Derniers articles publiés

Bernard Cazeneuve, le nouveau "Monsieur Europe" du gouvernement français

Actualité 17.05.2012

Le suspens aura été long mais c'est finalement aux alentours de 19h30 que le Secrétaire général de l'Elysée, Pierre-René Lemas, a annoncé hier les noms des 34 nouveaux ministres depuis le perron de l'Elysée. Si les rumeurs allaient bon train depuis plusieurs jours, beaucoup d'entre elles se sont confirmées, mais c'est du portefeuille des Affaires européennes que Bernard Cazeneuve, pressenti un temps à la Défense, a finalement hérité. Peu connu du grand public, ce député de la Manche est un proche de Laurent Fabius, qui a pris de son côté la tête du Quai d'Orsay.


A 48 ans, Bernard Cazeneuve devient donc le "Monsieur Europe" du gouvernement français. Diplômé de l'Institut d'études politiques de Bordeaux, il entame une carrière de juriste mais, engagé très tôt au sein du Parti socialiste, il intègre rapidement les cabinets ministériels. Il est ainsi chef de cabinet d'Alain Vivien, secrétaire d'Etat chargé des Affaires européennes, en 1992.

Maire de Cherbourg depuis 2001, député de la Manche, une première fois entre 1997 et 2002, puis depuis 2007, Bernard Cazeneuve est depuis le début de sa carrière proche de Laurent Fabius, candidat aux primaires socialistes en 2007 et qui a hier été nommé ministre des Affaires étrangères du gouvernement Ayrault.

Laurent Fabius est surtout connu dans le milieu européen français pour s'être fait chef de file du non à la Constitution en 2005. Une position que partageait également Bernard Cazeneuve qui a également voté non, en tant que député, au traité de Lisbonne en 2007. Le nouveau ministre délégué défend également l'énergie nucléaire : une position que ne partageront pas ses nouveaux collègues venus d'Europe Ecologie-Les Verts, Cécile Duflot et Pascal Canfin ...

Membre de la commission de la Défense à l'Assemblée nationale, chargé en 2010 d'un rapport sur l'affaire Karachi, Bernard Cazeneuve a un temps était pressenti à la Défense. Il fut l'un des porte-parole de François Hollande durant la campagne.

Mais en ce qui concerne la place de l'Europe dans le nouveau gouvernement les commentateurs s'accordent sur un point : elle ne sera pas cantonnée aux Affaires européennes. La présidente de la Délégation des socialistes français au Parlement européen, Catherine Trautmann, nous expliquait au lendemain de l'élection de François Hollande qu'elle souhaitait que la question soit traitée de manière transversale, par chaque ministère dont la thématique revêt une dimension européenne. Ce qui est sûr c'est, qu'au-delà des Affaires étrangères, l'Europe concerne désormais non seulement la présidence de la République, mais également Matignon, Bercy, et le ministère du Budget.

Et un autre Monsieur Europe pourrait bien jouer un rôle majeur : Philippe Léglise-Costa, conseiller de François Hollande sur les questions européennes. Ce jeune polytechnicien a quitté la Représentation permanente de la France auprès de l'Union européenne (RPUE) pour rejoindre l'Elysée. Pro-européen, c'est un habitué des arcanes bruxelloises puisqu'il commence sa carrière à la RPUE en 1995, pour y retourner sous présidence française en 2008, en charge notamment du paquet énergie-climat. Entre temps, il sera conseiller d'Hubert Védrine, ministre des Affaires étrangères, en 1999 et de Jean-Pierre Jouyet, ministre délégué aux Affaires européennes, en 2007.

De plus, on aura jamais autant vu d'anciens députés européens dans un gouvernement français : Vincent Peillon, Stéphane Le Foll, Pascal Canfin Kader Arif ont en effet été 'ministrés' également hier. Un bon signe pour les Affaires européennes en France ?