Derniers articles publiés

Damien Abad : "Nous voulons développer une politique de la jeunesse avec les jeunes"

Actualité 04.10.2010

Touteleurope.eu vous propose en partenariat avec Sport et citoyenneté  l'interview de Damien Abad (PPE - FR), Président de l’Intergroupe Jeunesse du Parlement européen. Cet entretien est issu de la revue trimestrielle de l'association. 

Vous siégez depuis mars 2009 au Parlement européen, dont vous êtes le plus jeune représentant. Vous êtes également président de l’Intergroupe Jeunesse au sein de cette institution. Pouvez-vous nous présenter cette structure informelle et les objectifs que vous vous êtes fixés ?

Damien Abad : En tant que benjamin des eurodéputés français, l'une de mes priorités était la création de cet Intergroupe relatif aux questions de jeunesse. Nous avons eu la chance de pouvoir créer cet intergroupe, qui a été soutenu par mon groupe politique (PPE), et au sein duquel siègent des parlementaires de tous les Etats membres, et de tous les groupes politiques (S&D, Verts, ADLE). Nous travaillons dans un esprit transpartisan sur des sujets majeurs comme l'emploi des jeunes en Europe, la culture européenne, la mobilité, l'accès aux services, au sport, à la culture. Les jeunes doivent encore affronter des situations et des difficultés à la fois multiples et spécifiques. Aussi la Commission vient-elle de présenter la première véritable stratégie globale pour les jeunes en Europe fixant un cap pour les dix années à venir.



Ce think tank créé en 2007, réfléchit sur le rôle et la place du sport dans les sociétés européennes. Il publie une revue sur ces questions tous les trois mois.


Nous ne pouvons plus nous contenter d'une politique pour les jeunes : nous voulons développer une politique de la jeunesse avec les jeunes. Nous devons nous saisir du renouvellement politique de l'Union européenne pour porter cette question d'avenir au cœur du Parlement européen. La création de cet intergroupe poursuit trois objectifs qui constituent, à mes yeux, les trois principaux enjeux pour l'avenir de notre jeunesse: encourager la citoyenneté active des jeunes; contribuer au renforcement des politiques de jeunesse, en assurant un suivi politique des initiatives et programmes en cours, en particulier en termes de mobilité et d'autonomie; porter de nouvelles initiatives et ambitions en faveur de la jeunesse au niveau européen, comme la création d'un Erasmus des apprentis.


Le Parlement européen est très actif en ce qui concerne le sport, et plus particulièrement son impact sociétal (inclusion sociale, santé, mixité…). Quel regard portez-vous sur cette activité, qui fédère des millions d’européens ? Le sport est-il intégré aux travaux de « l’Intergroupe Jeunesse » ?
 
Damien Abad : Même si mon mandat d'eurodéputé ne me laisse pas beaucoup de temps libre, je continue à pratiquer une activité sportive ! J'ai notamment pratiqué le tennis de table à haut niveau où j'étais classé parmi les valides, mais aussi la natation et le football. Je suis un grand supporter de foot !

La pratique d'un sport, pour les jeunes générations, leur permet d'appréhender l'autre, mais véhicule aussi des valeurs essentielles, comme celle de respect, de partage, d'humanité. L'apprentissage de la vie se fait aussi par les victoires et les défaites, le dépassement de soi, l'envie de se donner, pour soi que ce soit dans un sport individuel, ou pour son équipe dans un sport collectif.

Damien Abad, est Député européen et Président de l’Intergroupe Jeunesse du Parlement européen.

Concernant les travaux de l'Intergroupe, nous n'avons pas encore planché sur des sujets tels que le sport et la citoyenneté, car nous avons mis en avant des problématiques davantage liés à l'emploi et à l'insertion professionnelle et la mobilité. Néanmoins, vous le savez, le traité de Lisbonne donne une nouvelle compétence à l'Union européenne, celle du sport. C'est dans ce cadre donc que nous aborderons ce sujet durant la législature !


Nous consacrons ce trimestre un dossier spécial à la situation du handisport et du sport adapté en Europe. Vous êtes vous-même atteint d’une maladie rare (l’arthrogrypose). Quel est votre rapport personnel au sport ? La pratique sportive vous a-t-elle permis de mieux appréhender votre handicap ?

Damien Abad : Jacques Delors disait : "Le sport contribue essentiellement à l'éducation de tous, à la fraternité et donc à la volonté de vivre ensemble".
Je crois profondément aux valeurs d'harmonie et de partage que véhicule le sport.

Impulser une dynamique, ensemble, est l'une des valeurs les plus importantes à mes yeux. Plus précisément, au sujet du handisport, je crois fondamental que chacun puisse avoir accès au sport qu'il souhaite. Pour ma part, je n'ai vécu que de bons moments dans la pratique du sport! Je crois d'ailleurs que la Fédération Française Handisport compte près de 35.000 adhérents, et de nombreux comités régionaux et départementaux.

Ma pratique du tennis de table, ou du football ne m'a pas permis de mieux appréhender mon handicap, elle m'a permis de le dépasser. Chacun, dans notre identité sommes différent, et, devant le sport, les compétitions, les victoires ou les échecs nous sommes tous égaux. L'important n'est pas de rechercher la performance, mais bien le dépassement de soi.


Quels sont à vos yeux les principaux chantiers à mettre en œuvre afin de promouvoir la pratique handisport, au niveau national comme européen ?

Damien Abad : La Fédération Française Handisport est arrivée 4e aux Jeux Paralympiques d'hiver à Turin en 2006. Il faut encore progresser et entraîner nos athlètes pour monter sur le podium ! Nous devons continuer à multiplier le nombre de disciplines accessibles, et développer les activités comme les Jeux de l'Avenir, pour les jeunes handicapés, ou encore le Grand Prix National des Jeunes. En ce sens, le challenge Handijeunes est une passerelle formidable pour permettre à des jeunes, qui ne se tourneraient pas vers le sport de prime abord, d'y avoir accès.

Au niveau européen, je crois qu'il est essentiel de faire connaitre les structures qui s'occupent du sport, comme le Comité Paralympique Européen. Il est donc important de promouvoir une approche globale du sport européen. Tous les résidents de l'Union européenne doivent y avoir accès. Il convient en outre de prendre en compte les besoins spécifiques des groupes sous-représentés. Le sport doit jouer un rôle dans la promotion de l'égalité des sexes et dans l'intégration des personnes handicapées.

L'UE bénéficie d'une stratégie en matière de handicap destinée à promouvoir l'intégration et l'égalité de traitement des personnes handicapées. Dans son plan d'action destiné à mettre en œuvre la stratégie en matière de handicap, la Commission tient compte du rôle du sport pour promouvoir l'intégration des personnes handicapées.

Des efforts spéciaux doivent être consentis pour assurer l'accès des personnes handicapées aux clubs, aux infrastructures, et aux activités sportives et pour s'assurer que leurs besoins spécifiques sont pris en compte, notamment à l'école.


En savoir plus :


Jeunesse et sport - Touteleurope.eu