Derniers articles publiés

Biographie : Catherine Ashton

Synthèse 03.11.2014

Peu connue du grand public même au Royaume-Uni, cette membre du Parti travailliste qui avait été nommée commissaire européenne au Commerce en 2008 pour remplacer Peter Mandelson, a créé la surprise en devenant la première haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité. Désignée le 19 novembre 2009, elle s'est vu confier un mandat de 5 ans. Depuis le 1er novembre 2014, l'Italienne Federica Mogherini l'a remplacée dans ses fonctions.

Catherine Ashton

Vie et carrière politique

Originaire de la région du Lancashire, la baronne Catherine Ashton of Upholland étudie au Bedford College de Londres où elle obtient un diplôme de sociologie en 1977. Elle commence par travailler en tant que trésorière et vice-présidente chez "Campaign for Nuclear Disarmament" (CND), organisation britannique qui se bat contre l'armement nucléaire.

Elle travaille ensuite à plusieurs postes dans les domaines de la lutte contre la pauvreté et l'amélioration des conditions de travail avant de présider la Haute autorité de la santé du Hertfordshire de 1998 à 2001. A cette même époque elle devient également vice-présidente du conseil national des familles monoparentales.

Dans les années 2000, elle a occupé successivement les postes de sous-secrétaire d'Etat au ministère de l'Education (2001-2002), au ministère des Affaires constitutionnelles (2004-2007) et au ministère de la Justice (mai-juin 2007).

En 1999, elle est nommée à la Chambre des Lords (équivalent du Sénat) et élevé au rang de baronne Ashton d'Upholland par Tony Blair dont elle est proche. Elle devient donc membre à vie, non  élue, de la Chambre des Lords, et elle en occupe la présidence depuis 2007, après avoir été nommée à cette position par Gordon Brown. On lui reconnait un rôle "actif" et "essentiel" dans cette institution pour faire adopter le nouveau Traité de Lisbonne en Grande-Bretagne.

En 2006, elle a été élue politicienne de l'année  pour ses actions en matière d'égalité et droit de l'Homme.

Engagement européen

Commissaire européenne au Commerce

Catherine Ashton est devenue membre de la Commission européenne en octobre 2008, où elle a remplacé le commissaire britannique au Commerce, Peter Mandelson. En devenant la première femme britannique commissaire, elle commence sa carrière internationale.

Sa nomination a essuyé quelques critiques pointant du doigt son manque d'expérience en matière de commerce, mais elle a été approuvé pour le poste par le Parlement européen (538 votes pour, 40 contre, 63 abstentions).

En tant que commissaire, elle s'est dite à la fois " favorable au libre-échange" et "soucieuse de conserver le modèle social européen ".

Au cours de son mandat, elle a notamment traité des dossiers du boeuf américain, de la conclusion de l'accord commercial de libre-échange avec la Corée du Sud et du conflit de la banane avec les pays ACP (Afrique-Caraïbes-Pacifique). Elle a également représenté l'UE lors des négociations de l'Organisation mondiale du commerce à Doha.

Haute représentante de l'Union pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité

En décembre 2009, elles nommée haute représentante de l'Union pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, un poste créé par le Traité de Lisbonne.

Sa nomination a entraîné des critiques concernant son inexpérience diplomatique et sur l'opportunité dont elle a bénéficié alors que le Royaume-Uni n'avait pas eu satisfaction de voir Tony Blair à la tête du Conseil européen. "Jugez-moi sur ce que je ferai" avait-elle rétorqué à ses détracteurs.

A la fois vice-présidente de la Commission européenne en charge des relations extérieures, présidente du Conseil des ministres européens des Affaires étrangères et haute représentante, elle a été amenée à mettre en place le service européen pour l'action extérieure (SEAE) sur lequel elle s'appuie pour ses missions de conduite de la politique étrangère et de sécurité commune (PESC).

Depuis son arrivée à la tête du SEAE, elle a notamment été occupée par l'opération EU NAVFOR - Atalanta destinée à lutter contre la piraterie au large des côtes somaliennes, l'encadrement du rapprochement entre le Kosovo et la Serbie, le Printemps arabe, etc. Elle est actuellement en négociations sur le dossier du nucléaire iranien dans le cadre du groupe 5+1 (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie et Chine, Allemagne) dont elle a présidé des négociations avec l'Iran en 2013. Son action a été saluée alors que les négociations ont abouti sur l'accord de Genève qui limite l'enrichissement en uranium de l'Iran.

Elle est également impliquée dans la crise ukrainienne qui a débuté en novembre 2013 car une crise politique et qui s'est muée en crise diplomatique de par les positions de la Russie. Bénéficiant du soutien des Etats-Unis, elle a la tâche peu aisée de faire parler l'UE d'une seule voix alors que les Etats membres sont divisés sur la réponse à donner à la Russie.

A l'issue de son mandat de 5 ans, qui s'est achevé le 1er novembre 2014, force est de constater que Catherine Ashton n'aura pas réellement marqué les mémoires. Sous sa direction, la politique étrangère de l'UE sera restée discrète et n'aura que faiblement peser sur les grands enjeux internationaux. Il convient toutefois de garder en mémoire l'extrême difficulté de la mission qui lui avait été confiée. L'Italienne Federica Mogherini la remplace dans ses fonctions.