Derniers articles publiés

Douze petits portraits de grands Européens et Européennes

Actualité 16.09.2010

A l'occasion des journées européennes du Patrimoine, Touteleurope.eu vous propose douze portraits d'hommes et femmes ayant contribué à la construction européenne.

Victor Hugo (1802-1885)

"Un jour viendra où vous France, vous Russie, vous Italie, vous Angleterre, vous Allemagne, vous toutes, nations du continent, sans perdre vos qualités distinctes et votre glorieuse individualité, vous vous fondrez étroitement dans une unité supérieure, et vous constituerez la fraternité européenne, absolument comme la Normandie, la Bretagne, la Bourgogne, la Lorraine, l'Alsace, toutes nos provinces, se sont fondues dans la France. Un jour viendra où il n'y aura plus d'autres champs de bataille que les marchés s'ouvrant au commerce et les esprits s'ouvrant aux idées. - Un jour viendra où les boulets et les bombes seront remplacés par les votes, par le suffrage universel des peuples, par le vénérable arbitrage d'un grand sénat souverain qui sera à l'Europe ce que le parlement est à l'Angleterre, ce que la diète est à l'Allemagne, ce que l'Assemblée législative est à la France !"

Victor Hugo, à propos des Etats-Unis d'Europe, Congrès de la Paix, 1849

Romancier, dramaturge, et poète parmi les plus grandes plumes françaises, Victor Hugo est moins connu pour ses convictions européennes, et son engagement précurseur pour le rapprochement des Etats d’Europe. Son ardeur  au Congrès de la Paix de 1849 dans la défense de ce projet intervient à un moment où peu s’intéressent à l’unité de l’Europe.

L’Union qu’il conçoit s’organise autour du Rhin, et est fondée sur le commerce,  les échanges culturels et le suffrage universel, contre les monarchies de l’époque. Il admet que le projet sera extrêmement difficile à mettre en place, et qu’il nécessitera peut être une guerre ou une révolution. Montalembert l’estimera "fou".

Le temps sera davantage aux nationalismes qu’aux élans européens, et le projet de Victor Hugo n’aura aucune postérité immédiate, bien que celui-ci l’ait conçu comme aboutissement de son existence. Mais comme il l’écrit lui-même : "les utopies d'un siècle sont les faits du siècle suivant"...

Aristide Briand: (1862-1932)

Grand homme politique français, Aristide Briand s'est aussi illustré sur la scène internationale et européenne. Très actif dans la Société Des Nations,  il participe résolument aux accords de Locarno en octobre 1925. Outre la concrétisation du Pacte Rhénan, qualifié de pacte de stabilité frontalier entre la France, la Grande-Bretagne, la Belgique et l'Italie, Il négocie des conventions d'arbitrages  avec son homogame allemand Gustav Streesman, afin de réconcilier les deux grands ennemis français et allemand.

Ces deux hommes ont constitué une louable tentative de  d'un rapprochement franco-allemand et de changements diplomatiques sur le plan européen. Ce projet leur a valu à tous les deux le Prix Nobel de la paix. Malgré tout, ce rapprochement a toutefois été arrêté net dans sa lancée à la mort du ministre allemand en 1929.

Membre de la  commission de désarmement à l'intérieur de la SDN, le prix Nobel de la paix 1926 négocie également le pacte Briand-Kellogg. Signé le 27 Août  1928, les 63 membres de la SDN "condamnent le recours à la guerre pour le règlement des différends internationaux et y renoncent en tant qu'instrument de politique nationale dans leurs relations mutuelles.

"La guerre hors-la-loi (…) arrière les fusils, arrière les mitrailleuses et les canons", propos du diplomate français tenus dans l'Hémicycle à Genève, résonnent encore dans la mémoire de tous les pacifistes. 

Malgré l'échec de la paix, le pacte a néanmoins constitué une base juridique lors du procès de Nuremberg de 1945 en facilitant l'apparition de la notion de crime contre la paix.

Auteur d'un discours célèbre avec son homologue allemand sur un projet d'union européenne, Aristide Briand s'est révélé être tout au long de carrière diplomatique " un pèlerin et apôtre de la paix".

Louise Weiss (1893-1983)

Le nom de Louise Weiss n'est pas inconnu à ceux et celles qui ont déjà passé la porte du Parlement européen de Strasbourg. Il orne son bâtiment principal.

L'Europe, le journalisme et le féminisme ont été les trois mots qui ont conduit la vie de celle qui, bien des années avant d'être élue au Parlement européen, en 1986, fonde à 25 ans l'Europe nouvelle, revue qu'elle dirige jusqu'en 1934, et dont elle fait un instrument pour la paix et pour la coopération en Europe. Dénonçant dès l'arrivée d'Hitler au pouvoir la montée du nazisme et les persécutions envers les Juifs, elle entre dans un réseau de Résistance sous le nom de Valentine et participe à la rédaction du journal clandestin Nouvelle République. Elle se consacre après la Seconde Guerre mondiale au journalisme, parcourant la planète et couvrant entre autres le procès de Nuremberg en 1945.

Son engagement européen se concrétise en 1979 par son entrée, à 86 ans, au Parlement européen. Doyenne des élus, elle prononce alors un discours dans lequel à l'appel les Européens à l'unité. "L'Europe ne retrouvera son rayonnement qu'en rallumant les phares de la conscience, de la vie et du droit" déclare-t-elle.

Reflétant la dimension européenne de sa carrière, le Prix Louise Weiss récompense aujourd'hui chaque année des journalistes pour leur travail sur l'Europe.

Portrait de Louise Weiss sur Touteleurope.eu

Paul-Henri Spaak (1899-1972)

Paul-Henri Spaak est le père du Bénélux, cette union entre la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas, qui peut être vue comme une ébauche de ce que sera la Communauté européenne.

Cet homme politique belge à occupé nombre de postes de premier plan, dans son pays (premier ministre, ministre des affaires étrangères) ou à l’international (président de l'Assemblée générale des Nations Unies – le premier, secrétaire général de l’OTAN). Il sera membre du Mouvement européen où se rassemblent hommes politiques et autres idéalistes désireux de construire et préserver l'Europe.

Dès la seconde guerre mondiale, lorsqu’il part en exil à Londres, il plaide pour une alliance de l’Europe occidentale au lendemain de la guerre. Cette alliance, il contribuera grandement à la construire, et on le compte à ce titre parmi les "pères de l’Europe". Il sera président de l'Assemblée parlementaire de la CECA, embryon du Parlement européen, de 1952 à 1954.

C’est un fédéraliste convaincu qui combat les visions confédérales de l’Europe. Il milite pour l’entrée du Royaume-Uni dans le marché commun. Il joue un rôle clé dans la négociation du Traité de Rome.

Une aile du Parlement européen porte son nom.

Portrait de Paul Henri Spaak sur Touteleurope.eu

Altiero Spinelli (1907-1986)

Lorsque quatre eurodéputés souhaitent influer un nouveau vent de fédéralisme au Parlement européen comment nomment-ils leur groupe ? Spinelli bien sûr !

Inspirateur, théoricien et constructeur de la Communauté européenne, c'est lors de son incarcération pendant 10 ans, puis de son assignation à résidence les six années suivantes que l'Italien Altiero Spinelli passe du communisme au fédéralisme. En 1941, il rédige avec Ernesto Rossi le manifeste fédéraliste de Ventotene, inspiré du mouvement anglais du XVIIIème siècle, puis fonde le Mouvement fédéraliste européen en 1943, à la mort de Mussolini.

Sa contribution à la construction européenne prend forme en 1947, époque à laquelle il joue un rôle majeur dans la genèse de la Communauté européenne de la défense, qui ne verra jamais le jour suite au refus français en 1954. Il entre à la Commission des Communautés européennes en 1970, dont il prend en charge jusqu'en 1976 les secteurs de la politique industrielle et de la recherche, mais c'est au Parlement européen, où il siège de 1976 à 1986, le combat d'Altiero Spinelli qu'il laisse définitivement sa marque sur la construction européenne. En effet, il crée en 1980 le 'Club du Crocodile' grâce auquel il obtient la création d’une nouvelle commission chargée de la réforme institutionnelle de la Communauté. Le projet de traité issu de cette commission et adopté en 1984 est la base du texte fondateur de l'Union européenne, le traité de Maastricht.

Portrait d'Altiero Spinelli sur Touteleurope.eu

 

Jacques Delors (né en 1925)

Situé politiquement dans le courant de la "seconde gauche" crée  par Michel Rocard, ce positionnement  dessine déjà les caractéristiques de sa future politique européenne, intégrant  les courants de la démocratie chrétienne et de la social-démocratie.

Il prend ses fonctions européennes au sein de la Communauté économique européenne en 1979. Disposant de son premier mandant au parlement européen, il préside la Commission européenne et monétaire. Revenu aux affaires nationales en tant que ministre des finances de 1981 à 1984, il emprunte aux libéraux les mesures de désinflation compétitive et de politique de rigueur, pour tenter de remédier à la crise économique qui sévit en France.

Propulsé à la tête de la commission européenne, où il assure trois mandats successifs, il donne la priorité à la relance européenne de 1985 à 1994.

Célèbre pour ses prises de position, Jacques Delors désire clarifier  la nature et les objectifs de l'Union européenne. Considérant que l'Union européenne est un "objet constitutionnel non identifié", il entend donner une vision à l'Europe en affirmant que "Le modèle économique européen doit se fonder sur trois principes : la concurrence qui stimule, la coopération qui renforce et la solidarité qui unit."

Présentant ses mesures dans, son "livre blanc", il compte  mettre  en application ses idées en se reposant notamment sur les dirigeants de l'ERT, (European Round Table), composé des quarante capitaines d'industrie de l'Europe des 15. Répondant à ceux qui pensaient que l'Europe n'allait pas assez vite, Jacques Delors expose ses projets devant le parlement en 1985, en affirmant vouloir  faire tomber les barrières commerciales et les frontières fiscales.  Cette volonté affichée et effective  aboutira  à la signature de l'acte unique en 1986.

Lors d'une célèbre émission de Jean Marie Cavada "la marche du siècle", Jacques Delors argumente pour l'adoption du traité de Maastricht: "Lorsque j'ai lancé en 1984-1985, le projet de grand marché, la Table Ronde des Industriels a soutenu ce projet. Et aujourd'hui, les industriels invitent les gouvernements à aller plus vite encore, et ce n'est pas moi qui leur dirais le contraire: nous avons bien besoin de cette poussée salutaire, sinon nous aurions tendance à ne pas aller au rythme où les évènements vont. Maintenant il faut aller à 140 à l’heure... Il faut que les gouvernements se décident : pour ça, ils n’ont plus que trois mois".

Il nuance ainsi la position de François Mitterrand qui en  1978 déclarait que les français voulaient" une Europe des travailleurs, contre l'Europe marchande, l'Europe des profits, l'Europe des grandes affaires".

Suite à ces trois mandats, ou ont lieu l’élargissement de l’Europe communautaire de 9 à 15 Etats membres, l’adoption de l’Acte unique européen, la réforme de la politique agricole commune (PAC), la signature des accords de Schengen et du Traité de Maastricht (1992), Jacques Delors laisse une Europe profondément rénovée et élargie à quinze Etats.

Portrait de Jacques Delors sur Touteleurope.eu

Simone Veil (née en 1927)

Connue en France pour la loi sur l’avortement dont elle est l’artisane, Simone Veil est l’une des personnalités les plus populaires en France. Rescapée d’Auschwitz, féministe militante, c’était aussi une européenne convaincue.

C’est la première femme à être devenue Présidente du Parlement européen, l’année même de sa première élection au suffrage universel direct ; durant son mandat et au-delà, elle a largement contribué au renforcement des pouvoirs de cette institution. Elle a également contribué à le faire connaître à l'opinion publique et à améliorer l'image un peu terne de celui-ci.

Son engagement européen ne s’est pas arrêté au Parlement, puisqu’elle a conduit plusieurs groupes de réflexion, et reste active dans le milieu associatif.

Fervente fédéraliste, elle était aussi ferme partisane de l’élargissement.

Depuis février 1998, elle siège au Conseil constitutionnel. Elle est aussi à l’académie française ; sur son épée d’académitienne figure, aux côtés de la devise française et son numéro de déportée, la devise européenne, "unis dans la diversité".

Portrait de Simone Veil sur Touteleurope.eu

Helmut Kohl (né en 1930)

Lycéen, il participait déjà à des actions symboliques à la frontière entre la France et l’Allemagne ; pendant tout le reste de sa vie, sa foi en l’amitié franco-allemande ne faiblira pas. Aux côtés de François Mitterrand avec lequel il développe une grande complicité, il s’engagera autant qu’il le peut dans la vision d’une Europe portée par le couple franco-allemand.

Cette étroite collaboration avec la France ainsi qu'avec le Président de la Commission européenne Jacques Delors, permettra la signature de l’Acte unique en 1986, un grand pas en avant dans la construction communautaire. Quelques années plus tard, il saura rassurer ses pairs sur la réunification de l’Allemagne, à laquelle il donne une identité européenne très marquée. Il n’hésitera pas à défendre l’euro dans un pays très attaché à sa monnaie.

Déjà en 1992, il fait adopter à l’unanimité, au congrès de la CDU, une motion préconisant la mise en œuvre d’une Constitution fédérale pour l’Europe afin de clarifier les attributions et mettre en place un régime parlementaire pour les compétences de niveau européen. Il propose deux ans plus tard à la France et au Bénélux d’adopter une telle constitution et de s'organiser en un "noyau dur européen". La France ne répondra jamais à cette proposition.

Son engagement en faveur de l’Europe et de l’amitié franco-allemande lui vaudra le titre honorifique de "Citoyen d’honneur de l’Europe".

Portrait d'Helmut Kohl sur Touteteleurope.eu

Bronisław Geremek (1932-2008)

Bronisław Geremek était un grand historien et homme politique polonais, et l’une des grandes figures intellectuelles du Parlement européen.

Rescapé du guetto de Varsovie, ce marxiste de conviction devient dissident après les violentes répressions communistes du Printemps de Prague. Après l’effondrement du bloc soviétique, il rentrera au gouvernement polonais où il sera ministre des Affaires étrangères, avant d’entrer au Parlement européen.

Il sera candidat malheureux à la Présidence du Parlement, s’étant présenté contre le candidat commun au PSE et au PPE. Il aura pourtant amené de très nombreux députés à voter pour lui en dépit de la ligne de leur parti.

"On s'est consacré à faire l'Europe, maintenant il faut se consacrer aux Européens" disait-il. L’identité européenne était l’un de ses thèmes de prédilection, en lien avec la mémoire commune aux Européens. Ce spécialiste de la civilisation européenne au Moyen-âge dirigeait la chaire civilisation européenne à l’antenne de Natolin du Collège d’Europe, qu’il a cofondée en 2002. Il a aussi largement travaillé sur les questions d’exclusion et de solidarité.

Après son décès en 2008, son nom fut donné à la cour intérieure du  bâtiment principal du Parlement européen à Strasbourg.

Portrait de Bronisław Geremek sur Touteleurope.eu

Vaclav  Havel (né en 1936)

Présenté comme le "président- philosophe" de la Tchécoslovaquie, sa vie a été qualifiée "d'œuvre d'art " par Milan kundera. Homme de théâtre, grand dissident,  symbole  de la lutte contre le totalitarisme, mais aussi emblème de la révolution de velours de 1989 qui marquée la fin de la démocratie populaire de Tchécoslovaquie, Vaclav Havel s'est toujours présenté comme un avocat de la cause européenne.

Encouragée par sa famille, Vaclav Havel commence très jeune à publier des articles et des nouvelles, abordant les traditions humanistes de la république de Tchécoslovaquie détruits par le pacte de Varsovie.

Il continue sur cette voie  après 1968, malgré l'invasion des chars soviétique suite au printemps de Prague, ce qui lui confère la position d'un des dissidents le plus connu du glacis soviétique. Co-fondateur de la chartre des soixante-dix sept, il acquiert la figure d'opposant intellectuel  connu internationalement.

Placé à la tête du forum civique en 1989, il est élu sans peine président par intérim au moment de la chute du régiment un "intérim qui a duré 13 ans" s'amuse t-il à rappeler. Convaincu de la nécessité d'une Europe unie, il négocie l'entrée de son pays dans l'Union européenne.

Le 16 avril 2003, a lieu la signature du Traité d'adhésion. Sous son impulsion, 77,3% des Tchèques votants  approuvent l'adhésion le 14 juin 2003  et le 1er mai 2004, la République tchèque devient membre de l'Union européenne.
L'ancien président, enthousiasmé par l'aventure européenne, affirme avec une sagesse toute personnelle que " L'Europe a toujours été une unité, mais dans le passé, l'ordre européen a été dicté par les puissants, aux dépens des petits. L'Union européenne constitue la première tentative d'organisation du continent sur la base de l'égalité, du respect de l'identité de l'autre, de la vérité. C'est une chance historique".

Portrait de Vaclav Havel sur Touteleurope.eu

 

Nicole Fontaine, née en 1942

Cette femme politique française de 68 ans a été Présidente du Parlement européen, et l’une des deux seules femmes à avoir exercé cette fonction. Européenne convaincue, elle a milité pour l’adoption de la Constitution européenne en 2005, puis pour celle plus récente du Traité de Lisbonne.

Tout son parcours européen s’est articulé autour de la volonté de réconcilier les citoyens avec l’Europe. C’est ce qui l’a amené au Parlement européen, l’institution démocratique de l’Union. C’est aussi ce qui l’a poussée vers la pédagogie, sous différentes formes : la rédaction de nombreux livrets et brochures expliquant divers problématiques européennes à "ceux qui aimeraient s'intéresser à l'Europe si elle était moins obscure", ou plus récemment l’enseignement.

Au sein du Parlement, elle a beaucoup œuvré pour les droits de la femme et l’égalité des genres, ainsi que pour le processus de paix au Proche Orient. En tant que Présidente du Parlement européen, elle a reçu le commandant Massoud en avril 2001, avant son assassinat quelques mois plus tard.



En savoir plus :

Les personnages ayant marqué la construction européenne - Touteleurope.eu