Derniers articles publiés

Attentes et propositions de la société civile pour la Présidence française de l'UE

Actualité 06.12.2007

A huit mois de la Présidence française de l'Union européenne, Euractiv.fr a présenté mardi 4 décembre les résultats de son enquête sur "les attentes et les propositions pour la Présidence française de l'Union européenne". A cette occasion, Jean-Pierre Jouyet a participé à un débat contradictoire qui lui a permis de développer les pistes d'action envisagées.


Contexte

La Présidence de l'UE est assurée à tour de rôle par un Etat membre pendant six mois. En juillet 2008 pour la France, ce sera la douzième Présidence depuis le début de la construction européenne. Cette échéance intervient à un moment charnière de l'histoire de l'UE, puisque elle précède l'entrée en vigueur du Traité de Lisbonne, prévue le 1er janvier 2009.

Les priorités pour la Présidence française au crible de la société civile

Le gouvernement français a déjà fait connaître les priorités qui seront au centre de l'action française durant ces six mois. Quatre priorités ont été dégagées. D'abord, la lutte contre le changement climatique et la politique énergétique, deux thèmes fortement liés. La France s'est également fixé comme objectif de renforcer la coordination des politiques européennes de l'immigration. La quatrième priorité concerne l'Europe de la défense, que Paris souhaite renforcer.

A travers une enquête menée auprès des "parties prenantes", Euractiv.fr a voulu ouvrir un débat participatif sur la Présidence française de l'UE. La consultation de la société civile organisée a dégagé des attentes et des propositions qui permettent de mesurer le degré de convergence entre les attentes exprimées par la société civile et les priorités adoptées par les autorités françaises. Quarante-quatre organismes divers, (entreprises, syndicats en passant, associations et collectivités locales) ont répondu à cette consultation.

Convergences et divergences

Le point de convergence principal entre les attentes exprimées et les priorités affichées concerne la lutte contre le réchauffement climatique. Les acteurs qui se sont exprimés sont largement favorables au renforcement de la politique environnementale européenne. Dans le domaine de l'énergie aussi, la constitution d'une politique au niveau communautaire fait consensus.

La présentation des résultats de l'enquête d'Euractiv s'est poursuivie par un débat autour de Jean-Pierre Jouyet.

Serge Orru, directeur de WWF France, a regretté que la France se contente de l'objectif de 20 % de réduction des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2020 et ne cherche pas à atteindre 30 % de réduction. Jean-Pierre Jouyet a indiqué que la France a les "atouts (…) pour atteindre des objectifs supérieurs, notamment grâce au nucléaire".

Répondant aux questions des intervenants, le ministre s'est félicité de la nouvelle base juridique offerte par le Traité de Lisbonne pour une politique européenne de l'énergie. Sur ce thème, le ministre a estimé qu'il faut pas "réduire la politique énergétique à une politique de la concurrence".

Le gouvernement français a proposé deux lignes directrices pour la Présidence, "l'Europe protection" et une "Présidence citoyenne". Sur ces deux points, Euractiv.fr conclut à une convergence relative entre les attentes des organismes consultés et les priorités affichées. Une seule des soixante-huit contributions à l'enquête concerne la question de l'immigration.

Au troisième plan des attentes de la société civile telles qu'exprimées dans l'enquête d'Euractiv.fr, l'Europe sociale, qui ne figure pas dans les priorités officielles. Des demandes d'encadrement juridique des Services d'intérêt général et de défense des intérêts de l'UE dans la mondialisation se sont exprimées.

La divergence la plus marquée est relative au volet économique et social. Pour les participants à l'enquête, l'attente principale concerne "la relance de la croissance et de l'emploi, dans une perspective d'adaptation à la mondialisation". Ce thème est celui qui a recueilli le plus grand nombre de contributions, or la Stratégie de Lisbonne ne figure pas en tant que telle parmi les priorités de la Présidence française.

Les intervenants au débat se sont interrogés sur l'avenir de cette stratégie et sur la pertinence de la méthode jusque là utilisée pour la mettre en place. "Va-t on sortir du piège de Lisbonne ?" a demandé Sylvie Goulard, présidente du Mouvement européen France. Jean-Pierre Jouyet a indiqué que la France souhaitait "rouvrir le débat" à ce sujet.

L'enquête se prolonge sur Touteleurope.fr

Dès la mi-janvier 2008, Touteleurope.fr permettra au grand public d'exprimer à son tour ses attentes à l'égard de la Présidence française. Après la société civile, les internautes seront invités à donner leur avis sur les priorités défendues par la France, et à développer leurs propres propositions pour ce rendez-vous qui s'annonce capital à la fois pour la France et pour l'ensemble de l'Union européenne.

En savoir plus

Compte rendu de la conférence - Euractiv.fr
Les priorités de la Présidence française de l'Union européenne - L'UE en action - Touteleurope.fr