Derniers articles publiés

Biélorussie : des jeunes dans plus de 100 villes en Europe dénoncent la dictature de Loukashenko

Actualité 17.12.2010

A l'occasion de l'élection présidentielle en Biélorussie, des jeunes ont bâillonné des statues dans plus de 100 villes dans le monde pour protester contre la dictature de Loukashenko. Touteleurope.eu a interrogé à cette occasion le président de la JEF Europe qui a lancé cette action, Philippe Adriaenssens.

Touteleurope.eu : Votre organisation mobilise des jeunes dans plus de 100 villes en Europe à l'occasion des élections présidentielles en Biélorussie. Pourquoi ?

Philippe Adriaenssens: Le but principal est de montrer notre solidarité avec les citoyens en Biélorussie. Depuis 1994, le dictateur Loukashenko règne sur la Biélorussie sans permettre aux citoyens de s'exprimer librement ou l'organisation d'élections réellement démocratiques. Au sein de la JEF Europe, nous pensons que l'Union européenne ne peut pas tolérer une telle dictature à ses frontières. Elle doit plus s'engager pour que les citoyens en Biélorussie puissent s'exprimer librement.

Dans les rues des villes participantes, les gens vont symboliquement faire taire les statues en les bâillonnant. Cela symbolise le fait qu'en Biélorussie, les citoyens n'ont pas de droit de vote et pas de démocratie réelle. Nous formons le souhait qu'ils pourront s'exprimer librement un jour tout comme les statues bâillonnées. Celles-ci symbolisent des hommes et des femmes qui se sont battus pour pouvoir s'exprimer librement à leur époque dans leur pays.


Touteleurope.eu : En quoi des jeunes de l'Union européenne se sentent-ils concernés par ce qu'il se passe dans un pays qui n'est pas un Etat membre ?

Les Jeunes Européens fédéralistes (JEF-Europe) est une organisation de jeunesse active dans la plupart des pays européens. Elle vise à promouvoir l'intégration et la coopération européennes par le renforcement et la démocratisation de l'Union européenne. Ils comptent 20 000 membres dans 35 pays.

Philippe Adriaenssens: Nous avons pu bénéficier nous-mêmes de la libre-circulation grâce à l'intégration européenne. Cela nous semble quelque chose d'acquis, mais cela ne l'est pas pour tous les Européens sur notre continent, en particulier pour les Biélorusses. Nous demandons à ce qu'il y ait plus de liberté de circulation pour les citoyens, notamment pour les citoyens et pour les jeunes qui ne doivent pas être punis du fait d'un régime répressif. Pendant ce temps, l'Union européenne permet aux haut-fonctionnaires et à Loukashenko de circuler librement dans l'Union européenne.

Nous demandons que l'UE soit plus restrictive vis-à-vis des responsables du régime, mais nous voudrions que des jeunes puissent circuler plus facilement et sans trop de problèmes par rapport à l'obtention de visas sur le continent européen. Les échanges avec les Européens permettront de promouvoir les valeurs de la construction européenne au sein de la Biélorussie.


Touteleurope.eu : C'est la sixième fois que vous menez cette action. Y a-t-il une différence par rapport à votre première action en 2006 ?

Philippe Adriaenssens: En 2006, cette action était organisée à l'occasion de la troisième ré-élection de Loukashenko. Il y avait déjà une quinzaine de villes qui participaient. Mais à chaque fois que nous ré-organisions cette action pour "l'anniversaire" de cette élection (le 8 mars) qui était injuste et non libre, le nombre de villes participantes a augmenté. Nous avons aujourd'hui pour cette action juste avant de nouvelles élections plus de 100 villes dans le monde entier qui ont montré leur solidarité avec les citoyens biélorusses.


Touteleurope.eu : Y-a-t-il utilisation de moyens 2.0 en plus de l'action de rue ?

Philippe Adriaenssens: Depuis plusieurs semaines, nous avons lancé une campagne sur Facebook de solidarité avec les citoyens en Biélorussie pour protester contre le régime. Nous proposons aux internautes de changer leur photographie de profil pour illustrer leur opposition à cette dictature. Nous avons aussi une semaine thématique sur notre magazine en ligne multilingue "The New Federalist" (NDLR: le Taurillon dans la version française).


Touteleurope.eu : Votre action se passe hors de Biélorussie. Arrivez-vous à passer votre message dans ce pays malgré le contrôle des médias ?

Philippe Adriaenssens : D'un côté on a beaucoup de contacts avec des opposants en Biélorussie. Il y a des sites Internet qui publient nos articles et parlent de nos actions de solidarité. C'est vraiment un grand soutien qu'ils sentent qu'en Europe ça bouge et qu'il y a des jeunes partout dans 100 villes qui montrent leur solidarité en protestant contre le régime.

D'un autre côté, nous avons rassemblé quatre eurodéputés qui parrainent l'action avec qui nous avons pris des photographies symboliques : Elisabeth Schroedter (Allemagne), Catherine Soullie (France), Christofer Fjellner (Suède), Jacek Protasiezwicz (Pologne). Ce sont des membres de la délégation du Parlement européen pour la Biélorussie. Ils sont au courant de nos actions et vont passer le message la prochaine fois qu'ils iront là-bas ce qui permettra de nous assurer que cela soit repris sous l'aspect politique. Dans la presse biélorusse, nous avons réussi à être cités par le biais de l'opposition.

 

En savoir plus

présentation de l'élection en Biélorussie - Touteleurope.eu

site de la JEF Europe

les photographies de l'action sur FlickR - JEF Europe