Derniers articles publiés

Devant le Cercle des Européens, Jean-Pierre Jouyet dresse le bilan d'une semaine chargée

Actualité 18.12.2007

Devant les membres du Cercle des Européens - L'Express, le Secrétaire d'Etat en charge des Affaires européennes a dressé lundi le bilan d'une semaine européenne chargée.


Cette séquence a débuté le mercredi 12 décembre avec la proclamation solennelle de la Charte des droits fondamentaux, qui fait de l'Europe "l'espace de droit et de liberté le plus  étendu justice au monde". Elle s'est poursuivie le lendemain avec la signature du Traité de Lisbonne, "premier traité signé par les 27 Etats membres de l'UE". Elle s'est conclue par un Conseil européen consacré entre autres aux Balkans, à la stratégie de Lisbonne et aux questions migratoires. Un Conseil au cours duquel a été intronisé le "Groupe de sages" chargé de réfléchir au futur de l'Union européenne.

Interrogé sur l'absence des symboles de l'UE dans le traité de Lisbonne, M. Jouyet  a admis que l'on ne pouvait pas reprendre dans le nouveau texte les aspects "les plus constitutionnels" d'un traité rejeté en 2005 par 55 % des Français. "Mais ces symboles seront bien présents lors de la Présidence française", a-t-il ajouté.

Décision "courageuse" de Gordon Brown

D'autres questions ont porté sur le processus de ratification du nouveau traité, dont certains ont souligné que la ratification n'était pas assurée à 100 %. A ce titre, M. Jouyet a salué la décision "courageuse" de Gordon Brown de ne pas organiser au Royaume Uni un référendum "qui serait perdu à coup sûr". Présente dans la salle, l'Ambassadeur d'Irlande en France a indiqué que son pays était dans l'obligation d'organiser une telle consultation, ajoutant que les eurosceptiques de toute l'Europe concentreraient certainement leurs efforts sur le référendum irlandais. M. Jouyet a déclaré que si un pays bénéficiant déjà d'exemptions au droit communautaire ne parvenait pas à ratifier ce texte, "se poserait alors la question de son appartenance à l'UE".

Interrogé sur l'absence de position commune sur le statut du Kosovo, le Ministre a estimé que l'Union européenne serait surtout jugée sur sa capacité à "déployer une force de stabilisation dans la région" et à "offrir une perspective européenne aux Balkans".

Présidé par l'ancienne ministre des Affaires européennes Noëlle Lenoir, le Cercle des Européens organise régulièrement des rencontres entre les personnalités européennes et les décideurs français. Ce think tank organisera en février 2008, en partenariat avec Touteleurope.fr, son symposium annuel autour du concept de marché unique et ses implications pour les citoyens.

Le site du Cercle des Européens