Derniers articles publiés

Biographie : Mario Draghi, ancien président de la Banque centrale européenne

Synthèse 04.11.2019

Né à Rome en 1947, Mario Draghi a été président de la Banque centrale européenne (BCE) du 1er novembre 2011 au 31 octobre 2019. Economiste de formation, il a été vice-président pour l'Europe de Goldman Sachs, puis gouverneur de la Banque d'Italie.

Mario Draghi

Mario Draghi - Crédits : Commission européenne

Après des études en économie à l'université de Rome "La Sapienza", Mario Draghi effectue un doctorat au Massachusetts Institute of Technology (MIT). Professeur universitaire à Florence et à Turin, il a été de 1991 à 2001 directeur général du ministère du Trésor public, chargé des privatisations. 

Entre 2002 et 2005, il est vice-président pour l'Europe de Goldman Sachs, puis gouverneur de la Banque d'Italie entre 2006 et 2011. 

Le 16 mai 2011, l'Eurogroupe présente officiellement la candidature de Mario Draghi à la présidence de la BCE, le mandat de Jean-Claude Trichet arrivant à sa fin.

Le Conseil européen confirme le choix de Draghi le 24 juin 2011, et sa présidence débute le 1er novembre suivant.

Dès décembre 2011, Mario Draghi prend une première décision d’importance en accordant 489 milliards d’euros de prêts aux banques européennes. En février 2012, sous son égide, la Banque centrale européenne une deuxième série de prêts aux banques européennes est lancée, sous le nom de "long term refinancing operations" (LTRO).

D’un point de vue plus général, Mario Draghi a constamment rappelé au cours de son mandat sa détermination à préserver l’euro, assurant les investisseurs qu’il ferait tout ce qui est en son pouvoir sur le plan économique et financier.

Laissant derrière lui un bilan contrasté, Mario Draghi quitte son poste après deux mandats de quatre ans. En fonction depuis le 1er novembre 2019, la Française Christine Lagarde souhaite poursuivre les chantiers entamés par son prédécesseur, en finalisant l'union bancaire ou en prenant position pour la création d'un budget de la zone euro.

A la BCE, Christine Lagarde hérite d'une institution divisée