Derniers articles publiés

Qui est Michel Barnier, négociateur en chef de l'UE pour le Brexit ?

Synthèse 24.10.2019

Né en 1951, le Français Michel Barnier est négociateur en chef de la Commission chargé de la conduite des négociations avec le Royaume-Uni, suite au référendum sur le Brexit du 23 juin 2016.

Michel Barnier

Ancien commissaire au Marché intérieur et aux services, Michel Barnier est diplômé de l'Ecole Supérieure de Commerce de Paris. Il a commencé sa carrière au Conseil général de Savoie avant d'intégrer successivement le ministère de l'Environnement et celui des Affaires européennes entre 1993 et 1995. Il siège ensuite 2 ans au Sénat à partir de 1997.

Après une première expérience au sein de la Commission européenne entre 1999 et 2004 comme commissaire en charge de la Politique régionale et des réformes institutionnelles, il poursuit sa carrière en France, notamment en tant que ministre des Affaires étrangères, puis de l'Agriculture et de la Pêche.

Lors des élections européennes de juin 2009, il devient député européen, un poste qu'il quitte en février 2010 lorsqu'il est désigné commissaire européen en charge du Marché intérieur et des services.

Son engagement européen de 1995 à 2004

Son expérience des affaires européennes remonte au début de sa carrière politique. Après avoir été ministre de l'Environnement et ministre délégué aux Affaires européennes en 1995, également en charge de la négociation du traité d'Amsterdam, il occupe la présidence de la délégation des Affaires européennes au Sénat en France avant d'intégrer la Commission de Romano Prodi au poste de commissaire en charge de la politique régionale, de 1999 à 2004.

Il revient ensuite à la politique nationale, mais devient en 2006 conseiller spécial du président de la Commission Européenne, José Manuel Barroso. A ce titre, il présente un rapport proposant la création d'une force européenne de protection civile : Europe Aid. Il est ensuite élu eurodéputé aux élections de 2009, et préside la délégation française du Parti populaire européen, dont il est également vice-président.

Michel Barnier redevient Commissaire européen sous la Commission Barroso, de 2010 à 2014, chargé du Marché intérieur et des Services. La question d'exclure ou non les services financiers de son portefeuille a fait débat à l'occasion de sa nomination, les conservateurs britanniques ne partageant pas la position du gouvernement français sur cette question.

Lors de son mandat de commissaire européen, M. Barnier a eu pour ambition générale de relancer le marché unique, alors que sévissait la crise économique et financière. Il s'est également attelé à la libre circulation des services financiers, aux marchés publics, aux services, à la propriété intellectuelle et aux qualifications professionnelles.

2014 : sa candidature à la tête de la Commission

Fort de ses précédentes fonctions et des travaux qu'il a pu mener, il est pressenti pour être le candidat du Parti populaire européen (PPE, droite) dans la course à la succession de José Manuel Barroso en 2014. Ses priorités pour un tel poste regroupent des sujets tels que la stratégie industrielle, la politique d'infrastructures, le marché unique, la sécurité et l'immigration.

C'est toutefois l'ancien Premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker qui est choisi pour être le candidat du parti conservateur. Ce dernier obtient ainsi le poste de président de la Commission européenne en 2014.

L'année suivante, après avoir été battu par Laurent Wauquiez pour prendre la tête de la liste UMP en Auvergne-Rhône-Alpes lors des élections régionales, Michel Barnier est nommé, en avril, conseiller spécial pour la politique de défense et de sécurité auprès de la Commission européenne.

Depuis 2016 : négociateur en chef du Brexit

Le 27 juillet 2016, c'est à un autre poste que Jean-Claude Juncker le nomme, à savoir négociateur en chef chargé de la préparation et de la conduite des négociations avec le Royaume-Uni au titre de l'article 50 du traité sur l'Union européenne.

Il a alors pour mission, à compter du 1er octobre de la même année, d'aider à "mettre en place un partenariat nouveau avec le Royaume-Uni après son retrait de l'Union". Fin 2018 il parvient, avec la Première ministre britannique Theresa May, à un accord de retrait du Royaume-Uni de l'UE, et notamment un "filet de sécurité" ou "backstop" censé prévenir le retour d'une frontière physique entre les deux Irlande. Cette option est cependant rejetée à trois reprises par le Parlement britannique en 2018.

Après avoir accordé un report de l'échéance du Brexit au 31 octobre 2019, il poursuit les négociations avec le nouveau Premier ministre britannique, le "Brexiter" Boris Johnson. Afin d'éviter une sortie dure de l'Union, les deux parties parviennent à un nouveau compromis le 17 octobre 2019, adopté par le Conseil européen quelques heures plus tard.

Le report du vote sur cet accord par le Parlement britannique forçant Boris Johnson à réclamer un nouveau report, Michel Barnier reste en charge des négociations le temps qu'une solution émerge.

Après le Brexit, un futur européen ?

Si, peu après les élections européennes de 2019 ayant vu la victoire du PPE (son groupe politique à l'échelle européenne), le nom de Michel Barnier a quelques temps circulé pour prendre la présidence de la Commission européenne, sa candidature est rapidement écartée. Il est ensuite évoqué pour reprendre le poste de commissaire européen français, car bien qu'encarté au parti Les Républicains (PPE), il est proche de l'aile centriste d'Alain Juppé, pro-européen et modéré, et a à plusieurs reprises affiché sa sympathie vis-à-vis de la politique du président Emmanuel Macron. A la veille des élections européennes de 2019, il affirme ainsi que de nombreux projets qu'il souhaite voir abordés en Europe "rejoignent le projet européen" du président français.

C'est finalement l'ancienne ministre des Armées Sylvie Goulard qui lui est préférée. Le rejet de la candidature de cette dernière par le Parlement européen relance les spéculations autour d'une éventuelle proposition de Michel Barnier par l'exécutif français.

Quoiqu'il en soit, l'avenir politique de Michel Barnier s'annonce vraisemblablement européen : il a annoncé le 17 octobre avoir été mandaté par la future présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, pour poursuivre les négociations après le Brexit et définir la future relation entre l'Union et le Royaume-Uni.