Derniers articles publiés

Bruno Cautrès : Pour les élections européennes de juin 2009, "je ne m’attends pas à des miracles"

Actualité 17.12.2008

Bruno Cautrès est chercheur CNRS au CEVIPOF, le Centre de Recherches Politiques de Sciences Po. Dans un entretien accordé à Touteleurope.fr, il fait le point sur l’intérêt des Français pour les prochaines élections européennes, comme pour les questions européennes dans leur ensemble.

En juin 2009, les citoyens européens éliront leurs eurodéputés pour la septième fois. Le Parlement européen est en effet élu au suffrage universel depuis maintenant 30 ans.

Si le chercheur n'attend pas de miracle en termes de participation aux élections de juin 2009, il souligne le rapport paradoxal des Français à l'Europe.


Voir la vidéo :

(Durée 5'43)

 

 

Le vote aux élections européennes : un droit ou un devoir ?

Pour Bruno Cautrès, le droit de vote au Parlement européen relève surtout d’un droit, même s’il convient de prendre en compte les différences entre les cultures électorales de chaque Etat membre de l’Union. "Si c’était interprété par les citoyens comme un devoir, il y aurait beaucoup de participation aux élections".

Quelle participation ?



Voter aux élections européennes en France?

Se porter candidat aux élections européennes en France

Voter ou être éligible aux élections européennes : 27 Etats, 27 procédures

Effectivement, depuis les premières élections européennes, où elle était déjà assez faible (autour de 60 %), la participation n’a pas cessé de chuter, alors que, paradoxalement, le Parlement, lui, gagnait de plus en plus de pouvoir.

Pour Bruno Cautrès, l’acte de vote relève toujours, bien entendu, d’un plus grand intérêt pour le politique, mais ce constat semble encore plus vrai pour les élections européennes, qui sont un vote "plus compliqué".

Pour l’instant, selon le dernier Eurobaromètre publié par la Commission sur les élections européennes, seuls 10 % des électeurs se disent prêt à aller voter. Il est possible que les élections européennes déclenchent un regain d’intérêt pour les questions européennes, mais, Bruno Cautrès ne s’attend pas non plus à des « miracles » de participation en juin 2009.

Pourtant, selon le chercheur, les Français seraient "travaillés" par les questions européennes, mais leur rapport à l’Europe serait "paradoxal", "multifacette".

Impact de la Présidence française

Quant à un possible impact de la Présidence française du Conseil, le chercheur nous met en garde contre un "nombrilisme" des Français par rapport à l’Europe. S’il s’accorde sur le fait que "le président a multiplié les déplacements et les actions", il pense qu’en juin 2009, les électeurs seront revenus à "la réalité de leurs problèmes".

Résultats de l’Eurobaromètre de septembre sur les élections européennes

Un eurobaromètre vient confirmer les dires de Bruno Cautrès. Effectivement, on ne peut pas s’attendre à des "miracles", étant donné qu’à treize mois des élections européennes, seuls 16 % des électeurs étaient au courant qu'elles auraient lieu en 2009.

Quand on informe les sondés de la tenue prochaine des élections européennes, seuls 30 % d’entre eux se disent certains d’aller voter. Notons, qu’ils sont alors 45 % en France, ce qui fait également relativiser le possible désintérêt des Français vis-à-vis des questions européennes par rapport à ses voisins européens.

Enfin, au cas où les répondants n’iraient pas voter, 68 % d’entre eux penseraient que leur vote ne sert à rien, et 60 % parce qu’ils ne connaissent pas assez le rôle du Parlement européen. "Parce qu’ils ne sont pas intéressés par les élections européennes" ne vient qu’en troisième position avec tout de même 59 % des suffrages.

Pour conclure, les Européens seraient principalement enclin à voir apparaître dans les thèmes de campagne en premier lieux des thèmes économiques : le chômage (pour 47 % d’entre eux), la croissance économique (45 %) et l’inflation et le pouvoir d’achat (41 %). Viennent ensuite, les thématiques globale et sécuritaire avec l’insécurité (37 %), le terrorisme (33 %) et la lutte contre le réchauffement climatique (31 %).


Cet Eurobaromètre Spécial portant sur "les élections européennes de 2009" a été réalisé entre le 25 mars et le 4 mai 2008 et publié en septembre 2009, en face à face, dans les 27 Etats membres de l’Union européenne. En France, c’est TNS Opinion & social qui l’a réalisé.


En savoir plus :

Eurobaromètre spécial - les élections européennes de 2009 - septembre 2008