Derniers articles publiés

Dominique Reynié : "La demande de protection est en train de s'européaniser"

Actualité 21.03.2008

Dominique Reynié est professeur de science politique à l’Institut d’études politiques de Paris. Il dirige l'ouvrage collectif "L'Opinion européenne", dont l'édition 2008 vient de paraître aux éditions Lignes de repères. Pour Touteleurope.fr, il a accepté de commenter les résultats de la consultation en ligne sur la Présidence française de l'Union européenne et de dessiner les grandes tendances de l'opinion sur l'Europe à quelques mois de cet événement.

Les résultats de l'enquête Touteleurope.fr montrent que les participants placent l'environnement en tête de leurs préoccupations pour la Présidence française à venir. De manière générale, c'est un thème sur lequel les citoyens attendent beaucoup de l'Europe. Existe-t-il une opportunité de rapprochement entre l'opinion et l'Union européenne, sur ce sujet dont les institutions européennes se saisissent de plus en plus ? Dominique Reynié pense que "l'environnement fait partie de ces enjeux  qui apportent la démonstration que, sur certains sujets, la dimension nationale est complètement dépassée".

 

La question du modèle socio-économique européen est l'autre grande préoccupation exprimée par les internautes. Pour Dominique Reynié, "cette demande est en train de s'européaniser" et les Européens "souhaitent un renforcement des pouvoirs de l'Union dans ce domaine". Le politologue relativise l'opposition aux politiques économiques libérales qui s'est beaucoup manifestée à travers cette consultation : "en tant que consommateurs, les Français sont de vrais libéraux car ils font jouer la concurrence". Mais le sentiment des Français est que la compétition économique doit se jouer "avec les mêmes règles".

 


Le mode de ratification choisi pour le Traité de Lisbonne ne risque-t-il pas d'éloigner les Français de l'Europe, comme semblent le prédire certains des participants à la consultation en ligne ? "La difficulté, pour Dominique Reynié, sera de montrer que la voie qui a été choisie permettra de répondre aux attentes des Français et de mettre en place un espace public européen démocratique".

 

Autre argument avancé : la volonté supposée du Président de la République de personnaliser l'exercice de cette Présidence française. Selon Dominique Reynié, "il y aura de facto une personnalisation", car "la France est le pays d'Europe qui a le système politique le plus personnalisé". Mais, poursuit le politologue, cette réalité "sera largement tempérée par les effets de la coopération et de la négociation à 27". Quant aux critères de succès de la future Présidence aux yeux de l'opinion, ils sont à ses yeux les suivants : "être capable d'énoncer clairement les avancées qui ont été obtenues", sans vouloir s'en approprier la seule paternité.