Derniers articles publiés

Arrestation de Goran Hadzic : la Serbie aux portes de l'Europe ?

Actualité 20.07.2011

Deux mois après l'arrestation de Ratko Mladic, Goran Hadzic, dernier fugitif encore recherché par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie, a été arrêté ce mercredi 20 juillet après dix ans de cavale. C'est un événement majeur pour la Serbie, dont le destin européen dépend aussi de sa coopération avec le Tribunal de la Haye, et qui pourrait rapidement accéder au statut de candidat.

Si son nom est moins connu que celui de Ratko Mladic, Goran Hadzic n'en a pas moins joué un rôle clé dans le régime de Slobodan Milosevic. La liste de ses chefs d'accusation est en effet très longue : persécutions, exterminations, meurtres, tortures, pillages… à l'encontre de la population croate ou non-serbe. Alors président de la "République serbe de Krajina", Goran Hadzic aurait notamment supervisé la torture puis l'exécution de plus de 250 personnes réfugiées dans l'hôpital de Vukovar, dans l'est de la Croatie.

Le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie a été créé par l’Organisation des Nations Unies pour juger les personnes présumées responsables des crimes de guerre commis dans les Balkans au cours des conflits des années 1990.

Avec cette dernière arrestation, la Serbie peut enfin espérer tourner une sombre page de son histoire pour se consacrer à son avenir européen. Un processus qui a récemment connu une avancée symbolique forte avec la conclusion d'un accord technique (portant sur la mobilité des populations, l'accès aux registres d’état civil et la reconnaissance des diplômes universitaires) avec le Kosovo. Ancienne province serbe qui a proclamé unilatéralement son indépendance en 2008, le Kosovo n'a pour le moment pas été reconnu par tous les Etats membres de l'UE.



En savoir plus

Le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie

Le difficile chemin de l'adhésion serbe - Toute l'Europe