Derniers articles publiés

Défense européenne : "La diversité, force des opérations européennes"

Actualité 22.03.2010

Mercredi 25 février se sont tenues à l'Assemblée nationale les premières rencontres parlementaires de la défense européenne. Venus de tous horizons, les nombreux intervenants ont débattu des moyens de renforcer la cohérence de la défense européenne (désormais "PSDC") et de ses enjeux matériels. Parmi eux, l'Amiral Combes, sous-chef de l'Etat-Major français, et le sénateur Jean-Pierre Chevènement, vice-président de la commission affaires étrangères, reviennent pour Touteleurope.fr sur les défis de la défense européenne.


Amiral Philippe Combes : "la diversité des opérations européennes fait sa force"

Après avoir souligné l'impact "énorme" du traité de Lisbonne sur la défense européenne", le sous-chef de l'Etat-major des armées françaises rappelle la "force" de la politique de sécurité et de défense commune (PSDC), qui conjugue des capacités à la fois civiles et militaires.

 

Présentes dans 13 pays, les missions européennes sont ainsi extrêmement diversifiées, allant de la "pôle position" avec l'opération Atalante contre la piraterie, à la complémentarité avec l'OTAN comme en Afghanistan.

 

Voir la vidéo (04'45)

 

 

 

Jean-Pierre Chevènement : "l'effort de défense européenne n'est pas suffisant"

Pour le Vice-président de la commission sénatoriale des affaires étrangères, la défense européenne doit se situer dans le très long-terme, en particulier concernant l'application du traité de Lisbonne : ce n'est pas en trois mois que l'on peut juger de ses avancées. 

 

S'il juge que l'effort de défense européenne n'est globalement pas suffisant, ce qui empêche en particulier l'UE de s'affranchir des Etats-Unis dans ce domaine, l'ancien ministre rappelle (en faisant indirectement référence à la nomination du nouvel ambassadeur européen à Washington) que "Mme Ashton doit agir en complémentarité avec les diplomaties nationales".

 

Quant au manque de visibilité de l'Union sur la scène internationale, Jean-Pierre Chevènement ne souhaite pas non plus "faire porter à Mme Ashton des responsabilités qui la dépassent", soulignant que ce problème est loin d'être nouveau.

 

Voir la vidéo (03'21)

 

 

 

 

En savoir plus :

 

Europe de la défense : quelles réalités ? - MM Conseil