Derniers articles publiés

Avenir de la PAC : le débat est ouvert

Actualité 24.09.2008

Réunissant à Annecy les ministres européens de l'Agriculture, sous la présidence de Michel Barnier, ministre français de l'Agriculture et de la Pêche, assisté de Mariann Fischer Boel, commissaire à l'Agriculture et au Développement rural et d'Androulla Vassiliou, commissaire à la Santé, la réunion informelle du Conseil a permis de lancer le débat que l'avenir de la PAC après 2013, mais a également mis à jour les divergences profondes qui divisent les Etats membres sur ce sujet.

 

Contexte

Les Européens et la PAC

9 Européens sur 10
pensent que l'agriculture et les zones  rurales sont importantes pour l'avenir du continent.

53%
n'ont jamais entendu parler de la PAC.


Les réunions informelles du Conseil des ministres de l'Union européenne permettent aux Etats membres de débattre des grandes politiques de l'Union, sans avoir à conclure leurs sessions par des conclusions formelles, ni à prendre de décisions politiques.

Celle-ci ne fait pas exception à la règle, la France ayant inscrit à l'ordre du jour, entre une conférence sur les maladies émergentes animales et humaines et des visites techniques d'exploitations agricoles de la région d'Annecy, l'épineuse question du contenu de la prochaine PAC, hors aspects budgétaires, qui couvrira la période 2014-2020.

La France lance le débat et met à jour les divergences européennes

Après une première journée consacrée à la visite de la région d'Annecy et à un débat sur les maladies émergentes, Michel Barnier, représentant la présidence en exercice de l'Union européenne, a amené mardi 23 septembre ses homologues à réfléchir et à lancer le débat sur l'avenir de la Politique agricole commune après 2013.

Cette réunion informelle n'avait pas pour objectif de déboucher sur des résultats concrets. La France s'est donc félicitée du tour de table qui a permis  aux ministres européens de l'Agriculture d'exprimer leur point de vue sur le bilan de santé de la PAC que la France s'est fixée comme objectif d'achever avant la fin de sa présidence. En effet, la République tchèque, qui assurera la présidence de l'UE à partir du 1er janvier 2009, a annoncé qu'elle ne poursuivrait pas les débats sur la PAC

Ce tour de table a révélé que, si les Etats membres s'accordent sur certains objectifs à fixer pour la PAC après 2013, ils divergent sur de nombreux points.

Ainsi, les vingt-sept partenaires ont reconnu à l'unanimité l'importance de deux défis : celui de la sécurité alimentaire, dans un marché de plus en plus mondialisé - secoué aujourd'hui par le scandale du lait frelaté chinois - et celui d'une PAC plus "durable".

Mais sur d'autres points le débat promet d'être plus tendu. Ainsi, malgré la vlonté de la France de ne pas réduire le débat sur la PAC aux discussions sur le budget, les Etats membres attendent de la réforme de cette politique qu'elle modifie la répartition budgétaire actuelle.

La PAC représente en effet 40% du budget de l'Union européenne et la France est l'un des plus gros bénéficiaires des aides européennes dans ce secteur. Les autres Etats risquent donc de vouloir profiter de cette réforme pour redistribuer les cartes.

De même, la question de l'indépendance alimentaire de l'UE semble faire débat. Ainsi, certains partenaires, dont le Royaume-Uni ou les pays Baltes, considèrent que, puisque la demande mondiale de produits agricoles explose, les aides et les quotas européens perdent leur raison d’être. Autrement dit, il faut redonner de l’air à un secteur ultraréglementé et subventionnés.

Enfin, la société civile s'est également invitée au débat, en marge du Conseil informel, et a défendu, à l'image des Amis de la terre, du réseau PAC 2013 ou du Comité catholique contre la faim (CCFD) une "autre PAC", celle d'une agriculture paysanne et durable. Nul doute que la Présidence française de l'UE devrait être attentive à leurs revendications pour mener à bien son bilan de la PAC.


En savoir plus

Réunion informelle des ministres de l'agriculture à Annecy - Présidence française de l'Union européenne
La Politique agricole commune
Infographie : priorités, dates clés et acteurs de la Présidence française