Derniers articles publiés

Biographie : Algirdas Mykolas Brazauskas (1932 - 2010)

Synthèse 30.04.2014

Principal artisan de l'adhésion de la Lituanie à l’Union européenne, Algirdas Mykolas Brazauskas compte au nombre des hommes d'Etat qui ont le plus fermement œuvré pour l'idée européenne dans cet Etat balte.

Algirdas Mykolas Brazauskas

Algirdas Mykolas Brazauskas, ancien Premier ministre de Lituanie - Crédits : European Union

Sa vie

Propos choisis

"Je suis très fier que les Lituaniens aient compris l'enjeu du référendum et franchi ce pas historique."

Déclaration d’Algirdas Brazauskas, après les résultats positifs du référendum sur l’adhésion de la Lituanie à l’UE, le 10 mai 2003.

Algirdas Mykolas Brazauskas est né le 22 septembre 1932 à Rokiscis en Lituanie.
Issu d’une famille de classe moyenne, il obtient son diplôme de génie civil en technologie hydraulique en 1956 et devient docteur en sciences économiques en 1977 à l’Université de Vilnius.

Il entre au Parti communiste lituanien en 1959 et occupe le poste de ministre de la construction du gouvernement local en 1965. Membre permanent du Comité central du Parti, en 1977, il est élu premier secrétaire en 1988 grâce au soutien du Mouvement de Libération Nationale Lituanienne "Sajudis".

Il résiste aux pressions de la Russie qui veut faire taire les revendications autonomistes et il déclare l'indépendance de son propre parti à l’égard du Parti communiste soviétique lors de son XXème congrès. Après avoir été président du Seimas (Parlement lituanien) en 1992, il est finalement élu Président de la République, le 14 février 1993, pour un mandat de 5 ans qu’il renonce à renouveler en 1998.

Après une période d’absence politique, Algirdas Brazauskas est nommé Premier ministre de Lituanie le 2 juillet 2001 sous la présidence d’Adamkus, fonction reconduite en 2004 à la tête de la coalition des Partis social-démocrate, du travail, des Sociaux-libéraux et de l'Union des paysans et de la Nouvelle démocratie. Cette coalition s'effrite en avril 2006 et le mène à démissionner de ses fonctions ministérielles le 31 mai 2006. Il reste à la tête du Parti social-démocrate jusqu'au 19 mai 2007.

Algirdas Mykolas Brazauskas meurt le 26 juin 2010 après avoir été diagnostiqué avec un lymphome en 2008.

Brazauskas et les prémices de l’intégration de la Lituanie à l’UE

Dès la déclaration d’indépendance de la Lituanie, Algirdas Mykolas Brazauskas a l’ambition de faire entrer son pays dans l’Union européenne. Il convertit la Lituanie à l’économie de marché et fait adopter par référendum en octobre 1992 une constitution établissant une démocratie parlementaire respectueuse des droits de l’homme et des minorités.

Elu président, Algirdas Mykolas Brazauskas a par ailleurs pris soin d'effectuer ses premières visites officielles en Occident pour couper court aux accusations de "dérive orientale".

Le Conseil européen de Copenhague a reconnu la vocation des Etats baltes à rejoindre l'Union européenne le moment venu, au même titre que les autres pays d'Europe centrale et orientale.

La signature le 12 juin 1995 d'un accord d'association avec l'Union européenne et la participation du Président Brazauskas au Conseil européen de Cannes le 27 juin 1995, en tant qu’observateur invité, ont renforcé cette perspective et placé la Lituanie sur un pied d'égalité avec les six pays d'Europe centrale préalablement associés.

L’avancement du processus d’adhésion est alors confirmé par les conclusions du Conseil européen de Madrid des 15 et 16 décembre 1995.

Le combat de Brazauskas pour l’adhésion de la Lituanie à l’UE

Le 8 décembre 1995, le Président Algirdas Mykolas Brazauskas et son Premier ministre Adolfas Slezevicius déposent officiellement la candidature de la Lituanie à l'UE. Le traité d'association avec l'Union européenne est ratifié en juin 1996.

A l’instar de nombreux pays d’Europe centrale, la Lituanie est confrontée à un important problème de corruption, or l’Europe se montre intransigeante sur cette question. Vilnius a par conséquent adopté un programme national de lutte contre ce fléau et, selon le rapport d’évaluation de la Commission établi en octobre 2002, celui-ci a permis d’accomplir des progrès considérables.

La Lituanie possède en outre des frontières sensibles avec la Russie, la Biélorussie, et en particulier le territoire russe de Kaliningrad qui, une fois l’élargissement réalisé, est devenu une enclave au sein de l’espace communautaire.

Dans le but d’intégrer l’espace Schengen, Vilnius doit donc accroître la sécurité sur ses frontières afin d’empêcher l’immigration clandestine et les multiples trafics.

En tant que Premier ministre, Algirdas Mykolas Brazauskas a indiqué que la Lituanie a "besoin d’aide pour appliquer les règles de Schengen", un appel auquel l’UE a répondu par l’engagement au versement à cette fin, entre 2004 et 2006, de 136 millions d’euros à la Lituanie. Cette aide substantielle doit permettre à l’Etat balte de jouer efficacement son rôle de "garde-frontières" de l’Union.

Après avoir intégré l’ensemble de l’"acquis communautaire", c’est-à-dire transposé un nombre considérable de directives et règlements européens dans la législation et la réglementation nationales, la Lituanie a été le premier des pays d’Europe centrale et orientale à ratifier le traité d'adhésion à l'UE.

Le référendum consultatif du 11 mai 2003 a permis au "oui" de remporter une très large victoire, avec 91,04 % des suffrages exprimés. Le 1er mai 2004, la Lituanie est entrée dans l’UE aux côtés de dix autres pays.

C’est en Européen confirmé qu’Algirdas Mykolas Brazauskas signe la Constitution pour l’Europe, le 29 octobre 2004 à Rome.

 

Sélection d’ouvrages d’Algirdas Brazauskas

  • Lietuviškos skyrybos [Divorce Lituanien], publié en lituanien, russe et allemand, Vilnius, 1992
  • Penkeri Prezidento metai [Cinq années de présidence], publié en lituanien, Vilnius, 2000