Derniers articles publiés

De l'or pour l'Union européenne à Pékin

Actualité 25.08.2008

La 24e édition des Jeux Olympiques d'été, qui se sont déroulés du 8 au 24 août à Pékin, en Chine, s'est conclue hier par une victoire écrasante de la délégation chinoise, qui a récolté 100 médailles dont 51 en or. Alors que la Grande-Bretagne se classe quatrième du classement général (19 médailles d'or), l'Union européenne, avec 71 médailles d'or, serait en tête du classement si l'ensemble des médailles de ses vingt-sept Etats membres étaient additionnées.

L'Union européenne, championne olympique ?

Parmi les 87 médailles d'or récoltées par les Etats membres de l'UE, il convient de rappeler les performances de :

Hinrich Romeike en équitation pour l'Allemagne

Rafael Nadal en tennis pour l'Espagne

Gerd Kanter en disque (athlétisme) pour l'Estonie

Alain Bernard en natation pour la France

Valentina Vezzali en escrime pour l'Italie

Kirsten van der Kolk et Marit van Eupen en aviron pour les Pays-Bas

Tomasz Majewski en lancer de poids (athlétisme) pour la Pologne

Katerina Emmons en tir à la carabine pour la République tchèque

Constantina Tomescu en marathon pour la Roumanie

Elena Kaliska en kayak-slalom pour la Slovaquie

Avec 87 médailles d'or, et 280 médailles au total, les vingt-sept Etats membres de l'Union européenne décrocheraient la première place du classement général des Jeux Olympiques de Pékin, loin devant la Chine et les Etats-Unis ... si on additionnait l'ensemble des médailles des 27 délégations européennes représentées à Pékin !

Une hypothèse puisque chaque Etat membre fonctionne avec son propre Comité national olympique (CNO).

Les jeux olympiques sont en effet gérés, depuis la première olympiade en 1896, par le Comité International Olympique. Divisé en CNO (205 au total dans le monde), il porte et diffuse les valeurs olympiques. Il est de plus le seul à définir et contrôler les règles de participation aux jeux.

Chaque CNO vérifie ainsi dans sa zone de compétence que les athlètes engagés pour les JO concourent bien pour leur nation d'origine.

Pour avoir une seule et même délégation, l'Union européenne devrait donc avoir un seul et même CNO. Cela signifierait que les nations individuelles soient effacées au profit d'une fédération d'Etats, voire de régions européennes.

Pourtant, dans cette hypothèse d'une fédération européenne du sport, regroupant sous un même drapeau les athlètes de 27 pays, l'Union européenne aurait déjà remporté les JO d'Athènes en 2004 ou ceux de Sydney en 2000. Il faudrait remonter aux JO de Los Angeles en 1984 pour voir la CEE de l'époque, avec 10 Etats membres, ne pas être en tête du classement.

Un résultat à nuancer cependant puisque nul doute que, dans un tel scénario, CIO limiterait de façon importante la participation des athlètes européens aux jeux olympiques.

Président en exercice de l'Union européenne, Nicolas Sarkozy a souligné le "formidable succès qu’ont été les jeux olympiques de Pékin pour l’Europe", considérant que le succès des athlètes européens au cours de cette 24e Olympiade est avant tout "la victoire du sport et de ses valeurs essentielles et communes aux peuples de l’Union."

La France au 4e rang européen des médaillés d'or

Si la perspective d'une Union européenne championne olympique semble devoir rester de l'ordre du rêve, du moins pour le moment, il est évident que la compétition bat son plein entre les Etats membres.

Ainsi, troisième du classement général, la Grande-Bretagne se place sur la plus haute marche du podium européen, avec 47 médailles dont 19 en or. L'Allemagne, avec 16 médailles d'or sur 41 au total, tire son épingle du jeu, devant l'Italie, la France et les Pays-Bas (les deux pays ont récolté le même nombre de médailles d'or, 7, mais, selon le classement du CIO, avec ses 16 médailles d'argent, devance la délégation néerlandaise).


Lanterne rouge du classement européen des médailles, l'Irlande, qui, avec une médaille d'argent et deux de bronze, se classe à la soixante-deuxième place du classement général. Cependant, sur les 27 Etats membres de l'Union européenne participant aux JO, seuls 24 apparaissent au classement des nations établi par le CIO, Chypre, le Luxembourg et Malte étant reparti de Pékin les mains vides.

Classement des Etats membres de l'Union européenne

 PAYS

 OR ARGENT BRONZE TOTAL

 Grande-Bretagne

 19 13 15 47

 Allemagne

 16 10 15 41

 Italie

 8 10 10 28

 France

 7 16 17 40

 Pays-Bas

 7 5 4 16

 Espagne

 5 10 3 18

 Roumanie

 4 1 3 8

 Pologne

 3 6 1 10
 
Hongrie

 3 5 2 10
 
République Tchèque

 3 3 0 6

 Slovaquie

 3 2 1 6

 Danemark

 2 2 3 7

 Slovénie

 1 2 2 5


 Bulgarie

 1 1 3 5

 Finlande

 1 1 2 4
 
Lettonie

 1 1 1 3
 
Belgique

 1 1 0 2

 Estonie

 1 1 0 2
 
 Portugal

 1 1 0 2

 Suède

 0 4 1 5
 
Lituanie

 0 2 3 5
 
Grèce

 0 2 2 4

 Autriche

 0 1 2 3
 
Irlande

 0 1 2 3



 

L'Union européenne et le sport

Bernard Laporte

Secrétaire d’Etat chargé de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, il a annoncé que le sport serait à l'honneur pendant la PFUE. La Présidence française s'est ainsi ouverte avec la cordée d’Européennes qui a atteint le sommet du Mont-Blanc le 1er juillet. De nombreux événements sont prévus, comme "Vivre l’Europe, vivre le sport" qui se déroulera devant la Tour Eiffel à Paris le 5 octobre 2009 en présence de Nicolas Sarkozy.



Entretien intégral


La Commission européenne considère que le sport joue un rôle important dans le quotidien des citoyens européens et qu'il a un "impact (...) sur l'ensemble des politiques européennes".

C'est en tout cas ce que l'institution affirme dans son Livre blanc sur le sport [pdf], publié le 11 juillet 2007, et qui est la première initiative d'envergure en la matière.

En inscrivant le sport dans le traité de Lisbonne, ce Livre blanc permet la constitution d'une véritable politique européenne du sport.

Ainsi, l’article 6 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, tel que modifié par le traité de Lisbonne dispose que le sport figure parmi les compétences d’appui, de coordination et de complément de l’Union européenne.

Ce Livre blanc, salué par le Parlement européen le 8 mai dernier à l'occasion de l'adoption du rapport du député Manolis Mavrommatis (PPE-DE, EL), présente cinq objectifs majeurs:

  • donner des orientations stratégiques ;
  • encourager le débat sur des problèmes spécifiques ;
  • accroître la visibilité du sport dans le processus décisionnel de l'Union ;
  • mettre en évidence les besoins et les spécificités du secteur ;
  • identifier le niveau de pouvoir approprié pour les actions futures.

Il aborde de façon plus général trois grands thèmes : le "rôle sociétal du sport", soit le sport en tant que phénomène social ; la "dimension économique du sport", soit la contribution du sport à la croissance et à la création d'emplois en Europe ; l' "organisation du sport", soit le rôle de chacun des acteurs (publics ou privés, économiques ou sportifs) dans la gouvernance du mouvement sportif.

Il met également en place un plan d'action, intitulé "Pierre de Coubertin" en hommage au père des jeux olympiques.

La mise en oeuvre d'une véritable politique européenne du sport paraît désormais en bonne voie. Elle permettrait de lutter contre un certain nombre de fléaux dans le milieu sportif, comme le dopage, mais également de protéger les athlètes et de mieux encadrer certaines professions comme celle d'agent sportif. Elle nécessite cependant l'adoption du traité de Lisbonne, dont l'avenir est pour le moment indéterminé.



Sources

Jeux olympiques de Pékin - Communiqué de presse - 24/08/08 - Présidence de la République

Vers une politique européenne du sport - Communiqué de presse - 08/05/08 - Parlement européen
Livre blanc sur le sport [pdf] - 11/07/07 - Commission européenne

En savoir plus

Le site officiel des Jeux olympiques de Beijing 2008
Site officiel du mouvement olympique
Bernard Laporte : "On devrait reconnaître la spécificité du sport comme on reconnaît la spécificité de la culture"