Derniers articles publiés

[Bilan 2017] Revivez les grands événements qui ont marqué l'Europe cette année

Actualité 21.12.2017 Céline Schmitt et Vincent Lequeux

Elections nationales, Brexit, Europe de la défense ou encore fin du roaming, Toute l’Europe vous fait revivre 14 grands événements qui ont marqué l’actualité européenne cette année.

Revivez les grands événements qui ont marqué l'Europe cette année

 

Mars : Crise politique aux Pays-Bas

Organisées le 15 mars, les élections générales néerlandaises ont ouvert le bal des grandes échéances électorales de l'année 2017 en Europe. Si le charismatique leader du parti d'extrême-droite PVV (Parti pour la liberté), Geert Wilders, était longtemps donné favori, c'est finalement le parti des libéraux VVD, conduit par le Premier ministre sortant Mark Rutte, qui l'a emporté avec 21% des voix.

Suite à ce scrutin et au terme de sept mois de négociations (209 jours), soit la durée la plus longue de l'histoire du pays, une coalition de gouvernement entre quatre partis, aux lignes politiques très contrastées, a finalement été trouvée en octobre 2017. Le VVD gouverne désormais avec les progressistes du D66 et deux partis chrétiens-démocrates (CDA et CU).

 Les résultats électoraux de l'extrême droite en Europe

 Fiche pays Pays-Bas

 

Avril : Erdogan obtient les pleins pouvoirs

Le 16 avril 2017, les Turcs se sont exprimés à 51,37% en faveur du référendum constitutionnel visant à renforcer les pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan, en fonction depuis 2014. Un moment qualifié "d'historique" par l'homme fort d'Ankara et qui vient clôturer une année de vives tensions entre les capitales européennes et la Turquie, membre de l'OTAN depuis 1952 et reconnue depuis 1999 comme candidate à l'adhésion dans l'UE.

En cause notamment côté turc, l'annulation de meetings pro-Erdogan aux Pays-Bas, en Allemagne et en Autriche durant la campagne référendaire. De leur côté, les Européens condamnent entre autres les purges organisées par l'Etat turc suite à la tentative de putsch du 15 juillet 2016 ainsi que les atteintes répétées à la liberté de la presse.

Adhésion de la Turquie à l'Union européenne : où en est-on ?

 

Mai : un pro-européen à l'Elysée

Au terme d'une campagne électorale aux multiples rebondissements, c'est Emmanuel Macron, candidat érigé en défenseur et promoteur de l’Union européenne, qui est devenu le huitième président de la Ve République au soir du 7 mai 2017, arrivant largement en tête face à sa rivale d'extrême droite, Marine Le Pen.

Dès le début de son mandat, le nouveau chef de l'état a dévoilé son projet pour une refondation de l'Europe, au cours d'un discours fleuve prononcé à la Sorbonne. En ligne de mire d'Emmanuel Macron : la création d'une Europe plus unie, souveraine et démocratique.

Discours d'Emmanuel Macron sur l'Europe : "le temps où la France propose est revenu"

Emmanuel Macron président : soulagement et espoir chez les Européens

 

Juin : fin du roaming

Le 15 juin 2017 les frais d'itinérance facturés aux utilisateurs de téléphone mobile, quand ils voyagent à l'étranger, ont été supprimés dans l'Union européenne. Depuis lors, téléphoner, envoyer des SMS, consulter ses e-mails, surfer sur Internet ou sur les réseaux sociaux depuis un autre pays de l’UE coûte le même prix qu’une communication en France.

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet article contient une infographie, pour l'afficher vous devez installer le logiciel gratuit Adobe Flash Player en cliquant sur le lien ci-dessous.

Get Adobe Flash player

 

 

 

 

 

 

 

 Itinérance : 7 questions pour comprendre la fin du roaming

 

Septembre : le CETA entre en vigueur

Après plus de sept années de négociations, le traité de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada (CETA), dit de "nouvelle génération", est partiellement entré en vigueur le 21 septembre 2017, après validation du Parlement européen.  Il s'agit du premier accord commercial bilatéral de l'UE avec une grande puissance économique, et le plus ambitieux jamais négocié.

Depuis lors, toutes les dispositions relevant de la compétence exclusive de l'Union européenne sont désormais effectives, soit 90% de l'accord signé le 30 octobre 2016 par les 28 Etats membres. Pour le reste, il faudra attendre la ratification des 38 assemblées nationales et régionales d'Europe. Une procédure qui devrait durer plusieurs années.

 CETA : le gouvernement français dévoile son plan de mise en oeuvre

 

Septembre : l'Allemagne en quête d'une nouvelle coalition

Dimanche 24 septembre, Angela Merkel a remporté un nouveau succès électoral en arrivant en tête des élections fédérales allemandes. Reconduite pour un quatrième mandat, la chancelière a toutefois vu son score fondre par rapport à 2013 (-8,5 points) et l'extrême droite progresser, avec l'entrée de 94 députés du parti Alternative für Deutschland (AfD) au Bundestag.

Deux mois après les résultats du scrutin, Mme Merkel n'est toujours pas parvenue à former une coalition de gouvernement. Une situation inédite, qui s'explique notamment par l'échec des discussions avec les Verts et les libéraux, et le refus des sociaux-démocrates, menés par Martin Schulz, de former à nouveau une "grande coalition" droite-gauche, après la déroute de leur parti aux élections. Une position sur laquelle le SPD est revenu à la fin du mois de novembre, ouvrant la voie à de nouvelles négociations au début de l'année 2018.

Les 5 enseignements des élections allemandes

 Allemagne : une nouvelle grande coalition droite-gauche en perspective

 

Octobre : Wunderwuzzi vainqueur des élections autrichiennes

C'est Sébastien Kurz, leader du parti conservateur ÖVP, surnommé Wunderwuzzi (enfant prodige) en référence à son jeune âge (31 ans), qui a remporté les élections législatives en Autriche le 15 octobre.

Economiquement libéral, il est conservateur sur le plan social et défend une ligne dure anti-immigration. Un positionnement qui le rapproche de fait du parti d'extrême droite (FPÖ), arrivé troisième avec 26% des voix et avec lequel une coalition dite "noire-bleue" a finalement été trouvée le 18 décembre. Une alliance historique qui suscite désormais de vives inquiétudes à Bruxelles.

 

Novembre : "oui" au renouvellement du Glyphosate

Après deux ans de tractations et de blocages, le glyphosate, l'herbicide contenu notamment dans le Roundup de la marque américaine Monsanto, a finalement été renouvelé le lundi 27 novembre, pour une durée de cinq ans au sein de l'Union européenne.

En définitive, c'est le revirement de quatre Etats membres (Allemagne, Bulgarie, Pologne et Roumanie), ayant jusqu'ici privilégié l'abstention, qui a fait basculer le vote en faveur du renouvellement. De son côté, Emmanuel Macron a annoncé sa volonté de faire interdire l'utilisation du glyphosate dans l'Hexagone "dès que des alternatives auront été trouvées, et au plus tard dans trois ans".

Roundup - Crédits : Mike Mozart / CC BY-NC 

 Renouvellement inattendu du glyphosate pour 5 ans : l'Allemagne approuve, la France critique

 

Décembre : accord sur l'Europe de la défense

Cheval de bataille du président de la République, Emmanuel Macron, dès le début de son mandat, le projet de constitution d’une véritable « Europe de la défense » est revenu sur le devant de la scène européenne en 2017. 

Un désir qui s’est concrétisé le 11 décembre, par la naissance officielle de la coopération structurée permanente (PESCO) et du Fonds européen de défense. 25 des Etats membres y participeront, à l’exception de Malte et du Danemark non-signataires, ainsi que du Royaume-Uni, sur le départ.

Table ronde du Conseil européen - crédits : Conseil européen (14 décembre 2017)

Conseil européen : accord sur la défense, division sur les migrations  

 

Décembre : la Commission déclenche l'article 7 contre la Pologne

Après des mois de mises en garde, la Commission européenne a annoncé, le 20 décembre, l’activation de l’article 7 du traité de l’Union européenne contre Varsovie. Cette procédure sans précédent est motivée, selon l’exécutif européen, par la mise en place de réformes judiciaires présentant « un risque clair d'une violation grave de l'Etat de droit » dans le pays. Elle est intervenue seulement quelques jours après le choix du parti Droit et Justice, au pouvoir, de remplacer Beata Szydło en poste depuis 2015, par Mateusz Morawiecki, plus modéré, en tant que Premier ministre.

En cas de décision unanime des Etats membres, la procédure peut à terme conduire à la suspension de certains droits de la Pologne, notamment son droit de vote au Conseil. Si une telle option paraît aujourd'hui improbable en raison de l'opposition de la Hongrie, la décision de la Commission pourrait toutefois sonner comme un avertissement, alors que débutent les négociations sur le prochain budget pluriannuel de l'UE.

 

Décembre : l'UE publie sa liste noire des paradis fiscaux

Paradise Papers, condamnations de multinationales (Apple, Amazon, Starbucks, Fiat…), projet de taxe sur les GAFA… l'année 2017 fut particulièrement chargée dans le domaine fiscal en Europe. Parmi les événements majeurs, l'adoption par les Etats membres, le mardi 5 décembre, d'une liste noire de 17 pays considérés comme des paradis fiscaux. Une avancée jugée en demi-teinte pour l'UE, notamment parce que cette liste ne comporte pas de pays européen.

 

Paradise papers : "nous ne pouvons pas tolérer que certains Etats membres volent la richesse fiscale de pays voisins"

Lutte contre l'évasion fiscale : le Parlement européen veut aller plus loin

 Optimisation fiscale : IKEA dans le collimateur de la Commission européenne

 

Décembre : La victoire des indépendandistes catalans

Le 21 décembre, au terme de 2 mois de vives tensions entre Madrid et Barcelone, les trois listes indépendantistes catalanes ont remporté les élections régionales. A eux trois, ERC-CatSi (gauche républicaine catalane), Ensemble pour la Catalogne (du Parti démocrate européen catalan de Carles Puigdemont) et la CUP (gauche radicale) comptabilisent 70 sièges sur 135 au Parlement catalan. Le parti anti-indépendance Ciudadanos, mené par Inès Arrimadas, est quant à lui arrivé en tête, remportant 37 sièges, sans pouvoir former de coalition.

Une victoire en forme de désaveu pour le Premier ministre Mariano Rajoy, qui espérait sortir de la crise et affaiblir le camp des indépendantistes, en convoquant en octobre ces élections régionales anticipées dans le cadre de la mise sous tutelle de la Catalogne. Jugé illégal par les tribunaux espagnols, un référendum d'autodétermination avait été organisé en octobre par le président catalan.

Victoire de Ciudadanos - Crédits : Twitter Albert Rivera

 

Et aussi ...Brexit : l'organisation du divorce

Événement majeur de l'année 2016, la décision du Royaume-Uni de quitter l'Union européenne a également marqué 2017, bousculant la vie politique du pays et de l'Europe désormais confrontés à l’organisation d’un divorce historique. Grande avancée de cette fin d’année sur ce dossier, les trois sujets les plus épineux opposant jusqu'ici Londres et Bruxelles – facture du Brexit, sort des ressortissants Européens et Britanniques, et frontière entre les deux Irlande - ont finalement fait l’objet d’un compromis, clôturant ainsi la première phase des négociations.

Le sort des deux agences européennes présentes à Londres et contraintes de regagner le continent a également été scellé. La capitale française accueillera l’Agence bancaire européenne (ABE) et Amsterdam l'Agence européenne du médicament.

 

[Chronologie] Brexit : tous les événements depuis le référendum