Derniers articles publiés

Contre-faits : le drapeau européen est-il symbole chrétien ?

Vidéo 18.05.2019 En partenariat avec France 24

France 24 fait la chasse aux fausses informations sur l'Europe. Dans cette nouvelle vidéo, la rédaction revient sur une déclaration de Jean-Luc Mélenchon au sujet du drapeau européen.

 

La rumeur a été relancée par Jean-Luc Mélenchon qui déclare en juin 2017  "Franchement, on est obligé de supporter ça ? C'est la République française ici, pas la Vierge Marie" (…)  "ce truc est inconstitutionnel".

En octobre 2017, le groupe La France insoumise demande à ce que le drapeau soit décroché de l'Assemblée nationale.

La raison : l'auteur supposé du drapeau, un certain Arsène Heitz, aurait déclaré à la fin de sa vie s'être inspiré des douze étoiles de la médaille miraculeuse, faisant du drapeau européen un emblème religieux.

Or à l'été 1950 le Conseil de l'Europe lance un appel à projets pour trouver un drapeau.

Le fameux Arsène, fonctionnaire au Conseil fait plusieurs propositions.

L'une d'entre elles ressemble particulièrement au drapeau européen que nous connaissons sauf qu'elle compte 15 étoiles, représentant les 15 Pays membres du Conseil à cette époque.

Le Comité chargé de sélectionner le meilleur projet retient cette idée, mais le nombre 15 pose problème : il y inclut la Sarre, ce qui fâche l'Allemagne.

C'est finalement 12 qui est retenu pour des raisons politiques, "à titre symbolique et pour toujours".

12 est nombre de la perfection et de la plénitude. C'est le nombre d'heures du jour et des mois de l'année, des travaux d'Hercule, des signes du zodiaque.

Fin 1955, le drapeau est formellement adopté, y compris par la Turquie et les pays socialistes qui voulaient éviter tout symbole confessionnel.

Il devient, à partir du 1er janvier 1986, le symbole de toutes les institutions de l'Union européenne.

Pas d'intention religieuse donc, ni d'auteur unique : le drapeau européen est le résultat d'une histoire collective haute en couleur.

Rédaction en chef : Caroline de Camaret
Commentaire : Roxane Runel