Derniers articles publiés

Bernard Pottier : "Les accidents demeurent pour les jeunes de 15 à 24 ans la première cause de mortalité"

Actualité 26.04.2007

A l'occasion de la première journée européenne de la sécurité routière dédiée aux jeunes conducteurs, Bernard Pottier, président de La Prévention Routière, revient sur l'action de l'Union européenne en matière de sécurité routière.


Chaque année, en France, une quarantaine d'enfants âgés de moins de 10 ans meurent à cause d'une ceinture non attachée ou d'un dispositif non adapté. 70% des enfants ne sont pas attachés en voiture ou sont installés dans un dispositif non adapté. Comment expliquez-vous ces statistiques alarmantes ? Qu'en est-il dans les autres Etats membres ?

Globalement, au cours des dernières années, le taux de port de la ceinture de sécurité par les conducteurs à fortement progressé et ceci dans tous les pays européens. La France est d'ailleurs, avec la Suède et l'Allemagne, l'un des pays où le taux de port de la ceinture est le plus élevé. Néanmoins, il reste encore beaucoup à faire concernant le port de la ceinture par les passagers arrière et lors de petits trajets quotidiens.

De même, encore trop d'enfants ne sont pas attachés ou le sont mal. Ce chiffre de 70% que vous évoquez recouvre des situations très différentes. Il peut s'agir d'un dispositif utilisé alors qu'un enfant est trop grand ou trop petit pour lui, d'une ceinture mal positionnée sur l'épaule ou encore d'un dispositif mal installé par les parents… Autant de situations que l'on peut éviter en informant davantage les parents. C'est dans cet esprit que nous avons créé à leur intention le site www.priorite-vos-enfants.fr sur lequel ils peuvent trouver toutes les informations et schémas explicatifs sur ce sujet comme sur d'autres.


Le 27 mars 2007, La Prévention Routière a présenté sa nouvelle campagne, initiée par la Commission européenne, destinée aux tout jeunes enfants. En quoi consiste cette campagne ?

Le nombre d'enfants mal ou pas attachés se retrouve malheureusement dans tous les pays européens. C'est pourquoi la Commission européenne a pris l'initiative de mener une campagne sur ce thème dans plusieurs pays de la Communauté. Le but est de s'adresser directement aux enfants pour leur donner envie de s'attacher en voiture et pour qu'ils soient prescripteurs de bons comportements vis-à-vis de leurs parents.

Les enfants sont toujours intéressés par les mascottes. C'est pourquoi la campagne reprend dans tous les pays le personnage d'un tatou présenté sous forme d'une petite figurine en caoutchouc à accrocher par l'enfant sur sa ceinture de sécurité. En France, où nous avons relayé la campagne de la Commission grâce au concours de MMA Assurances et de Norauto, nous avons également souhaité diffuser dans les maternelles, pour les enseignants, des fiches pédagogiques pour les aider à aborder le sujet en classe et, pour les enfants, un conte africain et une chanson mettant en scène "Zou le tatou".

Enfin, un site internet www.zouletatou.fr propose aux familles de télécharger la chanson et le conte, de participer à des jeux interactifs et de répertorier les trois erreurs les plus fréquentes commises par les parents lors du transport des enfants en voiture.


La première journée européenne de la sécurité routière dédiée aux jeunes conducteurs aura lieu le 27 avril 2007. Que pensez-vous de cette campagne et de l'action de l'Union européenne en matière de prévention routière ?

Cette initiative est très importante car vous le savez, malgré la baisse du nombre de tués sur la route constatée depuis cinq ans en France, les accidents demeurent pour les jeunes de 15 à
24 ans la première cause de mortalité.

Cette situation se retrouve malheureusement dans tous les pays européens. Il était donc important que nous puissions tous nous retrouver au cours d'une journée de réflexion au cours de laquelle ont été successivement abordés les thèmes de l'éducation, de la formation et de la consommation d'alcool et de drogue.

Concernant le problème des retours de soirées, la Commission a depuis plusieurs années, au travers de sa campagne "Euro Bob", instauré un réflexe simple qui, s'il était adopté par tous les conducteurs, permettrait de réduire le nombre d'accidents. C'est le réflexe du conducteur désigné qui, parce qu'il conduit, ne boit pas pour raccompagner les autres en toute sécurité.
La Prévention Routière relaie d'ailleurs cette campagne avec sa propre opération "Sam, le capitaine de soirée".

 

Propos recueillis le 26/04/2007