Derniers articles publiés

Brexit : cinq élus français ont rejoint les bancs du Parlement européen

Actualité 12.02.2020 Alexandra Lesur

Entrés officiellement en fonction au lendemain du Brexit, 27 nouveaux eurodéputés ont participé pour la première fois à la session plénière du Parlement européen ce lundi 10 février. Parmi eux, cinq Français qui découvrent cette semaine l'hémicycle et les arcanes de l'institution européenne à Strasbourg.

Cinq nouveaux députés européens français ont découvert pour la première fois le Parlement européen de Strasbourg lors de la session plénière de février 2020. Crédits : Gabor Kovacs / Flickr Parlement européen CC-BY-4.0

Cinq nouveaux députés européens français ont découvert pour la première fois le Parlement européen de Strasbourg lors de la session plénière de février 2020. Crédits : Gabor Kovacs / Flickr Parlement européen CC-BY-4.0

Dès le 1er février 2020, au lendemain du retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne, une partie des sièges des 73 eurodéputés britanniques a été supprimé. L'autre a été redistribuée à certains Etats membres. Parfois surnommés les députés "Picard", 27 élus "surgelés" depuis les élections européennes de mai 2019 attendaient cette recomposition pour faire leur entrée au Parlement européen. Ils sont désormais partie prenante de la législature 2019-2024.

Une répartition en fonction du poids démographique des Etats membres

Cette réorganisation du Parlement européen repose sur le principe de la "proportionnalité dégressive", qui régit l'attribution des sièges au Parlement européen en fonction des Etats membres.

Le Conseil européen du 28 juin 2018 précise ainsi comment réaffecter ceux des députés du Royaume-Uni aux autres Etats. Ainsi, sur les 73 sièges britanniques, 46 sont temporairement supprimés et pourront être réattribués ultérieurement en cas d'élargissement de l'Union européenne à de nouveaux Etats membres. Les 27 autres sont redistribués à 14 Etats membres qui, du fait de leur évolution démographique, étaient devenus légèrement sous-représentés au regard de leur population. C'est le cas de la France qui, comme l'Espagne, gagne 5 nouveaux eurodéputés.

Le départ des Britanniques entraîne également un rééquilibrage politique au sein de l’hémicycle. En effet, les députés européens s'y réunissent selon leur affinité politique, et non selon leur nationalité. Or sur les sept groupes politiques qui existent à l'heure actuelle, cinq comptaient des élus britanniques (S&D, Renew Europe, Verts/ALE, ECR et GUE/NGL). Par ailleurs, 27 élus britanniques (essentiellement du Brexit Party de Nigel Farage) n'étaient affiliés à aucun de ces groupes : ils siégeaient parmi les "non inscrits".

Brexit : ce qui change (et ce qui ne change pas) le 1er février

Côté français : Renaissance au même rang que le Rassemblement national

Le Rassemblement national, qui était jusque-là la première délégation française et qui fait partie du groupe Identité et démocratie au Parlement européen, gagne encore un eurodéputé pour atteindre un total de 23 élus. Mais il est désormais rejoint par la délégation Renaissance (LREM, le Modem et Agir) qui siège avec le groupe Renew Europe et qui accueille deux nouveaux eurodéputés (21+2).

Jean-Lin Lacapelle, proche de Marine Le Pen et ancien conseiller régional du Centre et de l'Île-de-France, rejoint donc la délégation française du Rassemblement national. Il siège à la commission du Marché intérieur et de la protection des consommateurs.

Au centre, le groupe Renew Europe accueille Sandro Gozi (LREM) et Ilana Cicurel (LREM). Le premier était le seul candidat étranger à figurer en position éligible sur une liste française. Cet ancien secrétaire d'Etat aux Affaires européennes sous le gouvernement de Matteo Renzi (2014-2018) a suivi pendant trois mois la mise en place des nouvelles institutions européennes auprès du Premier ministre Edouard Philippe. Sandro Gozi fait désormais partie de la commission du Marché intérieur et de la protection des consommateurs et de la commission des Affaires constitutionnelles.

Avocate au barreau de Paris, Ilana Cicurel est quant à elle membre du bureau exécutif de La République en Marche. "Éducation et formation seront au cœur de mon mandat européen pour éviter qu’avec les grandes transitions à venir tout un pan de nos concitoyens se retrouve violemment mis sur le bord de la route", a-t-elle tweeté lors de première session plénière. L'eurodéputée va notamment travailler à la commission de la Culture et de l'éducation.

Ilana Cicurel, Sandro Gozi, Stéphane Bijoux

Les nouveaux eurodéputés LREM Ilana Cicurel et Sandro Gozi accueillis le 10 février 2020 par leur collègue LREM Stéphane Bijoux.

Qui sont les 79 députés européens français ?

L'ancien président de Biocoop Claude Gruffat rejoint quant à lui la délégation française des Verts/ALE. Il siège à la commission des affaires économiques et monétaires et, en tant que suppléant, à celle de l'agriculture. Le groupe S&D accueille quant à lui Nora Mebarek. Membre de l'aile gauche au sein du bureau national du PS, conseillère municipale d'Arles, elle est par ailleurs première secrétaire de la fédération PS des Bouches-du-Rhône depuis 2018. Elle est membre de la commission du Développement régional et suivra également les sujets "pêche" en tant que membre suppléante de la commission dédiée à cette thématique.

Au niveau européen, les nationalistes d’Identité et Démocratie devant les Verts / ALE

Au sein des groupes politiques, le changement majeur concerne les eurosceptiques nationalistes du groupe Identité et Démocratie (ID) : celui-ci devance ainsi les Verts/ALE. "Le Brexit nous permet de devenir le premier groupe d’opposition avec Identité et démocratie et nous allons œuvrer dans la perspective d’une grande Europe des Nations libres et souveraines", a ainsi déclaré sur France Inter Jean-Lin Lacapelle, qui fait partie des trois nouveaux députés européens membres du groupe. Par ailleurs, la droite modérée (PPE) reste le premier groupe du Parlement européen, suivie des sociaux-démocrates (S&D) et des centristes libéraux (Renew Europe).