Derniers articles publiés

Biographie : Maarti Ahtisaari

Synthèse 28.08.2013

Fervent partisan de l’Europe, Martti Ahtisaari a fait de l'adhésion de la Finlande à l’Union européenne une priorité de son mandat présidentiel. Le prix Nobel de la paix lui a été attribué en 2008.

Sa vie

Propos choisis

"Le maintien de la sécurité et de la stabilité demeure le principal objectif de l'intégration [européenne], mais aujourd'hui, la notion de sécurité revêt un sens beaucoup plus large qu'hier. Elle signifie davantage que la sécurité militaire traditionnelle. Les menaces qui planent sur elle sont de plus en plus diverses : risques environnementaux, flux migratoires incontrôlés, criminalité internationale." Faut-il repenser l'UE ?, The Philip Morris Institute for Public Policy Research, Bruxelles, 1999.

"(...) L'Union européenne doit donc se doter d'une dimension nordique.  Cette initiative doit avoir pour objectif de renforcer la politique étrangère commune de l'UE dans les régions nordique et balte. Plus l'Union sera puissante dans ce domaine dans le Nord, plus elle pourra jouer un rôle éminent sur la scène internationale en matière de relations extérieures." Faut-il repenser l'UE ?, The Philip Morris Institute for Public Policy Research, Bruxelles, 1999.

"Voici un demi-siècle, les pères fondateurs de la Communauté européenne nous ont laissé les plans d'un nouvel édifice européen bâti sur une assise de quelques nations occidentales. Cet édifice est aujourd'hui complètement achevé. Il nous revient de tracer les contours de son extension pour le prochain millénaire. Pour cela, nous avons besoin d'architectes politiques qui oseront faire le pari d'une Europe à la fois plus large et plus foncièrement intégrée." Faut-il repenser l'UE ?, The Philip Morris Institute for Public Policy Research, Bruxelles, 1999.

Né en Finlande le 23 juin 1937 à Viipuri (Viborg), ville annexée par l'URSS en 1944, d’un père officier, norvégien naturalisé finlandais, Martti Ahtisaari étudie à l'université d'Oulu.

Il est diplômé, en 1959, de l'école de formation des instituteurs et il intègre un projet pédagogique au Pakistan par le biais de l'Agence suédoise pour le développement international. De retour en Finlande, il rejoint en 1965 le ministère des Affaires étrangères, au sein du Département de la coopération internationale et du développement et devient par la suite directeur adjoint de ce département.

Nommé ambassadeur de Finlande dans plusieurs pays d’Afrique, il développe un vaste réseau de contacts locaux. Après avoir fait partie du Sénat de l'Institut pour la Namibie de 1975 à 1976, il devient commissaire des Nations Unies dans ce pays de 1977 à 1981, puis représentant spécial de l'Organisation des Nations Unies (ONU), jusqu'en 1984.

En 1991, il est promu secrétaire d'Etat au ministère des Affaires étrangères finlandais, sa plus haute position dans l'administration finlandaise. De 1992 à 1993, il préside en Bosnie-Herzégovine le groupe de travail de la Conférence internationale sur l'ex-Yougoslavie. Il est désigné en 1993 représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU en ex-Yougoslavie.

Le 10 octobre 2008, il est couronné du prix Nobel de la paix pour ses nombreuses médiations de paix à travers le monde depuis 30 ans.

Alors âgé de 71 ans, Martti Ahtisaari a sillonné la planète au service de la paix, notamment à la tête de la Crisis Management Initiative (CMI, Initiative de gestion des crises), l'ONG qu'il a fondée en 2000.

En 2005, il a présidé à l'accord de paix entre le gouvernement indonésien et les ex-rebelles indépendantistes du Mouvement Aceh libre (GAM), mettant fin à un conflit qui a fait environ 15.000 morts depuis 1976.

Le prix Nobel de la paix lui a été attribué alors que 197 personnalités et organisations étaient en lice en 2008.

La présidence de la Finlande et l’action européenne  

Martti Ahtisaari succède à Mauno Koivisto à la présidence de la République de Finlande, de 1994 à 2000, lors de la première élection au suffrage universel direct à cette fonction.

Son action politique s’affirme, en particulier en ce qui concerne les enjeux liés à l'appartenance à l'Union européenne (UE). En mars 1992, la Finlande présente sa candidature officielle à l’entrée dans l’UE. Cette candidature est approuvée par référendum par 57% de suffrages favorables, en octobre 1994. La Finlande devient membre en janvier 1995.

Grâce à ses bons résultats -son déficit public ne dépasse pas alors 1,3% du PIB-, elle fait partie des onze pays européens sélectionnés en mai 1998 pour intégrer l’Union économique et monétaire (UEM), le 1er janvier 1999. En 1998, la Finlande ratifie le Traité d’Amsterdam et exerce pour la première fois de son histoire la présidence du Conseil des ministres de l'UE du 1er juillet 1999 au 31 décembre 1999.

Par ailleurs, le président Martti Ahtisaari est désigné comme représentant de l’Union européenne dans le conflit du Kosovo.   

Sa philosophie  

En arrière-plan de ses missions diplomatiques, Martti Ahtisaari développe une conception politique qui considère que l’organisation de l’économie et l’organisation du pouvoir sont liés l’un à l’autre.

Selon lui, il ne peut y avoir de démocratie réelle sans efficacité économique. C’est ainsi qu’il affirme, en 2004, à Vienne, devant le conseil permanent de la Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe (CSCE) : "Il est notoirement reconnu que démocratie et économie de marché avancent main dans la main. Alors que les démocraties libérales comptent pour 45% de la population mondiale, ces mêmes nations produisent également 89% des richesses du globe".

Cette page est en cours de révision et sera très prochainement mise à jour. Merci de votre compréhension.