-drogues mondiales et adopter une déclaration pour la période 2009-2019. Ces politiques ont généralement eu pour effet d'augmenter la corruption, la grande criminalité ainsi que les risques sanitaires pour les consommateurs.

A l'inverse, une des conclusions de l'étude est que les politiques de réduction des risques, toujours controversées dans certains pays, gagnent du terrain dans un nombre croissant d’autres pays qui les considèrent comme un moyen efficace de réduire les maladies, les troubles sociaux et la mortalité liés à la drogue. Celles-ci semblent d'ailleurs avoir contribué à la légère réduction de la consommation en Europe plus que la répression.

Enfin, l'étude montre les faiblesses du système international de collecte des données et des informations sur le problème mondial de la drogue, malgré les importants investissements de l'UE, en particulier dans l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT).

Le rapport commandé par Jacques Barrot, commissaire en charge de la Justice, de la liberté et de la sécurité, sera mis à la disposition des participants à la rencontre de haut niveau de la Commission des stupéfiants des Nations Unies.

 

 

Sources

Rapport de la Commission sur le problème mondial de la drogue au cours des dix dernières années – Commission européenne
A Report on Global Illicit Drug Markets 1998-2007



En savoir plus :

Etudes dans le domaine de la coordination de la lutte antidrogue – Commission européenne
L'Europe, espace de liberté, de sécurité et de justice - Touteleurope