Derniers articles publiés

Biographie : Winston Churchill (1874-1965)

Synthèse 14.09.2013

Winston Churchill a su mettre sa stature d’homme d’Etat et de vainqueur de la Seconde Guerre Mondiale au profit d’une vision ambitieuse de l'Europe.

Winston Churchill

Sa vie

Propos choisis

"Si les pays européens parvenaient à s'unir, leurs 300 à 400 millions d'habitants connaîtraient, par le fruit d'un commun héritage, une prospérité, une gloire, un bonheur qu'aucune borne, qu'aucune frontière ne limiterait. Il nous faut ériger quelque chose comme les Etats-Unis d'Europe. Le premier pas à accomplir est la constitution d'un Conseil européen". Extrait du discours prononcé par Winston Churchill, le 19 septembre 1946 à Zurich.

"La démocratie est le plus mauvais système de gouvernement - à l'exception de tous les autres qui ont pu être expérimentés dans l'histoire."

Discours à la Chambre des Communes du 11 novembre 1947. Sir Winston Churchill est né le 30 novembre 1874 à Blenheim Palace (Angleterre).

Correspondant de guerre durant le conflit des Boers, il acquiert le statut de "héros national" à la suite de son évasion réussie d’Afrique du Sud.

Elu du parti conservateur au Parlement dès 1900, il adhère au parti libéral en 1904. Il commence alors une carrière politique au niveau national : en 1905, il est nommé sous-secrétaire d'Etat aux colonies.

De 1908 à 1922, il occupe successivement les postes de président du Ministère du Commerce, ministre de l’Intérieur, ministre des Munitions, secrétaire d’Etat pour la Guerre et les affaires aériennes et secrétaire aux Colonies.

De 1922 à 1945

Il est réélu député conservateur en 1924 au Parlement et il devient Chancelier de l'Echiquier dans le gouvernement Baldwin. Il se montre alors réservé vis à vis du projet européen d'Aristide Briand.

Ses avertissements face à l'avancée nazie et aux dangers de la politique d'apaisement sont ignorés.
Alors qu’en 1939, l'Allemagne déclare la guerre à la France et à la Grande-Bretagne, Churchill accède au poste de Premier Ministre en mai 1940.

La même année, il approuve la Déclaration d'union franco-britannique qui prévoit qu'"[on] instituera des organismes communs pour la défense, pour la politique étrangère, pour les finances et l'économie." Mais cette proposition britannique ne semble être motivée que par la conjoncture difficile et la volonté de garder la France du côté des Alliés.

En effet, ce projet est abandonné dès la libération française et à la fin de la guerre, Churchill suggère même une citoyenneté commune anglo-américaine. Le parti travailliste ayant remporté les élections de 1945, Churchill ne participe pas directement au règlement des réorganisations internationales de l'après-guerre, mais il est cependant considéré comme un héros national.

Sa politique à partir de la fin de la guerre, le Conseil de l’Europe

Leader de l'opposition depuis 1945, Churchill plaide pour une politique favorable à l'Union européenne, même si c’est de manière parfois ambiguë.

Dans le discours prononcé à Zurich, le 19 septembre 1946, il n'hésite pas à parler de futurs "Etats-Unis d'Europe", avec l'ambition de "reconstituer la famille européenne et de lui fournir une structure qui lui permette de vivre et de croître en paix, en sécurité et en liberté".

Toutefois, Churchill s'oppose d'ores et déjà à toute notion de supranationalité. Par ailleurs, il crée le Mouvement pour l’Europe unie en 1947. En mai 1948, à la Haye, 800 délégués issus de tous les Etats européens se réunissent sous la présidence de Churchill en un Grand Congrès de l'Europe.

Ce dernier aboutit à l'adoption du projet du Conseil de l'Europe qui devient réalité le 5 mai 1949. Churchill fait partie des membres de la première assemblée.

Le 16 mai 1950, il évoque dans une allocution la possibilité de créer une armée européenne qui incorporerait un contingent allemand. Cette proposition connaît un regain d’intérêt avec l'éclatement de la guerre de Corée le 25 juin 1950.

Dans un discours du 11 août, il exige la création d'une force européenne puissante qui aurait à sa tête un ministre européen de la Défense.

Lorsqu’il revient aux affaires et assume le poste de Premier Ministre, en 1951, Churchill s'éloigne de ses propos européens antérieurs. Il s’engage alors dans une politique conservatrice qui entraîne la démission de Paul-Henri Spaak de l’Assemblée consultative du Conseil de l’Europe. Celui–ci préfère poursuivre le processus de construction européenne sans les Anglais.

La position de Churchill se confirme en 1953 lorsqu’il déclare que le Royaume-Uni est aux côtés de la Communauté Européenne de Défense (CED) mais qu'il n'en fait pas partie.

Churchill quitte son poste en 1955 mais demeure membre du Parlement jusqu'en 1964. Il reçoit le prix Nobel de littérature pour ses écrits en 1953. Il refuse la pairie. En 1963, le Congrès américain lui confère la citoyenneté américaine. Il meurt à l'âge de 90 ans en 1965.