Derniers articles publiés

David Lescot : "l'Europe, une danse hasardeuse"

Actualité 12.10.2009

Dans la comédie "l'Européenne", David Lescot souligne les paradoxes d'une Union à 27 empêtrée dans ses problèmes de communication. "Intercompréhension passive", composition d'un nouvel hymne... tous les efforts visant à faciliter le dialogue virent au ridicule. Le metteur en scène revient sur ce qui l'a poussé à monter cette pièce.

 

Voir la vidéo (02'05)

 

 

 

Un grand hall de métal gris et de plexiglas : à coup sûr, on est face à une administration. Deux femmes s'avancent et scrutent le public. "Qui sont ces gens ?", demande l'une d'elles. "Soyez polis avec eux, lui répond l'autre, ce sont les interprètes des langues officielles de l’Union européenne. Celui-là par exemple c’est le Suédois qui traduit l’Allemand. À côté de lui il y a le Suédois qui traduit l’Anglais, et à côté la Suédoise qui fait l’Italien. Ça c’est le Slovène qui traduit le Portugais, et ça la Française qui traduit le Castillan, elle est assise près du Polonais qui traduit le Tchèque, mais le Tchèque qui traduit du Polonais il est là-bas, loin, on leur a demandé de se mettre à côté pour simplifier mais il n’a pas compris"...

 

Dès les premières phrases de cette longue tirade, on comprend que communiquer à 27 n'est pas toujours aisé. Bien sûr, il y a l'anglais. Mais ici, on préfère ne pas trop en entendre parler…

 

L'Europe de Kafka

Dans son dernier spectacle, explicitement intitulé "L'Européenne", David Lescot nous montre avec humour les travers et les extravagances d'une Union qui peine à résoudre ses problèmes d' "intercompréhension". Avec 23 langues officielles, sans même parler des langues régionales et des différences culturelles entre tous ces membres, l'UE devient, dans la pièce, une poupée de vieille femme "que l'on emmène dans une valse folle au risque de la faire claquer".

 

"L'Européenne", pièce écrite et mise en scène par David Lescot, est jouée du 11 au 14 novembre 2009 au Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine, du 23 au 25 mars au Théâtre universitaire de Nantes, le 20 avril à La Halle aux grains de Blois, du 27 au 29 avril au Théâtre de l’Union – Centre Dramatique National du Limousin.Car les idées avancées pour célébrer l'"année européenne du dialogue" tournent vite au capharnaüm le plus complet, renforcé par la musique omniprésente et l'enchevêtrement des langues, qu'on ne sait plus comment ni même s'il faut les traduire… Entre les efforts des "artistes en résidence" pour composer un nouvel hymne européen et ceux de la linguiste belge campée sur le principe d' "intercompréhension passive" (qui consiste à écouter l'autre dans sa langue et lui parler dans la notre), toutes les tentatives visant à encourager la communication révèlent par la pratique leur absurdité.

 

Alors, "l'Européenne" : rêve ou réalité ? Pour son metteur en scène, il s'agit évidemment des deux à la fois, le théâtre étant un formidable moyen de donner vie à l'utopie, un laboratoire dans lequel le dialogue à 27 est soumis à l'observation. On aurait aimé que l'expérience soit poussée un peu plus loin, mais le spectacle de David Lescot, assurément, vise juste…

 

 

En savoir plus :

 

L'Européenne - Communiqué de presse

Commission européenne cherche Français d'urgence - Touteleurope.fr