Derniers articles publiés

Cameron et les Tories : vainqueurs minoritaires ?

Actualité 04.05.2010

Jeudi 6 mai, le Royaume-Uni va probablement tourner la page travailliste et ne plus avoir un Premier Ministre issu du Labour à sa tête. Les derniers sondages outre-manche donnent le camp conservateur largement en tête avec David Cameron. Mais celui-ci dirigera-t-il un gouvernement qui sera minoritaire au Parlement ? Par ailleurs, le score du parti de Nick Clegg, le Lib-Dem, sera scruté avec attention. En effet, les derniers sondages donnent son parti au coude à coude avec le Labour de Gordon Brown. Le Premier Ministre va-t-il terminer troisième de cette élection ?

Les derniers sondages dans la presse britannique confirment les conservateurs dans leur statut de favoris pour les élections législatives. Une enquête ICM réalisée pour le Guardian crédite lundi les Tories de 33% des intentions de vote, ce qui en ferait la première force en termes de sièges, cinq points devant les travaillistes et les libéraux-démocrates.

 

Toute idée d'alliance écartée ?

Le 5 mai, veille des élections britanniques, Touteleurope organise un Chat Facebook avec Philip Turle, de RFI et Sky News, à 17h sur le profil Facebook de Touteleurope.fr. Posez toutes vos questions en direct au journaliste sur cette élection importante pour la politique européenne. D'après le Telegraph du lundi 3 mai, David Cameron écarterait toute idée d'alliance avec les Libéraux-Démocrates. Cette stratégie audacieuse pourrait le pousser à mener un gouvernement minoritaire au Parlement mais sans accord bancale avec un autre parti.

Il est ainsi très compliqué d'imaginer un gouvernement associant Tories et Lib-Dem alors que leur position sur la question européenne est diamétralement opposée. David Cameron pourrait former un gouvernement minoritaire pour mettre l'opposition au défi de le faire tomber. Cela provoquerait un nouveau scrutin, ce qui ne serait vraisemblablement pas du goût des Britanniques.

Nick Clegg avait déclaré auparavant que si le Labour se trouvait en troisième position, Gordon Brown ne pourrait pas devenir Premier ministre en cas de coalition avec son parti. Une alliance Lib-Dem / Labour semble donc écartée. Les Travaillistes se refusent à cette possibilité d'un premier ministre Lib-Dem.

Le dernier débat télévisé a d'ailleurs vu Gordon Brown essayer de présenter la proximité des programmes économiques des Tories et Lib-Dem comme une alliance de fait. Ces positions seront peut-être remises en cause une fois la campagne passée. Les libéraux-démocrates sont au centre de cette élection et joueront sûrement les faiseurs de Roi.

 

La campagne de Gordon Brown : un véritable calvaire

Le trouble-fête de cette élection aura donc bien été Nick Clegg, le chef de file du troisième parti britannique. La logique du scrutin uninominal à un tour veut pourtant que le gagnant emporte tout ("winner takes all") : un parti ne peut gagner des sièges que s'il remporte la majorité des votes dans la circonscription.

Pour cette raison le Royaume-Uni n'a connu que très rarement des gouvernements de coalition. Le dernier exemple remonte à 1974 et avant cela à 1929… Le premier débat télévisé entre les candidats a créé une situation de grande nouveauté : Nick Clegg a fait un bond dans les sondages grâce à sa prestation réussie, le portant au niveau des Travaillistes.

Tous les sondages depuis des mois mettaient les conservateurs en tête. Cependant, les prestations moyennes de Gordon Brown dans les médias ont fini d'achever le lien avec son électorat. Ainsi, mis à mal lors d'une visite à la ville de Rochdale (nord-ouest de l'Angleterre) par la question d'une électrice sur son programme électoral, Gordon Brown, oubliant un micro resté branché, a traité son interlocutrice de "sectaire". Cela a suscité une large polémique en Grande-Bretagne. Malgré des excuses présentées le jour-même, le mal était fait.
 
Même les journaux traditionnellement pro-labour lâchent le leader travailliste. Le Guardian (centre gauche) a annoncé dans un éditorial samedi 1er mai qu’il rompait avec son soutien traditionnel aux travaillistes pour appuyer les libéraux-démocrates (Lib Dems). Le Times (centre droit) a annoncé quant à lui son appui aux conservateurs, une première pour le journal depuis 18 ans.

 

 

En savoir plus

 

Royaume-Uni : l'impossible coalition de Clegg et Cameron sur l'Europe - Touteleurope

Décryptage : parcours et programmes européens des candidats britanniques - Touteleurope

Fiche de présentation du Royaume-Uni - Touteleurope