Derniers articles publiés

Christine Lagarde prend les rênes du FMI

Actualité 05.07.2011

Arrivée hier à Washington, Christine Lagarde prend ses nouvelles fonctions à la tête du FMI ce mardi. Toute l'attention se porte sur les priorités qui attendent la première femme à la tête de l'institution mondiale depuis sa création en 1944. Nommée pour 5 ans, la nouvelle directrice générale du Fonds monétaire international doit entrer dans le vif du sujet dès son arrivée dans la capitale américaine avec le dossier brûlant sur la crise en Grèce.

Un choix quasiment acquis 

Six semaines après le départ précipité de Dominique Strauss-Kahn, l'ancienne ministre française des Finances fait son entrée au FMI.

Après les ennuis judiciaires de l'ex-dirigeant, Christine Lagarde, classée "76e femme la plus puissante du monde" par le magazine Forbes, s'est imposée naturellement au sein de l'Union européenne comme la mieux placée pour sortir la zone euro de la crise de la dette.

Même si certains dossiers judiciaires auraient pu mettre un frein à sa nomination, le Conseil d'administration du FMI a fait le choix de sa nomination devant le Mexicain Agustin Carstens.

Biographie express

Agée de 55 ans, Christine Lagarde assume depuis juin 2007 les fonctions de ministre des Finances de la France. Elle a occupé auparavant pendant 2 ans le poste de ministre du Commerce extérieur.

Avocate spécialiste de la législation anti-trust et du droit du travail, elle a été associée du cabinet international Baker & McKenzie pendant plusieurs années.

Ancienne nageuse de compétition, Mme Lagarde est diplômée de l’Institut d’études politiques et de la Faculté de droit de l’Université Paris X.


La désignation de Christine Lagarde perpétue la tradition voulant que le FMI soit dirigé par une personnalité européenne. La Française a obtenu de nombreux soutiens, dont les Etats-Unis, la Russie et le Brésil.


Grèce : le dossier prioritaire

Sans surprise, la crise grecque devrait accaparer dès les premiers jours la nouvelle présidente du FMI. Un deuxième plan de sauvetage du pays en crise d'au moins 110 milliards d'euros est en effet à l'étude et le Fonds doit en principe en financer une partie.

Il y a encore une semaine, Christine Lagarde apportait son soutien à la Grèce lors d'une réunion des ministres des Finances de la zone euro. La nouvelle présidente va donc devoir changer de casquette pour défendre les intérêts de l'institution qu'elle dirige désormais.

A la suite des mesures prises par Athènes en matière de fiscalité et de privatisation, l’Eurogroupe réuni le 2 juillet dernier a approuvé le versement de la cinquième tranche du prêt accordé à la Grèce. Le FMI doit maintenant valider ce versement pour qu'il soit attribué d’ici le 15 juillet.


"Le FMI a été au service de ses 187 pays membres pendant la crise économique et financière mondiale, ce qui l’a amené à évoluer profondément. Mon objectif premier à la tête de notre institution sera de faire en sorte qu’elle continue dans cette voie avec la même détermination et le même engagement", a déclaré la nouvelle patronne du FMI, après sa nomination.

Pour Christine Lagarde, "l’action du FMI doit être pertinente, proactive, efficace et légitime, pour assurer une croissance plus forte et durable, la stabilité macroéconomique et un avenir meilleur pour tous".

Début 2010, la hausse de la dette et des déficits gouvernementaux ont provoqué une crise de confiance dans les obligations souveraines et dans l’euro.

L’agitation des marchés s’est centrée sur la Grèce, dont le déficit budgétaire était bien plus élevé que ce que le pays avait prévu.

En mai, l’UE et le FMI ont mis en place un plan de 110 milliards d’euros pour venir en aide à la Grèce avec pour objectif de rassurer les investisseurs. Au même moment et alors que les marchés étaient toujours mouvementés, ils ont également instauré un fonds de crise destiné aux pays en difficulté de la zone euro.

Devant le conseil d'administration du FMI, l'ancienne ministre des Finances a promis qu'elle aurait vis-à-vis des pays de la zone euro la même rigueur qu'avec les autres Etats membres. "Lors de mes discussions avec les Européens, je n'hésiterai pas à faire preuve de la franchise et de la fermeté nécessaires, bien au contraire."



Sources :

Statement by the Eurogroup (en anglais) - 02/07/11

Déclaration de l’Eurogroupe reportant l’aide à la Grèce - 20/06/11