Derniers articles publiés

Coup d'envoi de la campagne pour les élections européennes

Actualité 17.09.2013

Annoncée par le teaser "Agir, réagir, accomplir", la campagne du Parlement européen pour les élections de ses députés en 2014 a été officiellement lancée le 10 septembre dernier, dans la foulée du discours sur l’Etat de l'Union prononcé par Jose Manuel Barroso.

Campagne élections européennes

Selon Juana Lahousse-Juarez, Directrice générale de la communication du Parlement européen venue en donner le coup d’envoi à Paris le 17 septembre, le Parlement a pris acte de la montée des populismes à gauche comme à droite, donnée confirmée, en plus de l’abstention croissante, par la dernière enquête Eurobaromètre d’août 2013.

Mais "cette fois-ci, c'est différent", affirme le message. Et pour cause : la campagne mise avant tout sur le nouveau pouvoir des députés européens, qui  éliront  le futur président de la Commission européenne. La tendance politique de celui-ci sera donc directement fonction de celle issue des urnes. Un enjeu important qui devrait permettre de politiser les débats et d'encourager les groupes politiques du Parlement européen à proposer leurs candidats à la présidence de la Commission européenne. L’écueil se trouve néanmoins dans l’éventuelle absence de majorité absolue au Parlement, qui redonnerait la main au Conseil pour nommer le président de la Commission (un nouveau plus petit dénominateur commun, à l’heure où l’UE a cruellement besoin de s’incarner aux yeux des citoyens).

Le Parlement a également rappelé que la législature 2014-2019 verrait pour la première fois les nouveaux pouvoirs de codécision induits par le traité de Lisbonne s’appliquer pleinement. A ce titre l’objectif est d’inviter le citoyen à comprendre que son choix compte : il ne s’agit plus de voter "oui à l’Europe" dans l’absolu, mais de choisir quelle orientation celle-ci doit prendre, quelles politiques elle veut mener en matière économique, sociale, environnementale, etc.

Plusieurs temps forts rythmeront la campagne : cinq grands débats seront organisés,  le premier à Paris le 15 octobre prochain sur l’emploi, puis d’ici le mois de mars dans d'autres capitales européennes autour des thématiques suivantes : l’UE dans le monde, le pouvoir d’achat, la qualité de vie et l’économie.

Il est également question de voir les candidats des partis européens s’affronter dans des débats "à l’américaine", qui seraient retransmis sur les chaines de télévision nationale.

Ainsi, si le rythme devrait s’accélérer au début du printemps, la période post-électorale constituera une prolongation importante, focalisée sur la présidence de la Commission européenne. Une longue campagne s’annonce, espérons qu’elle aura du souffle…