Derniers articles publiés

Débâcle à Hambourg pour la CDU

Actualité 21.02.2011

Au lendemain d'une cinglante défaite électorale à Hambourg, la CDU cherche les raisons de son échec face au SPD d'Olaf Scholz. Avec 48.3% des voix et 62 des 121 sièges du Parlement de la cité-Etat, le SPD obtient la majorité absolue et reconquiert une ville traditionnellement à gauche jusqu'à l'arrivée en 2001 d'Ole von Beust (CDU). Les chrétiens démocrates quant à eux tombent à 21.9%, un score historiquement bas.

Des enjeux régionaux

A gauche comme à droite, on invoque principalement les enjeux régionaux pour expliquer ces résultats exceptionnels.  D'après le groupe de recherche "Forschungsgruppe Wahlen", 82% des sondés affirment que ce sont les questions de politique locale qui ont été déterminantes au moment du vote, contre 16% pour les politiques nationales.

Les responsables de la CDU insistent notamment sur l'échec de la coalition avec les Verts  initiée par le très populaire Ole von Beust en 2008 et dissoute suite à sa démission en 2010. D'après Ursula von der Leyen, Ministre du travail et vice-présidente de la CDU, le départ " irresponsable" des Verts a décrédibilisé le parti auprès des habitants.

La coalition CDU/Verts

En 2008, le maire conservateur Ole von Beust est réélu pour un troisième mandat mais perd la majorité absolue. Il est donc contraint à former une coalition, et contre toute attente c'est avec le parti des Verts qu'il s'allie, une première à cette échelle en Allemagne. Mais suite au retrait du maire centriste Ole von Beust, le climat se détériore et les querelles de personnes prennent le dessus. Les Verts ne se sentant plus en accord avec la ligne politique de leur partenaire quittent la coalition en novembre 2010, provoquant les élections de ce dimanche.


Dans le même sens, Angela Merkel souligne que Christoph Alhaus, successeur de M. von Beust à la mairie s'est retrouvé dès son arrivée dans une situation difficile.  La chancelière n'hésite pas à rendre l'ancien maire en partie responsable de cette "lourde défaite" en affirmant que son départ a certainement déçu nombre d'électeurs. Au-delà des questions de personnes, le rejet de la tentative de réforme du système scolaire défendue par la coalition CDU-Verts a pesé lourdement : lors d'un référendum d'initiative populaire à l'été 2010, la population s'était opposée à l'allongement de l'école primaire de quatre à six ans au nom de l'égalité des chances.

Une victoire décisive?

Du côté des sociaux-démocrates on ne souhaite pas tirer de conclusions trop hâtives malgré l'immense satisfaction. "Olaf Scholz a réussi à apporter de la crédibilité en politique. Les gens ont à nouveau confiance en la capacité du SPD à faire de la politique", analyse Arik Willer, candidat dans le district d'Altona, qui insiste sur le renouvellement du parti en termes de contenu et de personnes. Il conclut : "c'est une évidence qu'il reste encore  beaucoup à faire à l'échelle nationale, et ce n'est pas grâce à Hambourg que cela va changer".

Mais d'autres parmi ses camarades espèrent qu'Hambourg servira de modèle, c'est le cas du député d'Altona Mark Claassen qui souhaite que le SPD réapprenne à se préoccuper des soucis quotidiens de la population.

Tout en restant prudent, le parti social-démocrate a donc bien conscience de l'importance de cette victoire en début de "super année" électorale. Six autres Etats sont ainsi amenés à renouveler leurs Parlements régionaux au cours de l'année 2011, des élections à risque pour le parti d'Angela Merkel actuellement fragilisée par la polémique qui frappe son ministre de la défense, accusé de plagiat.

Pour autant, les sondages restent largement favorables aux conservateurs puisqu'ils leur donnent une confortable avance avec 36% d'intentions de vote contre 22% pour le SPD en cas d'élections nationales.

S'il n'est donc pas évident que les résultats d'hier marquent la sanction d'une politique nationale, ni qu'ils laissent présager d'une déroute générale des chrétiens démocrates, cette élection aura probablement pour conséquence de questionner la place des Verts dans les stratégies d'alliances lors des prochaines échéances.

 

En savoir plus :

 

Infographie sur les intentions de votes aux élections nationales, 12 derniers mois

 Hambourg, défaite douloureuse pour Angela Merkel

Déroute de la CDU aux élections régionales d'Hambourg

Site du Forschungsgruppe Wahlen

Rubrique Allemagne - Touteleurope.eu