Derniers articles publiés

Déclaration de la Présidence au nom de l'Union européenne sur la mort d'Akbar Mohammadi

Actualité 24.08.2006

L'Union européenne est vivement préoccupée par la situation des défenseurs iraniens des droits de l'homme après l'annonce de la mort, survenue le 31 juillet, du militant Akbar Mohammadi. M. Mohammadi serait décédé des suites d'une grève de la faim alors qu'il purgeait une peine de quinze ans à la prison d'Evin.

M. Mohammadi était incarcéré depuis 1999 pour avoir participé à des manifestations pacifiques d'étudiants. Selon les informations reçues, le procès de M. Mohammadi a été caractérisé par de graves irrégularités. Il a également été fait état des mauvais traitements qu'il aurait subis pendant sa détention.

Les circonstances de la mort de M. Mohammadi sont également obscures. L'UE se demande si M. Mohammadi a reçu des soins médicaux appropriés pendant sa grève de la faim. L'UE demande aux autorités iraniennes de diligenter une enquête indépendante sur la mort de M. Mohammadi.

L'UE suivra de près la situation de M. Manoucher Mohammadi, frère de M. Akbar Mohammadi, ainsi que celle de tous les autres militants étudiants iraniens actuellement emprisonnés.

L'UE se déclare extrêmement préoccupée par la dureté des traitements infligés aux dissidents, aux dirigeants de l'opposition, aux militants étudiants et à tous les défenseurs des droits de l'homme détenus dans des prisons iraniennes.

L'UE appelle également le gouvernement iranien à respecter les obligations qui lui incombent au titre de l'ensemble de ses engagements internationaux.

La Bulgarie et la Roumanie, pays en voie d'adhésion, la Turquie, la Croatie* et l'ancienne République yougoslave de Macédoine*, pays candidats, l'Albanie, la Bosnie-Herzégovine, le Monténégro et la Serbie, pays du processus de stabilisation et d'association et candidats potentiels, l'Islande, le Liechtenstein et la Norvège, pays de l'AELE membres de l'Espace économique européen, ainsi que l'Ukraine et la république de Moldavie, se rallient à la présente déclaration.

* La Croatie et l'ancienne République yougoslave de Macédoine continuent à participer au processus de stabilisation et d'association.