Derniers articles publiés

Dick Roche: "Voter oui pour la relance"

Actualité 30.09.2009

A quelques jours du second référendum irlandais sur le traité de Lisbonne, Touteleurope.fr, en partenariat avec Metro, publie une interview de Dick Roche, le ministre irlandais des affaires européennes. Il revient sur la campagne référendaire et explique pourquoi selon lui les Irlandais devraient voter oui.

 

Quelle est la position de l'opinion publique en Irlande avant le referendum?


J'ai fait campagne dans ma circonscription et à travers le pays et l'opinion est généralement positive à l'égard du traité. Même si les sondages sont encourageants, ce n'est pas suffisant. Nous travaillerons dur jusqu'à vendredi.

 

Après le non, le Conseil européen a donné des garanties données à l'Irlande. Comment sont-elles perçues?

Les garanties concernent la fiscalité, le droit à la vie et la neutralité. Elles fournissent des assurances légales contraignantes. Elles ont été efficaces, contribuant à apaiser les craintes du public dans ces domaines.

 

Pourquoi les Irlandais devraient-ils ratifier le traité de Lisbonne?

Si le traité est ratifié, l’Europe sera plus efficace et réactive. L'Irlande, comme tous les Etats membres, conserveront un commissaire européen. Le traité donnera également un rôle plus important au Parlement européen et un nouveau rôle aux Parlements nationaux dans le processus de décisionnel, rendant l’Europe plus démocratique. Enfin, il renforce les droits de l’homme en donnant une force juridique aux droits contenus dans la Charte des droits fondamentaux.

 

Pourquoi est-il si important d'avoir un commissaire?

Les études après le referendum de l'année dernière ont montré que la perte d'un Commissaire était un facteur important pour 71% des personnes qui avaient voté non. Beaucoup de personnes ressentaient cela comme une perte d'influence de l'Irlande. Le Gouvernement ne pouvait pas ignorer ce signal clair de mécontentement des citoyens. Même si les Commissaires sont indépendants par rapport aux Etats Membres, beaucoup de citoyens, particulièrement ceux des petits Etats Membres, sont rassurés si au sein de la Commission siège l’un de leurs concitoyens.

 

La crise économique affectera-t-elle les résultats du vote?

Notre nouvelle situation économique a fait naître des inquiétudes et une certaine frustration. Cela a changé le contexte dans lequel le vote aura lieu. Le Gouvernement a mis en avant l'importance économique majeure d'un vote positif. Nous avons dit que ratifier le traité était quelque chose qui aiderait la relance de notre économie. Il existe de forts arguments économiques pour le oui et je pense qu'ils ont de l'effet sur l'opinion publique.